Lagarde au FMI | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Interviews - Articles

Lagarde au FMI

Mercredi 29 Jun 2011 à 16:00
Lagarde au FMI

Après les félicitations, place au travail. Christine Lagarde, qui a été officiellement nommée directeur général du Fonds Monétaire International hier soir, va avoir du pain sur la planche. Entre la crise de la dette grecque, la sortie du « printemps arabe » ou encore la question des taux de change, l’ex-ministre de l’Economie et des Finances risque bien de ne pas avoir le temps de savourer sa victoire.

Alors que la Grèce entame une grève de 48h pour protester contre les hausses d’impôts et les privatisations massives du plan d’austérité, Christine Lagarde a exhorté le gouvernement grec à « l’entente nationale » politique en vue de voter ces mesures d’austérité. Le FMI va regarder, de son côté, s’il donne son accord pour l’octroi de la dernière tranche du plan de sauvetage d’un montant de 110 milliards d’euros. Cette somme représenterait le prêt le plus important jamais accordé par l’institution.

Autre défi pour la successeur de Dominique Strauss-Kahn : donner plus d’importance aux pays émergents, dont le poids dans l’économie mondiale a considérablement augmenté ces dernières années. Christine Lagarde a notamment promis d’accroître les droits de vote de la Chine au FMI de 6.19% à 6.4%. Ce pays a vraisemblablement joué un rôle primordial dans l’accession de Christine Lagarde au poste. En effet, la Chine a officialisé son soutien à la Française uniquement lundi, après s’être longtemps refusé à commenter ce sujet. Autre point important au calendrier de la nouvelle directrice du FMI : la révision du cadre de surveillance des taux de change à l’automne. Les Etats-Unis et l’Europe font pression sur le FMI pour qu’il contraigne la Chine à réévaluer sa monnaie, nettement sous-évaluée. Or la Chine veut continuer à mener sa politique de change comme elle le souhaite. Christine Lagarde aura-t-elle suffisamment de marge de manœuvre ?

Enfin, le FMI va devoir gérer les répercussions économiques du « printemps arabe » dont les révoltes ont commencé au début de l’année. Le FMI va coordonner avec la Banque mondiale l’aide financière aux pays qui en feront la demande comme l’Egypte ou la Tunisie.

Lucas Schneller.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Les otages français libérés!
Article Suivant :
Monaco se prépare pour son grand jour

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 
Réactions à cet Article :

5867j - Jeudi 30 Juin 2011 à 11:17

les finances ! ! ! . . . .

Le sujet est de ne pas se faire contraindre dans le seul ordre ,de,à, désorganiser une inflation qui est pas tenable dans le monde économique réel du citoyen d'aujourd'hui dans le monde et de la politique économique internationale, avec des applications plus sérieux de la finance mondial !,Mme Christine Lagarde avec les garanties qui sont données partout dans le monde est quant même devant des difficultées très sérieux ! ! ! . . . .
Je ne peux pas ajouter grand chose ! , bonne continuation ! . . . .
kevin ( Corrèze, France ).

Signaler


Les autres actualités





Mots-clés : Crise   Etats unis   Euros   Fmi   Strauss kahn   Lagarde   Apra  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?