A SUIVRE AUJOURD'HUI... DEXIA | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

A SUIVRE AUJOURD'HUI... DEXIA

Mercredi 16 Jul 2008 à 08:01

Le titre Dexia a abandonné 4,57% à 8,15 euros hier à la clôture, après une dégradation d'analyste et au terme d'une séance marquée par le recul des bancaires à Wall Street. Le titre a franchi négativement la barre des 8 euros à 7,75 euros ; du jamais vu depuis le mois de mars 2003. Depuis le début de l'année, Dexia a vu son capital fondre de plus de 50%.

Hier, le groupe bancaire a été pénalisé par une note de Société Générale, qui a réduit son objectif de cours de 22,20 à 15 euros et estime qu'une augmentation de capital de l'ordre de 2,3 milliards d'euros est inévitable pour Dexia.

Le titre a par ailleurs souffert, comme ces derniers jours, de l'inquiétude des marchés vis-à-vis des monolines, la filiale américaine de Dexia, FSA (Financial Security Assurance Holdings), faisant partie des quatre principaux acteurs du secteur. En février dernier, Dexia avait investi 500 millions d'euros dans cette filiale pour profiter des «opportunités croissantes qui ont récemment émergé» dans le domaine du financement des collectivités et des infrastructures publiques américaines.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

Dexia est né du rapprochement en 1996 des deux principaux acteurs en Europe du financement public local : le Crédit Local de France et le Crédit Communal de Belgique. Les deux institutions ainsi que la Banque internationale à Luxembourg (BIL) ont été unifiées sous l'enseigne unique Dexia en 1999. Dexia constitue une des toutes premières fusions transfrontalières dans le secteur bancaire européen et se classe parmi les quinze plus grands établissements financiers de la zone euro. La banque franco-belge, leader mondial des services financiers au secteur public local, intervient également dans les domaines des services financiers de proximité, de la gestion d'actifs, ainsi que de la trésorerie et des marchés de capitaux. En matière d'administration de fonds, RBC Dexia Investor Services a été lancé en 2006 en collaboration avec la Royal Bank of Canada et se classe parmi les dix premières banques dépositaires au monde. Dexia est également une banque de détail de premier plan en Belgique et au Luxembourg et répond aux besoins en services financiers de plusieurs millions de clients.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- Grâce à sa structure de funding, le groupe est beaucoup moins sensible que ses compétiteurs à la crise de liquidité qui secoue actuellement le secteur bancaire.

- Le positionnement du groupe sur le secteur public local lui assure des revenus récurrents et peu risqués car peu dépendants de l'évolution des marchés financiers. Son stock de prêts donne au groupe une bonne visibilité.

Les points faibles de la valeur

- L'activité de capital market du groupe est réduite.

- La concurrence pèse sur les marges de l'activité de Banque des particuliers ainsi que dans le financement public du fait de la forte liquidité et de faible risque.

- La filiale américaine du groupe, FSA, pâtit de l'ENVIRONNEMENT instable aux Etats-Unis. En 2007, elle a perdu 65,7 millions de dollars.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- Dexia se définit lui-même comme une valeur contracyclique c'est-à-dire qui évolue dans le sens inverse des cycles économiques. Il profite ainsi des périodes difficiles par les politiques de relance de l'équipement public et le maintien de taux d'intérêts bas. En période de croissance, il résiste par les techniques d'ingénierie financière proposées aux collectivités.

- Il faut surveiller la politique de développement du groupe à l'international. Dexia affiche notamment des ambitions au Mexique, au Canada ou encore au Japon dans le domaine du financement public. Le groupe est également intéressé par l'Europe de l'Est.

- En raison de la crise actuelle du crédit, le titre est plus sensible aux variations des grandes valeurs financières.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Finance - Banques

L'année 2008 sera marquée par une politique de rigueur des banques françaises. Le Crédit Agricole a prévu un plan de recentrage pour Calyon et va céder jusqu'à 5 milliards d'euros d'actifs d'ici dix-huit mois. Quant à Natixis, qui a vu ses profits chuter de 88% au premier trimestre, à 69 millions d'euros, elle a adopté un plan d'économies de 400 millions d'ici à 2009 (représentant une baisse de 10% des coûts fixes). Comme au Crédit Agricole, certaines activités de marché trop risquées seront réduites, voire arrêtées. D'après une étude du BCG (Boston Consulting Group), la crise actuelle justifie le modèle de banque universelle, diversifiée tant sur le plan géographique que sur celui des activités. Grâce à ce modèle, les banques françaises ont pu compenser les effets de la crise, qui a durement touché les activités de banque de financement et d'investissement. A contrario, la banque à l'anglo-saxonne, qui suppose des établissements spécialisés dans les activités de banque d'investissement ou de crédit aux particuliers, pourrait être remise en cause.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
OBERTHUR responsable des passeports...
Article Suivant :
A SUIVRE AUJOURD'HUI... SUEZ et GDF

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Crise   Dollars   Etats unis   Euro   Euros   Wall street   Zone euro   Dexia   Apra  
Sociétés citées dans cette news : Dexia   Crédit Agricole   Natixis   Société Générale   FINANCIAL   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?