VINCI : concession du nouveau stade du Mans | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

VINCI (DG) FR0000125486


€ 33.13  +0.38%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

VINCI : concession du nouveau stade du Mans

Vendredi 27 Jun 2008 à 09:20

Vinciet la Ville du Mans ont signé le contrat de concession du nouveau stade du Mans, le MMArena. Le contrat, d'un investissement total de l'ordre de 100 millions d'euros, comprend la construction d'un stade de 25 000 places assises dont près de 2000 places « privilège » et 250 places en loges privatives. Les travaux de construction, d'une durée de 26 mois, ainsi que la maintenance du stade, seront réalisés par des filiales de Vinci Construction France. Le stade sera mis en service pour l'ouverture de la saison 2010-2011 du championnat de France de football.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

Né en 2000 de la fusion de la SGE et de Groupe GTM, Vinci est le numéro un mondial des concessions, de la construction et des services associés. Présent dans plus de cent pays, le groupe est organisé autour de quatre pôles opérationnels: Vinci Concessions, Vinci Energies, Vinci Routes (Eurovia) et Vinci Construction. En décembre 2005, Vinci a été désigné par l'Etat pour la reprise de sa part de 50,4 % dans le groupe d'autoroutes ASF, pour un prix de 50 euros par action. Fort de l'acquisition d'ASF, il a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires de 26 milliards d'euros en augmentation de 10,7%. Le groupe table une progression du chiffre d'affaires consolidé de 10% sur l'ensemble de l'année 2007 avant intégration de Solétanche Bachy et d'Entrepose Contracting. En 2007, Vinci a acquis Solétanche Bachy, un spécialiste des techniques pour l'amélioration des sols et Entrepose Contracting, spécialiste de la conception et la réalisation de projets clefs en main dans l'industrie du pétrole, du gaz, et de l'énergie. A la surprise générale, début janvier, François Pinault, via sa holding Artémis, a pris 5,1% du capital de Vinci. S'il s'agit officiellement d'un simple investissement financier amorcé depuis quelques mois. Début septembre, il ne détiendrait plus que 4,98% du capital.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- Le groupe a de quoi séduire les investisseurs : avec un capital très éclaté, il a déjà été au coeur de rumeurs de rachat par LBO.

- La dynamique du marché de la construction et l'essor des PPP (Partenariats Public Privé) sont autant d'atouts dans les mains du groupe.

- Les fondamentaux du groupe sont excellents. L'acquisition d'ASF a renforcé le profil du groupe qui dégage désormais un peu moins des 2/3 de son Ebit et de son cash-flow opérationnel à travers les concessions.

- La société dispose d'un portefeuille d'activités très diversifié, qui lui permet de réduire sa sensibilité aux cycles économiques. En outre, les activités de concessions, très fortement renforcées par l'acquisition des ASF, assurent des revenus récurrents.

- Dans l'activité Construction, Vinci est très sélectif, privilégiant les marges, c'est-à-dire les contrats rentables, au détriment des volumes.

- Le groupe mène une politique active de distribution de dividende et de rachat d'actions.

Les points faibles de la valeur

- Le caractère très morcelé de son actionnariat. François Pinault avec un peu moins de 5% de participation est l'un des principaux actionnaires du groupe, au côté du Crédit Agricole (6,40%) et de l'homme d'affaires Romain Zaleski (2%).

- Le groupe n'est pas encore assez implanté dans les pays en forte croissance.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- L'activité Construction de Vinci est notamment sensible à l'évolution du secteur BTP, ainsi qu'à l'évolution des dépenses de l'Etat en matière d'aménagement du territoire, comme l'ensemble du secteur du BTP, ainsi qu'à la conjoncture économique, au niveau des taux d'intérêt (coût du crédit) et au climat (plus ou moins propice aux lancements de chantiers).

- Dans le sillage de l'acquisition des ASF, Vinci va lancer d'ici quelques mois une augmentation de capital qui ne devrait pas excéder 30 % du montant total de l'opération (8,9 à 9,1 milliards d'euros).

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Construction - BTP

Selon le gouvernement, le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) devrait, en 2008, enregistrer une hausse de son chiffre d'affaires comprise entre 1,2% et 2,1%. C'est moins que l'an passé où l'activité du secteur avait progressé de 4,2%. Suite à ce ralentissement, les créations d'emplois devraient se situer entre 17000 à 28000, correspondant à une hausse de l'emploi limitée à 1,1% ou 1,7%. En 2007, les effectifs avaient progressé de 4,3%. Néanmoins certains professionnels, tels Eiffage, sont optimistes, au regard de nouveaux marchés qui s'ouvrent, à la fois suite au lancement du plan de rénovation des universités mais aussi des nouvelles exigences liées au Grenelle de l'environnement. Dix campus universitaires vont pouvoir bénéficier des 3,7 milliards d'euros tirés de la vente de 2,5% du capital d'EDF pour se moderniser. Cette opération va représenter une réelle opportunité pour les majors du BTP (Vinci, Bouygues, Eiffage, Spie Batignolles) mais aussi pour les entreprises de taille plus modeste telles que Rabot-Dutilleul, Fayat, Léon Grosse ou Demathieu & Bard.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
NATIXIS secouru par ses actionnaires
Article Suivant :
MICHELIN augmente sa participation...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Emploi   Euros   Fusion   Vinci   Mans   A  
Sociétés citées dans cette news : Crédit Agricole   Bouygues   VINCI   Eiffage   Léon Grosse   EDF   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?