CARREFOUR : nouveau profit warning | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

CARREFOUR : nouveau profit warning

Jeudi 13 Oct 2011 à 09:11

Carrefour a lancé un nouvel avertissement sur ses résultats 2011 à l'occasion de la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre. Le premier distributeur européen anticipe désormais une baisse de son résultat opérationnel courant comprise entre 15% et 20%, au lieu des 15% prévus fin août. Le chiffre d'affaires du troisième trimestre a augmenté de 0,3% en données publiées (-0,6% en données comparables et hors essence) à 2,8 milliards d'euros, en ligne avec le consensus.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Carrefour est le deuxième distributeur mondial, derrière l'américain Wal-Mart, et premier distributeur européen ;

- La marque Carrefour bénéficie d'une forte notoriété ;

- Les activités internationales (50% du chiffre d'affaires) sont plus dynamiques et plus profitables en moyenne que celles des pays matures.

Les points faibles de la valeur/=

- Le groupe a perdu la confiance des investisseurs après quatre avertissements sur résultats en un an. Ses plans stratégiques successifs ne convainquent plus ;

- La plupart des analystes conseille de rester à l'écart de la valeur, tant la visibilité est faible sur le redressement du groupe ;

- Les difficultés dans les hypermarchés en France, du fait du changement des habitudes de consommation dans l'Hexagone avec un attrait plus grand pour les magasins de proximité et la forte présence des indépendants/franchisés, est à l'origine des contre-performances du groupe. La rentabilité en France a atteint un plus bas historique au 1er semestre 2011 ;

- Le nouveau format d'hyper « Carrefour Planet » peine aussi à convaincre ;

- Les conditions de marché sont également structurellement très difficiles en Belgique (présence marquée des discounters) et en Italie (prédominance du commerce traditionnel), qui sont deux des autres principaux marchés du groupe ;

- Le projet de cotation du pôle immobilier Carrefour Property (pour le moment reporté) et l'indépendance de Dia, la branche discount, désormais cotée à Madrid, suscitent la plus grande réserve de la part des analystes qui estiment que ces choix ne sont pas favorables au groupe : la première opération risquerait d'entraîner des charges opérationnelles très lourdes pour les hypermarchés européens et de renchérir le coût du crédit pour le groupe tandis que la seconde, a fait sortir Carrefour d'une activité à très fort potentiel, notamment dans les pays émergents ;

- Certains se demandent également si la stratégie de pratiquer des prix plus bas ne va pas peser sur sa solidité financière ;

- Le poids des pays émergents dans le chiffre d'affaires est beaucoup plus faible que Casino ;

- Le top management a été reconfiguré plusieurs fois au cours des derniers mois.

=/Comment suivre la valeur/=

- Après les dérives opérationnelles et financières des derniers mois, le groupe, avec l'accord de ses principaux actionnaires, ré-entame une stratégie fondamentale. C'est le « new game plan », centré notamment sur la France ;

- Carrefour est désormais une valeur de « recovery ». Mais le redressement prendra du temps. Certains analystes tablent sur 2014 ;

- Les actions entreprises depuis l'été 2011, avec notamment une plus grande autonomie des responsables de magasin, la résolution rapide des problèmes de ruptures de stocks, un développement plus limité mais mieux maitrisé du concept «Planet», tout nouveau concept d'hypermarchés visant à reconquérir la clientèle, et une politique commerciale avec un meilleur retour sur investissement visent à redresser la rentabilité en France ;

- En cas d'échec des chantiers européens du groupe, les analystes n'excluent pas la vente des actifs de Carrefour dans les pays émergents. Mais cela serait dommageable pour les perspectives de croissance du groupe à moyen terme ;

- Les actionnaires de référence (Groupe Arnault et Colony Capital) exercent une forte pression sur la stratégie du groupe ;

- La consommation de produits alimentaires est traditionnellement peu cyclique mais les habitudes de consommation ont fortement évolué ces dernières années ;

- Toutes les crises alimentaires auxquelles le public est de plus en plus sensible sont susceptibles de peser sur les ventes (vache folle, grippe aviaire, maîs transgénique).

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Distribution généraliste

Le «drive» confirme son fort potentiel de croissance. Cette formule, qui consiste à venir retirer ses commandes passées sur Internet, soit dans un magasin, soit dans un dépôt isolé, est apparue avec Chronodrive, filiale du groupe Auchan. Cette activité a sensiblement soutenu les résultats de Leclerc et Auchan sur le premier semestre, et moins fortement ceux des hypermarchés Géant. Selon AC Nielsen, les «drives» représentent désormais 1% du marché des produits de grande consommation et des produits frais. Le «drive» a déjà dépassé la vente sur Internet de produits de grande consommation, qui a pourtant fait son apparition avant en France. Le nombre de points de «drive» est passé de 94 à 161 en un an. Leclerc et Auchan sont les plus actifs, car à eux deux, ils en exploitent 147, selon AC Nielsen. 475 magasins traditionnels proposent également ce service. Ces chiffres devraient significativement s'accroître à l'avenir, car les ambitions des acteurs dans ce domaine sont très fortes. Leclerc prévoit d'en ouvrir sur toute la France pour atteindre 400 unités. Casino souhaite équiper chacun de ses 111 hypermarchés.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
ALCATEL-LUCENT céderait ses centres...
Article Suivant :
Carrefour: une baisse de 15% du ROC...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Consommation   Essence   Euros   Immobilier   Leclerc   Ra  
Sociétés citées dans cette news : Carrefour  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?