TOTAL acquiert des participations dans des blocs en Indonésie | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Total (FP) FR0000120271


€ 34.385  +0.12%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

TOTAL acquiert des participations dans des blocs en Indonésie

Jeudi 15 Sep 2011 à 11:32

Total a acquis auprès de la compagnie canadienne Talisman des participations dans trois blocs d'exploration en offshore profond, dans le détroit de Macassar en Indonésie. Le groupe français acquiert ainsi une participation de 50% dans le Contrat de Partage de Production (PSC) Sageri, Talisman détenant les 50% restants. Il rachète également une participation de 35% dans le PSC South Sageri, aux cotés de Talisman (35%) et PTTEP (30%) et enfin une participation de 20% dans le PSC Sadang, aux cotés de Talisman (40%) et PTTEP (40%).

Les trois blocs sont opérés par Talisman. Ils sont situés dans le sud du bassin de Macassar, par des profondeurs d'eau allant de 400 mètres à 2 000 mètres et couvrent une superficie totale de 10,693 kilomètres carrés. La période d'exploration prévoit des acquisitions de données sismiques 2D et 3D ainsi que le forage de deux puits d'exploration. Le forage du premier puits d'exploration doit débuter d'ici la fin 2011 sur le bloc Sageri.

« Ces nouvelles acquisitions s'inscrivent dans la stratégie de Total visant à étendre son domaine minier à de nouvelles zones d'exploration, notamment en offshore profond. Elles permettent aussi au groupe de poursuivre ses investissements en Indonésie, en ligne avec les projets du gouvernement indonésien d'exploiter les réserves potentielles d'hydrocarbures du pays », déclare Jean-Marie Guillermou, directeur Asie Pacifique, Exploration & Production. «

Dans le détroit de Macassar, nous comptons mettre à profit notre expérience de l'offshore profond et bénéficier, en cas de découverte, de synergies avec NOS opérations déjà en cours dans la région. »

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Total fait partie du « top 5 » des compagnies pétrolières ;

- Le groupe bénéficie d'une bonne capacité à renouveler ses réserves et à accroître sa production d'hydrocarbures, grâce à la mise en service de nouveaux gisements ;

- Le groupe a élargi son champ de compétences aux gaz non conventionnels et renforcé ses positions dans des domaines porteurs - le GNL et les sables bitumineux - et a fait son retour en Irak ;

- Sur 2011-2012, Total vise le démarrage de la production de 10 nouveaux projets. Ces projets devraient représenter en 2011 une production additionnelle de 50 kb/j qui compensera le déclin de la base de production ;

- Les objectifs 2010-2015 du groupe (hausse moyenne de la production de 2% par an et retour moyen des capitaux employés de 13%) devraient lui permettre de rester au meilleur niveau européen et de se rapprocher du leader ExxonMobil en matière de croissance et de rentabilité, mais également de poursuivre une hausse progressive de son dividende ;

- Le titre bénéficie d'ailleurs du statut de valeur de rendement du fait de la qualité de la génération de ses flux de trésorerie. Conformément à son habitude, le groupe a versé un acompte sur dividende en novembre 2010.

Les points faibles de la valeur

- La bonne marche de l'activité est perturbée par (i) des champs matures qui déclinent plus rapidement qu'anticipé, (ii) des nouveaux gisements toujours plus difficiles à mettre en service, (iii) les baisses de quotas des pays de l'Opep, qui entraînent des ajustements mécaniques chez les compagnies pétrolières, ou, enfin, (iv) des incidents à répétition dans certains pays (Nigeria...) ;

- La crise structurelle du raffinage a été amplifiée par la crise économique ;

- L'image de l'entreprise auprès du grand public est ternie. Après les catastrophes de l'Erika et de l'usine AZF, le groupe est visé en tant que personne morale dans l'affaire pétrole contre nourriture en Irak. La fermeture très médiatisée du site de Dunkerque a un peu plus brouillé son image. Le groupe a été condamné au début de l'été 2010 à rouvrir ce site.

Comment suivre la valeur

- Pour toute compagnie pétrolière, la croissance de la production de pétrole et de gaz constitue le nerf de la guerre ;

- Les projets de développement de Total doivent être appréhendés sur le long terme ;

- Les réductions de capacité dans le raffinage en Europe sont inévitables pour des raisons structurelles liées à la baisse de la demande de produits pétroliers et à la prédominance du diesel dans le parc automobile français ;

- L'évolution de la première capitalisation de la Bourse de Paris est très liée aux cours du baril de pétrole. Pour que le cash flow du groupe lui permette de payer ses investissements et les dividendes, Total aura besoin en 2011, selon les analystes, d'un niveau de prix du brut situé entre 80 et 90 dollars/baril ;

- Le cours du dollar par rapport à l'euro est également à suivre car l'augmentation de l'euro par rapport au dollar ampute le résultat opérationnel ;

- Les tensions géopolitiques sont à surveiller car elles peuvent perturber la production ou les réserves stratégiques de Total ;

- Enfin, les acquisitions du groupe dans le pétrole non conventionnel sont à suivre.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Pétrole et parapétrolier

En se basant sur une amélioration des perspectives économiques, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu à la hausse ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2010 et 2011 de 80.000 et 50.000 barils par jour. Cette révision résulte de la prise en compte de nouvelles estimations concernant la croissance économique mondiale, notamment celles émanant du FMI et de l'ocde En conséquence, l'AIE considère que le monde devrait consommer cette année 86,6 millions de barils par jour (mbj), soit 1,8 million de plus qu'en 2009 (+2,2%). En 2011, la consommation de pétrole devrait s'établir à 87,9 mbj, ce qui constitue une hausse de 1,3 millions de barils (+1,5%) par rapport à 2010. L'hypothèse sous-jacente est que l'activité économique mondiale se développe de 4,5% cette année et de 4,3% l'an prochain. La croissance de la demande de pétrole devrait provenir quasiment uniquement des pays émergents. Ainsi en Chine, la consommation de pétrole a progressé de près de 10% sur un an à fin juin. Ce pays est récemment devenu le premier consommateur d'énergie au monde, détrônant ainsi les Etats-Unis.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Hermès: l'Adam "inquiète pour...
Article Suivant :
La valeur du jour à Paris - HERMES...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Bourse de paris   Consommation   Crise   Dollar   Dollars   Euro   Fmi   Indona  
Sociétés citées dans cette news : NOS  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?