ALCATEL: Permira n'est plus intéressé par toute la division Entreprise | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Alcatel-Lucent (ALU) FR0000130007


€ 2.03  +2.78%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

ALCATEL: Permira n'est plus intéressé par toute la division Entreprise

Lundi 05 Sep 2011 à 08:42

Le fonds d'investissement Permira serait en discussions avec Alcatel-Lucent pour lui racheter le spécialiste des logiciels pour centres d'appels Genesys, après avoir décidé de ne pas faire une offre pour la totalité de la division Entreprise de l'équipementier, selon « Bloomberg ». Permira était pourtant auparavant en discussions exclusives pour la racheter. De son côté, le « Wall Street Journal » indique que Aspect Software, appartenant au groupe de private equity Golden Gate Capital, serait intéressé par la division Entreprise.

Une telle cession pourrait rapporter au moins 1,5 milliard de dollars à Alcatel-Lucent.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur/=

- Alcatel-Lucent est le leader mondial des équipements télécoms. Leader dans l'accès haut débit, en optique (terrestre et sous-marin), en CDMA (équivalent américain du GSM), et dans le secteur de la téléphonie d'entreprise en Europe occidentale ;

- Les dirigeants actuels d'Alcatel-Lucent, arrivés mi-2008, sont appréciés par le marché ;

- Le groupe a réalisé l'essentiel de sa restructuration et peut désormais se concentrer sur sa croissance ;

- Alcatel-Lucent conserve un bon potentiel d'innovation avec un budget de R&D parmi les plus élevés du secteur ;

- Alcatel-Lucent gagne des parts de marché dans les réseaux mobiles ;

- Le groupe réalise environ 30% de son activité aux Etats-Unis où les opérateurs télécoms sont en phase de réinvestissement ;

- La Chine constitue un important relais de croissance. Le groupe est le premier équipementier occidental dans ce pays, via sa coentreprise avec le gouvernement local, Alcatel-Lucent Shanghai Bell.

Les points faibles de la valeur/=

- Alcatel-Lucent évolue dans une industrie ultra concurrentielle où les prix sont tirés vers le bas, notamment par les équipementiers chinois. Cela pèse sur ses marges et menace sa capacité bénéficiaire ;

- Le groupe ne cesse d'enregistrer des dépréciations d'actifs depuis sa fusion fin 2006 avec l'Américain Lucent et, en conséquence, des pertes. Cette opération n'a jamais convaincu les investisseurs ;

- Les résultats ressortent très souvent inférieurs aux attentes des analystes financiers ;

- La situation financière du groupe est source d'inquiétude. Des rumeurs d'augmentation de capital pèsent régulièrement sur la valeur ;

- Les dirigeants ne peuvent dire quand l'entreprise pourra verser à nouveau des dividendes ;

- La valeur est très volatile et reste donc réservée aux investisseurs amateurs de sensations fortes.

Comment suivre la valeur

- Hormis la conjoncture boursière, le rebond du titre dépend du retour à une croissance rentable. Les prochaines publications trimestrielles seront à ce titre déterminantes ;

- La valeur est très sensible à la parité euro/dollar ainsi qu'à la conjoncture américaine, et ce depuis la fusion entre Alcatel et Lucent ;

- Surveiller la santé des opérateurs télécoms est indispensable pour évaluer comment se porte la demande d'infrastructures auprès des équipementiers ;

- L'évolution de l'industrie des composants est également primordiale. Les pénuries influent sur l'activité de l'équipementier ;

- Les résultats et perspectives des concurrents directs d'Alcatel, notamment Cisco, peuvent aussi influer sur la valeur ;

- Surveiller le développement en Chine, qui représente un enjeu majeur. Le groupe fait aussi régulièrement l'objet de rumeurs de rachat par un groupe chinois ;

- L'évolution des parts de marché d'Alcatel-Lucent sur de nouveaux segments porteurs comme l'optique terrestre (via l'offre 100 G), le backhaul (via l'offre Ethernet) et l'accès dans les réseaux mobiles (efforts en 3G et 4G actuellement) est également très suivie.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Equipementiers télécoms

L'industrie du téléphone mobile poursuit sa course incessante dans le domaine de l'innovation. Le paiement sans fil via mobile, permis par la «communication en champ proche» ou NFC («Near Field Communication»), devient la technologie d'avenir. Au dernier Salon mondial du mobile de Barcelone, Samsung a présenté deux smartphones utilisant cette technologie, le Galaxy SII et le Wave 578. Quant à RIM, il va lancer ses BlackBerry NFC cette année, de même que LG et Nokia. Selon le cabinet iSuppli, le nombre de téléphones NFC devait quadrupler d'ici à 2014, passant de 52 millions, soit 4% des appareils vendus, à 220 millions (13%), ce qui va permettre l'essor du marché du paiement mobile. Ce dernier devrait bondir de 30 MsUSD en 2012 à 110 MdUSD en 2014. Autre évolution : le développement du premier smartphone console de jeux vidéo. Sony va prochainement lancer son PlayStation Phone, permettant de jouer sur son téléphone comme sur sa console de jeux. Ce téléphone est équipé d'une manette coulissante sous le capot.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
UNIBAIL-RODAMCO quitte l'AEX20
Article Suivant :
EADS : Berlin devrait racheter la...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Dirigeants   Dollar   Dollars   Etats unis   Euro   Fusion   Nokia   Wall street   Ta  
Sociétés citées dans cette news : Nokia   Alcatel Lucent  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?