A suivre aujourd'hui... RHODIA | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

A suivre aujourd'hui... RHODIA

Vendredi 17 Jun 2011 à 08:07

Umicore et Rhodia viennent de mettre au point un procédé unique de recyclage des terres rares contenues dans les batteries rechargeables NiMH (nickel-métal-hydrure), annoncent les deux groupes dans un communiqué. « Ce procédé allie la méthode brevetée UHT (ultrahaute température) de recyclage des batteries d'Umicore à l'expertise de Rhodia en matière de séparation des terres rares », expliquent les deux groupes.

« Opérationnel d'ici la fin de l'année 2011, il s'appliquera à l'ensemble des batteries NiMH existant sur le marché, des applications mobiles aux véhicules hybrides/électriques », précise le document.

Les terres rares issues des batteries NiMH seront traitées sur le nouveau site de recyclage d'Umicore, à Hoboken. Après avoir séparé le nickel et le fer mélangés aux terres rares, Umicore transformera celles-ci en concentré qui sera ensuite raffiné et reformulé en matériaux nouveaux sur le site de Rhodia à La Rochelle (France).

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Rhodia était déjà l'un des trois premiers acteurs mondiaux de la chimie de spécialités, plus rentable que la chimie de base. L'OPA amicale du belge Solvay va permettre de constituer un leader mondial ; le Top Management de Rhodia sera placé à la tête du nouvel ensemble ;

- Le groupe a opéré un repositionnement en profondeur avec la cession des branches les moins rentables et la réorganisation de ses activités, au nombre de 11 depuis l'automne 2010, contre 6 auparavant ;

- Le groupe a la capacité de répercuter la hausse des matières premières et du dollar sur ses prix, préservant ainsi ses niveaux de rentabilité ;

- Rhodia réalise 50% de ses ventes dans les pays émergents (notamment en Chine et au Brésil) et poursuit son développement dans ces zones au travers d'acquisitions ciblées comme au début de l'été 2010 avec le chinois Feixiang Chemicals. C'est un avantage comparatif face à ses concurrents ;

- Rhodia a développé une activité de revente de crédit carbone (CER) ;

- 30% du chiffre d'affaires du groupe s'inscrit dans une démarche de développement durable ;

- La direction est confiante dans les perspectives du groupe, le carnet de commandes ne reflétant pas de signe de ralentissement.

Les points faibles de la valeur

- Après avoir bondi de 80% en 2010, la valeur marque le pas. Certains analystes estiment que les perspectives sont déjà intégrées dans les cours ;

- Rhodia est fortement dépendant du prix des matières premières, et plus particulièrement de celui des dérivés du pétrole (benzène...). Il est également pénalisé en cas de repli du dollar ;

- La visibilité sur l'activité de vente de crédits carbone est faible en raison des incertitudes sur l'allocation des quotas après la fin du protocole de Kyoto, en 2012 ;

- La structure bilancielle du groupe, avec notamment des capitaux propres négatifs, reste le principal point faible. La question de l'endettement financier est néanmoins en passe d'être résolue. La direction a renégocié la dette. Elle dépasse aujourd'hui de peu le milliard d'euros, soit le plus faible niveau depuis la création de Rhodia.

Comment suivre la valeur

- Les analystes conseillent d'apporter à l'offre amicale de Solvay qui offre une prime de 50% sur le dernier cours de bourse ;

- Cette opération relance la spéculation sur l'ensemble du secteur ;

- Le secteur de la chimie est particulièrement sensible à la conjoncture économique. Rhodia est une valeur cyclique et extrêmement volatile ;

- Le groupe résiste mieux que ses concurrents à la crise. Son statut d'acteur incontournable du secteur pourrait être renforcé en sortie de crise.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Produits de base - Chimie

Les chimistes européens et américains demeurent prudents. Ils sont conscients qu'ils traversent actuellement une phase de croissance liée à la fin du déstockage chez leurs clients industriels. Le syndicat européen du secteur, le Cefic, qui estime que la croissance de la production devrait atteindre 2% en 2011, souligne que la reprise sur le marché européen demeure fragile. En France, l'Union des industries chimiques (UIC) considère que la croissance de la production ne dépassera pas 2,6% l'année prochaine.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
A suivre aujourd'hui... RODRIGUEZ GROUP
Article Suivant :
AREVA : Luc Oursel nommé à la tête...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Cours de bourse   Crise   Dollar   Euros   Opa   Prime   Rhodia   Nimh   Nickel   Apra  
Sociétés citées dans cette news : Solvay   Umicore   Rhodia  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?