LAFARGE maintient ses prévisions malgré un ROC en repli | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

LAFARGE maintient ses prévisions malgré un ROC en repli

Vendredi 05 Nov 2010 à 08:44

Lafarge a réalisé au troisième trimestre 2010 un résultat net, part du groupe, en repli de 8% à 372 millions d'euros et un résultat opérationnel courant en baisse de 2% à 839 millions d'euros, pénalisé par la hausse du coût des facteurs de production et la contraction des volumes. Le chiffre d'affaires a néanmoins progressé de 6% à 4,5 milliards d'euros à la faveur d'effets de change positifs. Si le chiffre d'affaires ressort en ligne avec les attentes, les deux autres résultats sont inférieurs au consensus. Pour autant, le cimentier a maintenu ses prévisions de demande de ciment en 2010.

Lafarge prévoit une demande de ciment sur ses marchés comprise entre -1 et +3 % en 2010 par rapport à 2009.

A l'approche de 2011, le groupe reste prudent sur la tendance des marchés développés, tout en maintenant sa perspective d'une croissance soutenue dans les marchés émergents.

Enfin, la dette du groupe était de 14,7 milliards d'euros au 30 septembre, contre 15,2 milliards au 30 juin et 14,6 milliards un an plus tôt. Lafarge a réalisé depuis le début de l'année 300 millions d'économies structurelles, dont 50 millions au troisième trimestre et un objectif de plus de 200 millions sur l'ensemble de l'année.

AOF - EN SAVOIR PLUS

=/Les points forts de la valeur/=

- Lafarge est le leader mondial des matériaux de construction et du ciment, numéro 2 des granulats, numéro 3 du béton et du plâtre.

- Sa diversification géographique permet au groupe de mieux résister que ses concurrents à la conjoncture difficile, grâce au poids important des pays émergents dans son chiffre d'affaires (46% réalisé au Moyen-Orient, en Europe Centrale et de l'Est, en Afrique et en Asie à fin 2008).

- Les pays émergents sont désormais un des piliers de la croissance du groupe. Le rachat d'Orascom Cement a permis à Lafarge de détenir des positions de leader au Moyen-Orient, marché en plein essor.

- Le groupe prend les mesures nécessaires pour redresser sa situation financière. Le programme de réduction des coûts, visant à réduire le poids de la dette (15 milliards d'euros) qui a explosé suite au rachat d'Orascom, est en avance sur les objectifs pour 2010. De nouvelles mesures ont été annoncées pour 2011.

Les points faibles de la valeur

- Le secteur de la construction affiche l'une des plus mauvaises performances depuis le début de l'année, sur fonds d'inquiétude sur le rythme de la reprise, notamment aux Etats-Unis. Lafarge affichait même mi-septembre la plus forte baisse du CAC 40 depuis le début de l'année (-28%).

- Les grands cimentiers, Cemex et Holcim, ont fait preuve d'une très grande prudence cet été lors de la publication de leurs résultats. Lafarge a revu en baisse sa prévision annuelle pour le marché du ciment.

- Le redressement des volumes sera donc plus lent que prévu et interviendra au mieux en 2012.

- Les plans d'austérité en Europe pourraient se traduire par un tassement des dépenses d'infrastructures.

- Le poids de la dette reste une préoccupation majeure qui pèse sur la valeur en Bourse.

Comment suivre la valeur

- Les performances de Lafarge sont étroitement liées à l'état du secteur de la construction. Fortement cyclique ce dernier dépend de l'évolution des taux d'intérêt, des facilités d'accès au crédit et du climat de confiance. Mais également des conditions climatiques.

- Le prix de l'énergie est également à surveiller car il compte pour 25% à 30% du coût de production du ciment.

- Les résultats de Lafarge sont, pour partie, dépendants du cours du dollar par rapport à l'euro du fait de sa présence aux Etats-Unis.

- Les marchés vont suivre avec attention le déroulement du programme de réduction des coûts.

- Le groupe souhaite accélérer l'innovation, notamment pour répondre aux modes de construction plus durables.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Construction - Matériaux

Les perspectives ne sont pas bonnes pour le secteur. Alors que Lafarge a réduit ses estimations de ventes de ciment pour 2010 en raison d'une conjoncture maussade, Holcim ne fait pas de prévisions pour l'évolution de ses marchés européen et nord-américain et constate un certain degré d'incertitude dans ces régions ainsi qu'une instabilité en Amérique latine. Seule l'Afrique et l'Asie Pacifique montreraient des tendances positives. Le mexicain Cemex est le seul à estimer que le climat économique s'est stabilisé. Dans un contexte morose, les agences de notation soulignent la faiblesse des fondamentaux de certains acteurs. C'est le cas de Lafarge. Sa notation risque d'être dégradée en junk bond. Il doit donc impérativement réduire sa dette nette, qui atteignait 15,16 milliards d'euros à la fin du premier semestre, pour ne pas voir s'accroître le coût de son financement.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
NRJ GROUP : hausse de l'activité au...
Article Suivant :
LVMH : l'AMF ouvre une enquête sur...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Cac 40   Dollar   Etats unis   Euro   Euros   Lafarge   Ra  
Sociétés citées dans cette news : Lafarge   CAC 40  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?