GEMALTO confirme ses objectifs 2011 | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

GEMALTO confirme ses objectifs 2011

Jeudi 20 Oct 2011 à 09:07

Gemalto a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires stable de 490 millions d'euros. La croissance s'est élevée à 5% à taux de change constants. Hors brevets, la croissance a atteint 7% à taux de change constant grâce au dynamisme de sa division Transactions Sécurisées (+22% à 139 millions d'euros) et Machine-to-Machine (+36% à 43 millions d'euros). Sa principale activité, les cartes pour la téléphonie mobile, a enregistré une baisse de 3% de ses ventes à 234 millions d'euros.

En matière de perspectives pour 2011, Gemalto ambitionne une nouvelle année d'expansion du chiffre d'affaires et du résultat des activités opérationnelles. Le groupe a confirmé qu'il anticipait sur le retour à une expansion du résultat en glissement annuel dans la Téléphonie mobile au second semestre, à la faveur des premiers grands déploiements de services mobiles sans contact intégrant la technologie « Near Field Communication » et de réseaux de téléphonie mobile de quatrième génération LTE annoncés pour le second semestre.

Le spécialiste de la sécurité numérique a aussi confirmé la révision à la hausse de ses attentes concernant le segment Sécurité, qui devrait désormais générer une marge sur activités opérationnelles en 2011 dans la tranche haute de la première dizaine. Dans le segment Transactions sécurisées, le groupe prévoit toujours une croissance à deux chiffre de son chiffre d'affaires et une marge sur activités opérationnelles à deux chiffres pour 2011.

Le groupe a enfin confirmé son objectif de 300 millions d'euros de résultat des activités opérationnelles en 2013.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Le spécialiste mondial de la sécurité numérique domine largement son secteur, avec 30/35% de parts de marché ;

- Le budget R&D est plus de deux fois supérieur à celui de son premier concurrent ;

- La demande croissante de documents d'identité numérique (passeports, cartes d'identité, etc.) est une tendance de fond qui va profiter au leader mondial sur ce segment ;

- La multiplicité des produits électroniques, à l'image de l'iPad ou du e-reader Kindle d'Amazon, déjà équipé par Gemalto, représente également un important relais de croissance ;

- La poursuite de la migration des cartes bancaires vers le standard EMV (défini par Europay, Mastercard, Visa pendant les années 1990 et ayant intégré une puce à la carte pour davantage de sécurité) permettra de générer un chiffre d'affaires récurrent qui sera complété par l'émergence du paiement via le téléphone mobile ;

- Plus généralement, les activités de Gemalto résistent assez bien aux périodes de difficultés économiques : les dépenses télécoms des consommateurs sont très souvent préservées, le renouvellement des cartes bancaires est automatique avec des cycles de 3 ans en moyenne, et les contrats de documents d'identité numérique avec les gouvernements s'étalent sur plusieurs années ;

- Avec l'acquisition de Cinterion, l'un des leaders du marché des modules « machine-to-machine » ou M2M (modules permettant la communication entre machines sans aucune intervention humaine), Gemalto est désormais présent sur toute la chaîne de ce marché en pleine expansion et s'assure un nouveau relais de croissance ;

- Gemalto n'a pas de dette ;

- Le groupe distribue à nouveau des dividendes.

Les points faibles de la valeur

- Le secteur est affecté par une pression sur les prix, en particulier au niveau des cartes pour les téléphones portables (SIM), ce qui pèse sur les marges ;

- La visibilité reste faible sur le retour à la croissance des cartes SIM. Il est conditionné au déploiement à grande échelle des projets innovants dans les pays développés (TV mobile, cartes sans contact...) qui tardent à se concrétiser ;

- L'adoption de la norme EMV aux Etats-Unis semble peu probable à court terme, compte tenu de son coût et de l'atomisation du marché bancaire américain ;

- Le secteur de la carte à puce est en constante évolution et les barrières à l'entrée sont faibles ;

- Le principal risque porte selon les analystes sur de possibles tensions au niveau de l'approvisionnement en composants compte tenu de la forte reprise constatée dans l'industrie des semi-conducteurs. La situation au Japon pourrait accroître les tensions à court terme.

Comment suivre la valeur

- Les gains de productivité en provenance de la fusion Gemplus/Axalto, à l'origine du groupe Gemalto, sont dorénavant réalisés. Le levier sur les marges dépend désormais de la croissance organique qui constitue la nouvelle priorité du groupe ;

- Le groupe devrait d'ailleurs faire une pause dans sa politique de croissance externe, ciblée sur de petites sociétés, au savoir-faire technologique reconnu, pour se concentrer sur l'intégration des acquisitions récentes ;

- Les discussions avec Apple sur un éventuel partenariat pour développer une carte SIM commune sont à suivre. Cela pourrait mécontenter les clients historiques de Gemalto, c'est-à-dire les opérateurs télécoms ;

- L'évolution du marché des télécommunications, notamment dans les pays émergents, est à suivre de près ;

- Le déploiement progressif des normes 3G et 4G, consécutif à l'avènement des smartphones, permettra de rééquilibrer le mix produit du groupe dans la téléphonie mobile.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Electronique

Le succès des tablettes tactiles ne se dément pas. Fin août 2011, l'iPad d'Apple s'était vendu à 30 millions d'exemplaires en un peu plus d'un an à travers le monde. En 2011, les ventes pourraient atteindre 44 millions. Globalement, en dépit de ventes plutôt décevantes au premier trimestre 2011, avec 7,2 millions d'unités (-28% par rapport au dernier trimestre 2010), le cabinet IDC a relevé ses estimations pour 2011. Il prévoit désormais que 53,5 millions de tablettes devraient être commercialisées dans le monde, contre une prévision initiale de 50,4 millions. Les acteurs ne s'y trompent pas et multiplient les lancements dans ce domaine. Durant l'IFA de Berlin, le Salon européen de l'électronique grand public qui a ouvert ses portes début septembre, les tablettes ont dominé les annonces. Sony a dévoilé ses premières tablettes tactiles, la S et la P. Samsung et Toshiba ont présenté de nouveaux modèles. Le constructeur informatique taîwanais Asus investit ce segment avec réussite grâce au positionnement accessible de l'EePad Transformer.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
REMY COINTREAU : hausse de 10,9% des...
Article Suivant :
ICADE : hausse de 13% du chiffre...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Apple   Etats unis   Euros   Fusion   Gra  
Sociétés citées dans cette news : Gemalto  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?