GDF SUEZ pénalisé par la Belgique | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

GDF Suez (GSZ) FR0010208488


€ 23.425  -0.34%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

GDF SUEZ pénalisé par la Belgique

Mercredi 19 Oct 2011 à 09:03

GDF Suez a clôturé mardi en baisse de 5,86% à 21,76 euros, pénalisé par le projet du gouvernement belge d'imposer une lourde taxe à sa filiale Electrabel. Le quotidien économique L'Echo a révélé hier que le Premier ministre pressenti "pourrait pêcher un milliard d'euros chez Electrabel" pour boucler le budget 2012 de l'Etat, en cours d'élaboration.

"Suite à certaines informations parues dans la presse à propos d'une taxation exorbitante du secteur nucléaire belge, GDF Suez Electrabel trouve inacceptable l'acharnement sans égal envers un secteur économique particulier", a réagi GDF Suez dans un communiqué.

Le groupe français a prévenu qu'une telle mesure le conduirait "à revoir globalement ses politiques d'investissements, d'emploi, de formation et de mécénat en Belgique, et notamment sa volonté de prolonger la durée de vie (des réacteurs) Doel 1 et 2 (Flandre) et Tihange 1 (Wallonie), compte tenu des investissements importants requis".

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- GDF Suez est le premier opérateur gazier en France et le deuxième producteur mondial d'électricité ;

- Le rapprochement de ses activités non européennes avec celles d'International Power en fait également le plus grand exploitant de centrales électriques dans le monde ;

- GDF Suez est très implanté dans les zones en forte croissance (Moyen-Orient, Amérique latine, Asie) ;

- La diversité de ses métiers sur l'ensemble de la chaîne énergétique ainsi qu'un modèle économique qui combine activités régulées et concurrentielles assurent une certaine visibilité sur les résultats, notamment en périodes économiques difficiles ;

- Le groupe s'est fixé un plan d'investissements ambitieux qu'il met méthodiquement en oeuvre ;

- Le groupe bénéficie d'un bilan solide, qui le met à l'abri de cessions d'actifs dans l'urgence ou d'opérations de recapitalisation, le point faible de beaucoup de ses concurrents ;

- L'action offre un rendement élevé (plus de 7%).

Les points faibles de la valeur

- Le groupe est très dépendant de son marché domestique ;

- Les objectifs ambitieux qui avaient été fixés pour 2011 ont été reportés ;

- GDF Suez pâtit d'un retard dans le nucléaire par rapport à EDF, qui a quatre à cinq ans d'avance sur ses concurrents ;

- Un risque politique est attaché au titre car les tarifs de gaz pratiqués par le groupe dépendent des décisions de l'Etat français, souvent peu lisibles en la matière. Les investisseurs ont surtout l'impression que quand des règles sont fixées, elles ne peuvent finalement pas être considérées comme définitivement établies. Par ailleurs, les tarifs du gaz pourraient être gelés dans la perspective de l'élection Présidentielle en France en mai 2012 ;

- La valeur est à la peine en Bourse. Le secteur des « utilities » ne séduit pas les investisseurs. C'est l'un des secteurs les plus susceptibles d'être touchés par d'éventuelles hausses de taxes dans un contexte de réduction des déficits budgétaires.

Comment suivre la valeur

- GDF Suez fait partie du secteur des « utilities », traditionnellement sensible à l'évolution des taux d'intérêt ;

- C'est une valeur considérée comme défensive, grâce à la régularité de ses résultats et à son modèle économique ;

- Les performances de GDF Suez sont liées à l'évolution des prix du gaz, eux-mêmes dépendants du fioul domestique, du fioul lourd, du Brent et de la parité de change euro/dollar ;

- La formule d'indexation des coûts d'approvisionnement de GDF Suez fait l'objet d'un audit régulier.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Services aux collectivités

Les réorientations stratégiques sont à l'oeuvre parmi les énergéticiens allemands, lourdement impactés par l'arrêt des réacteurs nucléaires. En y ajoutant la taxe sur le nucléaire introduite le 1er janvier, E.ON estime que ses comptes ont été pénalisés de 1,9 MdEUR au premier semestre. L'impact sur les comptes de RWE s'est élevé à 900 MEUR. E.ON a publié la première perte nette trimestrielle de son histoire, à hauteur de 1,4 MdEUR. Le groupe a annoncé des restructurations qui pourraient concerner jusqu'à 11 000 personnes sur un total de 79000. Comme son concurrent RWE, il a d- réviser à la baisse ses prévisions pour 2011. RWE a, lui, enregistré une perte de 229 MEUR au deuxième trimestre. Pour assainir sa structure financière, le groupe souhaite lever 2,5 MdEUR de capital. Il désire également renforcer son programme de cessions et entend désormais se séparer d'actifs d'un montant total de 11 MdEUR, soit 3 MdEUR de plus que prévu.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
EUROTUNNEL : hausse de 10% de...
Article Suivant :
ArcelorMittal Florange: Besson a...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Sociétés' »




Mots-clés : Dollar   Emploi   Euro   Euros   Gdf suez   Suez   Belgique   Taxe   Electrabel   A  
Sociétés citées dans cette news : Suez (rompus)   GDF Suez   EDF  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?