Russie: les investisseurs inquiets pour l'avenir avec Poutine au Kremlin | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

Russie: les investisseurs inquiets pour l'avenir avec Poutine au Kremlin

Lundi 26 Sep 2011 à 18:40

Des investisseurs s'inquiétaient des perspectives de la Russie après l'annonce du retour en 2012 au Kremlin de Vladimir Poutine, craignant que le climat d'investissement déjà peu reluisant ne se dégrade un peu plus avec la démission lundi du ministre des finances.

Le Premier ministre russe a annoncé samedi son intention de redevenir président après le scrutin de mars 2012, une élection qu'il est quasi assuré de remporter en l'absence de réelle opposition, et précisé qu'il confierait la direction du gouvernement à Dmitri Medvedev.

Le quotidien des affaires Vedomosti estimait lundi que la priorité avait été donnée à la pérennité du pouvoir, "tout le reste étant laissé de côté".

"Même la situation macroéconomique, auparavant prioritaire, a été reléguée au second plan", selon le journal.

Vedomosti en veut pour preuve les déclarations du ministre russe des Finances Alexeï Koudrine, qui a indiqué à la surprise générale qu'il ne participerait pas à un gouvernement si M. Medvedev devenait Premier ministre. "Son nom est lié à la garantie d'une stabilité macroéconomique en Russie", soulignait Vedomosti.

M. Medvedev a vertement réagi, sommant M. Koudrine de démissionner ou de confirmer sa loyauté dans la journée, ce que ce dernier a fait quelques heures plus tard. Sa démission a été immédiatement acceptée par le Kremlin

"Si vous n'êtes pas d'accord avec la politique du président, que met en pratique le gouvernement, vous avez une possibilité, démissionner. Si vous estimez qu'il y a des désaccords, vous pouvez signer votre démission ici et maintenant", a déclaré M. Medvedev.

Le ministre jouit à l'étranger de la réputation d'avoir accumulé à bon escient les pétrodollars dans un fonds de réserve destiné à être utilisé en cas de choc et d'avoir ramené la dette publique de la Russie à moins de 10% du Produit intérieur brut, rappellent les analystes de la banque d'investissement Citi dans une note.

Face à "la vulnérabilité croissante des finances publiques de la Russie", le départ de M. Koudrine pourrait "porter un coup à la réputation de la Russie", estime Tatiana Orlova, de la banque Nomura.

Pour l'analyste, "aucune amélioration du climat d'investissement ne peut être espérée dans les prochaines années".

La Russie a en effet fort à faire pour convaincre les Occidentaux de venir investir chez elle, malgré les appels répétés de l'actuel président Dmitri Medvedev qui s'est fait au cours de son mandat le chantre de la modernisation du pays.

Signe que ses initiatives peinent à convaincre, la Russie, dangereusement tributaire des revenus du pétrole et gangrenée par la corruption, observe d'ailleurs depuis le début de l'année une fuite impressionnante des capitaux, aux environs de 35 milliards de dollars, soit autant que sur l'ensemble de 2010.

"La fuite des capitaux pourrait s'intensifier dans les mois à venir", prédit Mme Orlova.

M. Koudrine "nous semblait être la personne capable de restreindre le budget de la Russie après des années de hausse des dépenses (...) et de lancer une difficile réforme des retraites", indique-t-elle encore.

Lundi, face aux inquiétudes exprimées par les milieux d'affaires, M. Koudrine a toutefois tempéré ses propos.

"J'ai dit que j'étais prêt à travailler à n'importe quel poste si cela aide à promouvoir les réformes (...) et pas uniquement au gouvernement", a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne anglophone Russia Today.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Une trentaine de pays et institutions...
Article Suivant :
Lafarge: salariés toujours en grève...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Dollars   Petrole   Russie   Kremlin   Climat   Russe   Macroeconomique   Koudrine   Orlova  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?