ERAMET compte investir 6 milliards de dollars en Indonésie | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

ERAMET (ERA) FR0000131757


€ 111.55  +1.83%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

ERAMET compte investir 6 milliards de dollars en Indonésie

Mercredi 07 Sep 2011 à 08:43

Eramet prévoit d'investir 6 milliards de dollars dans un projet de mine de nickel en Indonésie, a rapporté l'agence financière Dow Jones. Le PDG du groupe minier français a fait cette déclaration à l'issue d'une rencontre avec le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono, a précisé Dow Jones. Le projet d'Eramet se base sur les dépôts de nickel situés sur l'île de Halmahera, dans la province de Maluku-Nord.

Il a ajouté que ce projet de grande envergure comprenait non seulement plusieurs centres d'exploitation minière, mais aussi une usine hydrométallurgique et diverses infrastructures de support.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Le groupe occupe des positions fortes sur le plan mondial dans ses trois activités : les alliages et aciers spéciaux à hautes performances, le manganèse et le nickel ;

- La production d'acier, et par ricochet l'activité d'Eramet, bénéficient d'une tendance porteuse à long terme : 50% de la production mondiale d'acier est aujourd'hui chinoise et 50% de la consommation mondiale vient du secteur de la construction, du fait de l'urbanisation et de l'industrialisation croissante des pays émergents ;

- Le groupe recèle des gisements prometteurs au Gabon et en Indonésie ;

- Le groupe dispose d'une marge de manoeuvre financière pour procéder à d'éventuelles acquisitions ;

- Eramet a relancé ses investissements de capacité.

Les points faibles de la valeur

- Le groupe n'a pas la taille critique face aux géants miniers ;

- En tant que premier employeur de Nouvelle-Calédonie, Eramet est très impliqué dans le climat social du territoire ;

- Plus généralement, la présence du groupe en Nouvelle-Calédonie mais également au Gabon confère à la valeur une prime de risque élevée en Bourse ;

- Le groupe est confronté à la dégradation de la rentabilité de sa branche nickel sous l'effet de l'évolution du coût de l'énergie, des taux de change, de l'évolution du gisement et surtout d'une dégradation de la productivité de l'entreprise ;

- Les trois activités de groupe sont cycliques, ce qui peut entraîner une certaine volatilité des résultats. La sidérurgie constitue 70% de la clientèle du groupe ;

- Le groupe fait l'objet d'un litige entre l'homme d'affaires franco-polonais Roman Zaleski et la famille Duval, à propos de l'apport de leurs sociétés dans Eramet en 1999. Cette querelle d'actionnaires pèse sur la valeur ;

- Plus généralement, l'Etat bloque l'évolution de l'actionnariat.

Comment suivre la valeur

- A suivre particulièrement, l'évolution des cours du nickel, qui entre dans la composition de l'acier inoxydable, et du manganèse.

- A suivre également la situation politique du Gabon, où Eramet est présent pour le manganèse, et celle de Nouvelle-Calédonie pour le nickel. Le Gabon va entrer au capital d'Eramet à hauteur de 4 à 5%. Une opération qui s'inscrit dans la stratégie de garder d'excellentes relations avec les gouvernements des pays où le groupe est présent. Cela lui permettra également de consolider ses positions dans le manganèse.

- La société souhaite mettre en place un plan d'économies avec pour objectif d'abaisser le coût de production complet de 1 dollar la livre de nickel ;

- L'évolution de la participation d'Areva au capital est à suivre. Elle est normalement vouée à être cédée, tout en restant dans le giron public. La demande du Conseil de Politique Nucléaire à Areva de filialiser son activité minière renforce, selon certains, cette hypothèse de cession. Mais d'autres estiment qu'Eramet pourrait faire partie de cette « grande minière ».

- Le groupe souhaite se développer sur de nouveaux métaux comme le lithium ou le niobium.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Produits de base - Métaux

Selon des données de Bloomberg, depuis début 2010, 290 transactions ont eu lieu dans le secteur aurifère, pour un total de 38,4 milliards de dollars. Goldcorp veut fusionner avec le groupe de mines d'or Andean pour 3,6 milliards de dollars canadiens. Cette opération intervient dans un contexte où le cours de l'or a dépassé les plus hauts atteints en juin dernier, au-dessus de 1.300 dollars l'once. Cet été, le canadien Kinross Gold s'est rapproché de Red Back Mining, à travers une opération de plus de 7 milliards de dollars. Auparavant, le rapprochement entre Newcrest Mining et Lihir Gold a donné naissance au cinquième producteur mondial de ce métal précieux. Le secteur minier dans son ensemble est soumis à une vague de fusions-acquistions. Dernier en date, BHP-Billiton cherche à acquérir le producteur canadien d'engrais Potash pour 43 milliards de dollars. Toutefois, les analystes estiment que le temps des OPA géantes est fini car les grandes sociétés minières vont poursuivre leur assainissement financier. Elles pourront ainsi mener des acquisitions de sociétés spécialisées dans un seul minerai et qui n'ont pas les capacités d'en assumer des investissements.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
AIR FRANCE-KLM : hausse de 7,6% du...
Article Suivant :
SCOR confirme les objectifs de son...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Areva   Consommation   Cours de l or   Dollar   Dollars   Dow jones   Opa   Prime   Indona  
Sociétés citées dans cette news : Eramet   Areva CI   Areva  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?