SOCIETE GENERALE met en place un contrat de liquidité | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Societe Generale (GLE) FR0000130809


€ 20.5  -0.92%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

SOCIETE GENERALE met en place un contrat de liquidité

Mardi 23 Aoû 2011 à 09:59

Société Générale a confié à Rothschild & Cie Banque la mise en oeuvre d'un contrat de liquidité sur son action. La banque a affecté 170 millions d'euros à ce contrat, qui a pris effet le 22 août 2011, pour une durée d'un an renouvelable par tacite reconduction. Selon la définition retenue par l'AMF, un tel contrat a pour objectif de favoriser la liquidité des transactions et la régularité des cotations des titres de l'émetteur ou éviter des décalages de cours non justifiés par la tendance du marché.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

AMF (Autorité des marchés financiers) : L'autorité des marchés financiers est née du rapprochement de la COB, du CMF et du CDGF (conseil de discipline de la gestion financière). Créée par la loi de sécurité financière du 1er août 2003, cette nouvelle structure a pour objectif de renforcer l'efficacité et la visibilité de la régulation des marchés. L'AMF a quatre missions principales, réglementer, autoriser, surveiller et sanctionner. Ses compétences s'étendent aux opérations et informations financières, aux produits d'épargne collective, aux marchés, aux professionnels, sur lesquels elle peut exercer des contrôles ou lancer des enquêtes.

=/Les points forts de la valeur/=

- Société Générale se recentre sur la banque de détail et sur la banque de financement et d'investissement, activités qui ont soutenu la croissance avant la crise ;

- La banque dispose de positions de leader sur des segments en croissance comme les dérivés actions, les produits structurés et la gestion passive ;

- Alors que le secteur se prépare au changement du cadre réglementaire, la banque s'est risquée à avancer des objectifs chiffrés à moyen terme. Une exception dans le secteur. Elle a également précisé ne pas avoir besoin d'une augmentation de capital pour respecter les nouvelles normes prudentielles « Bâle III » ;

- Tout comme les caisses régionales du Crédit Agricole, les réseaux de la Société Générale devraient adopter, en 2013, une plateforme informatique unique ;

- La Société Générale s'efforce depuis le début de l'année de convaincre le marché de sa capacité à tourner la page de la crise financière et économique et celle de l'affaire Kerviel ;

- La banque est faiblement exposée à la dette souveraine des pays européens en difficulté.

=/Les points faibles de la valeur/=

- Regagner la confiance des investisseurs après deux avertissements sur résultats en 2009 prend du temps. La banque doit aussi réussir à convaincre du réalisme du plan stratégique « Ambition SG 2015 » dans un contexte économique toujours difficile ;

- La banque pâtit également d'une image ternie par l'affaire Kerviel, les stock-options qui devaient être initialement attribuées à ses dirigeants en pleine crise et les pertes divulguées en gestion d'actifs ;

- L'ENVIRONNEMENT de taux bas pèse sur les activités de banque de détail, plus précisément sur les marges sur dépôts ;

- Le rythme de baisse du coût du risque est nettement plus lent que celui de certaines autres banques, notamment BNP Paribas ou HSBC ;

- La banque pâtit de sa présence en Europe Centrale et Orientale ainsi qu'en Russie, où elle affiche un recul d'activité significatif. Cette zone connaît une dégradation du risque ;

- D'une manière générale, la valeur est toujours très volatile, comme l'ensemble du secteur alors que les inquiétudes sur le secteur sont persistantes ;

- Même si les règles annoncées par le Comité « Bâle III » mi-septembre 2010 ont soulagé avec des ratios prudentiels dans le bas de la fourchette des attentes, les marchés s'interrogent sur la validité des « stress tests » (tests de résistance) menés en Europe. Certains estiment qu'ils minimisent le risque pris par certaines institutions.

Comment suivre la valeur/=

- En tant que valeur financière le titre est influencé par une série d'éléments: (i) les taux d'intérêt dont l'évolution dépend des politiques monétaires (notamment des banques centrales européenne et américaine), (ii) l'état des bourses mondiales qui influencera ses activités de banque de financement et d'investissement et de gestion d'actifs, (iii) les niveaux de consommation et d'épargne des ménages qui influeront sur les performances de la banque de détail ;

- Le coût du risque reste à surveiller ;

- Le retour sur fonds propres (ROE), qui mesure la rentabilité des banques, est l'un des ratios clé du secteur. Les nouvelles normes conduiront structurellement à une baisse de la rentabilité du secteur. Les investisseurs vont toutefois devoir s'habituer à des ROE plus proches de 10% que des 20% connus avant la crise. La SG vise un ROE de 14% / 15% en 2012, contre 10% actuellement ;

- Surveiller également la mise en place du dispositif «de Bâle III» qui oblige les banques à augmenter leurs fonds propres pour résister aux crises. Le Comité exige que les établissements financiers affichent d'ici au 1er janvier 2019 un ratio de solvabilité Tier 1 (le noyau dur des capitaux propres des institutions financières) d'au moins 4,5%, contre 2% jusque-là. Un matelas supplémentaire de 2,5% est également exigé. Ce qui porte le pourcentage total à 7% ;

- Toutefois, en fixant un ratio de core Tier 1 moins élevé qu'attendu et une période d'application très étendue, le comité de Bâle a réduit le montant de capital que les banques vont devoir lever pour renforcer leur solvabilité, et a ainsi soulagé les marchés ;

- Le secteur va devoir réinventer le modèle de la banque de détail pour pallier à la baisse des marges dans un environnement de taux bas pendant la crise et qui pourrait encore perdurer un peu malgré la légère remontée amorcée depuis fin 2010.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Finance - Banques

Deux changements importants vont avoir un impact sur l'avenir des banques françaises. Premièrement, elles vont être soumises à une nouvelle taxe dès l'année prochaine. La taxe bancaire, qui s'appliquera à une vingtaine de banques, établissements de crédit et entreprises d'investissement, abondera le budget de l'Etat à hauteur de 504 millions d'euros l'an prochain. A cela s'ajoutera une augmentation de la participation des établissements financiers au fonds de garantie des dépôts, à hauteur de 90 millions d'euros supplémentaires en 2011, 2012, puis 2013, soit 270 millions en tout. En 2013, les autorités estiment que plus de 1 milliard d'euros de recettes supplémentaires sera prélevé auprès des banques. De plus, de nouvelles normes prudentielles vont voir le jour avec la finalisation de l'accord Bâle III, applicable à l'HORIZON 2019. L'objectif est de relever de 2% à 7%, d'ici 2019, le ratio de solvabilité bancaire. Ce ratio rapporte les fonds propres d'un établissement à ses engagements dans l'économie. Plus il est élevé plus les prises de risques sont limitées.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
ADOMOS : report de l'assemblée...
Article Suivant :
UBS précise ses mesures de...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Sociétés' »




Mots-clés : Consommation   Crise   Dirigeants   Euros   Fonds propres   Socia  
Sociétés citées dans cette news : Horizon   Crédit Agricole   Société Générale   BNP Paribas   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?