EDF EN : feu vert du Québec pour la construction d'un parc éolien | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

EDF EN : feu vert du Québec pour la construction d'un parc éolien

Mardi 28 Jun 2011 à 09:07

EDF EN a obtenu du gouvernement du Québec le décret permettant la réalisation et l'exploitation du parc éolien de 80 MW de Saint-Robert-Bellarmin. Situé sur le territoire de la municipalité de Saint Robert-Bellarmin dans la MRC du Granit, le projet génèrera de l'énergie verte permettant d'alimenter en électricité l'équivalent de plus de 18 000 foyers québécois. Avec près de 200 millions de dollars d'investissements, le projet créera une centaine d'emplois durant sa construction, et 5 emplois permanents d'opération et de maintenance pendant son exploitation.

Le turbinier REpower fournira 40 éoliennes de 2 MW chacune, dont plusieurs composantes seront fabriquées au Québec. Ainsi, LM Wind Power fabriquera les pales à Gaspé, l'usine Marmen de Matane, les tours, et SEG-Woodward, les convertisseurs électriques dans l'usine de New Richmond.

EDF EN.et Borea Construction ont signé une lettre d'intention de commande pour la construction du parc éolien de Saint-Robert-Bellarmin. Selon les termes de cette entente, Borea Construction démarre les travaux préliminaires d'étude et de préparation à la construction du projet.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- EDF EN, filiale d'EDF, est la valeur emblématique du secteur de l'électricité éolienne et le leader européen ; elle est présente sur l'ensemble de la chaîne de valeur, du développement d'un projet à la construction du parc éolien en passant par l'exploitation et la maintenance ;

- L'adossement à EDF est un atout indéniable. Le projet de rachat des 50% du capital que l'électricien ne détient pas encore dans sa filiale devrait permettre, à long terme, à EDF EN de profiter d'une capacité d'investissement nettement supérieure et de répondre à des appels d'offre de taille et de complexité plus importante dans un contexte de mutation du secteur ;

- La tendance est au développement des énergies renouvelables aussi bien dans les pays occidentaux qu'émergents. L'Union Européenne a, par exemple, fixé à 20% l'objectif de consommation d'énergies renouvelables d'ici à 2020 ;

- Bien que l'éolien terrestre constitue l'axe stratégique prioritaire, EDF EN développe des relais de croissance (parc éolien offshore, production de biocarburants, développement dans le solaire photovoltaîque) ;

- Le groupe est très majoritairement présent (environ 85% des capacités) dans des pays où les tarifs de rachats éoliens et photovoltaîques sont réglementés ;

- EDF EN confirme régulièrement ses prévisions depuis son introduction en Bourse en 2006 et affiche une croissance « insolente » même en période de crise.

Les points faibles de la valeur

- Le durcissement des conditions d'accès au crédit a rendu plus difficile le financement des projets ;

- La crise de la dette incite les Etats européens à abaisser le prix de rachat de l'énergie éolienne et à freiner les nouveaux projets de développement ;

- Les incertitudes réglementaires, notamment aux Etats-Unis et en Europe, pèsent également sur les perspectives du secteur éolien ;

- L'absence de perspectives de croissance et de financement chiffrées au-delà de 2012 pèse sur la valeur ;

- Il existe un risque sur l'évolution du prix des turbines utilisées par EDF EN ainsi que sur l'approbation des plannings et des contrats par les différentes autorités.

Comment suivre la valeur

- Les analystes conseillent d'apporter ses titres à l'offre en cash (OPA) proposée par EDF plutôt qu'à l'OPE ;

- Le titre EDF EN a tendance à réagir positivement à l'annonce d'augmentation de la capacité de production du groupe alors que la demande en énergies renouvelables ne cesse de progresser ;

- Comme les autres groupes énergétiques, EDF EN bénéficie des flambées des prix du pétrole, qui favorisent le développement d'énergies alternatives ;

- Ce secteur est très « politique » : le débat sur la s-reté nucléaire, après le drame japonais de mars 2011, ravive l'intérêt pour les énergies renouvelables pour des raisons essentiellement politiques, et ce après plusieurs mois de « remise en cause » et de désamour en Bourse ;

- Le marché attend que le groupe précise sa stratégie de croissance après 2012 ;

- Le secteur de l'énergie et des services aux collectivités est dans une phase de consolidation. EDF EN pourrait se lancer dans des acquisitions à l'étranger afin de renforcer sa présence en Europe et aux Etats-Unis ;

- Le débat sur l'exploitation d'énergies non conventionnelles comme le gaz de schiste, est à suivre de près : si elle était autorisée, cette exploitation pourrait avoir un impact sur la demande en énergies renouvelables.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Services aux collectivités

Le deuxième acteur mondial dans le domaine de l'électricité est né. Deux ans après la fusion entre Gaz de France et Suez, GDF Suez vient de reprendre le britannique International Power. Il est ainsi propulsé du neuvième au deuxième rang des producteurs mondiaux d'électricité, derrière EDF. Il devient également le leader mondial des groupes de services aux collectivités (utilities) en tenant compte de la production de gaz. Toutefois, cette opération va accroître la dette de GDF Suez, qui va passer de 33,5 à 42,4 milliards d'euros. Le groupe français compte donc lancer des cessions de 4 à 5 milliards d'euros.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
BIOALLIANCE PHARMA soumet un dossier...
Article Suivant :
KORIAN : dividende de 0,60 euro...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Consommation   Crise   Dollars   Etats unis   Euros   Fusion   Gdf suez   Opa   Qua  
Sociétés citées dans cette news : Suez (rompus)   Engie   EDF  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?