AREVA : retards de projets de 6 à 9 mois | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Areva CI (CEI) FR0004275832


€ 30.25  -1.24%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

AREVA : retards de projets de 6 à 9 mois

Lundi 30 Mai 2011 à 09:01

Les projets de réacteurs nucléaires en cours d'examen seront retardés de 6 à 9 mois environ en raison du passage en revue des données relatives à la s-reté des centrales, a déclaré la présidente d'Areva, Anne Lauvergeon, sur BFM. Son groupe dévoilera prochainement ses nouvelles prévisions, a-t-elle également indiqué. En effet, Areva avait été contraint de renoncer à ses objectifs à long terme après l'accident survenu dans la centrale japonaise de Fukushima Daiichi à la suite du tsunami du 11 mars.

Ces propos surviennent alors que la cotation en Bourse des actions Areva débute ce lundi. Le groupe n'était jusqu'ici coté que sous la forme de certificats d'investissement.

AOF - EN SAVOIR PLUS

=/Les points forts de la valeur/=

- Le groupe public (détenu à 97% par l'Etat) se répartit désormais entre les Mines d'uranium, l'Amont (enrichissement, fabrication du combustible), les Réacteurs et Services, l'Aval (traitement et recyclage des déchets nucléaires) et les Energies Renouvelables ;

- Ce nouveau mode d'organisation vise à tirer « le meilleur parti du modèle intégré » d'Areva, qui consiste à associer toutes les activités de la chaîne du nucléaire, des mines d'uranium au traitement des déchets, en passant par la construction des réacteurs ;

- Le plan stratégique lancé en 2005 a porté ses fruits : Areva a renforcé ses positions dans l'ensemble du cycle nucléaire.

=/Les points faibles de la valeur/=

- Le débat sur la s-reté nucléaire est relancé après le dramatique séisme au Japon et ses conséquences sur les centrales de l'archipel. La valeur en a lourdement pâti. Les perspectives de résultats 2011 pourraient s'en trouver affaiblies ;

- La participation dominante de l'Etat français dans le capital social d'Areva reste une source d'incertitudes considérables pour les investisseurs ;

- Il n'existe pas de comparable coté ce qui rend le dossier parfois peu visible pour les investisseurs ;

- L'activité d'Areva nécessite de très importants investissements, notamment en amont ;

- Areva affiche un cash-flow opérationnel négatif. La situation financière de l'industriel reste contrainte ;

- La construction de réacteurs n'est pas rentable. Cette activité était en perte opérationnelle, même avant les provisions du chantier finlandais. Le groupe propose des réacteurs de troisième génération appelés EPR, qui sont encore des prototypes ;

- Depuis le début du chantier de l'EPR, le groupe dirigé par Anne Lauvergeon a été contraint de passer des provisions supplémentaires (et conséquentes) à de nombreuses reprises. Les analystes en attendent de nouvelles d'ici à l'achèvement du chantier. La visibilité reste donc faible sur ce dossier.

=/Comment suivre la valeur/=

- Le débat sur la s-reté nucléaire est à suivre ; la dimension politique de la valeur s'en trouve encore renforcée ;

- Areva peut encore être considérée comme une valeur de restructuration ;

- Une première recapitalisation de 900 millions d'euros a enfin été bouclée en décembre 2010 avec une participation au deux tiers de KIA, le fonds souverain koweitien ;

- Les finances du groupe sont en train de s'améliorer avec l'arrivée de nouveaux

investisseurs et les cessions des participations dans Safran et STMicroelectronics ;

- Le marché spécule régulièrement sur le départ prochain d'Anne Lauvergeon, la médiatique dirigeante d'Areva. Son mandat prend fin en juin 2011 ;

- Le projet de filialisation de la branche minière est à suivre ;

- A suivre également le projet de cotation d'actions ordinaires et d'attribution de droits de vote aux porteurs de certificats d'investissement. Cela devrait permettre, à moyen terme, d'accroître significativement le flottant et de renforcer l'attrait du titre pour des investisseurs stratégiques ;

- Areva et EDF sont historiquement imbriquées. Areva est le premier fournisseur d'EDF et EDF son premier client. Mais leur relation n'est plus exclusive et les deux groupes sont en désaccord sur deux contrats. L'une des brouilles, dans le traitement du combustible usé, a été résolue. L'autre, l'enrichissement d'uranium, est encore en discussion.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Services aux collectivités

Le deuxième acteur mondial dans le domaine de l'électricité est né. Deux ans après la fusion entre Gaz de France et Suez, GDF Suez vient de reprendre le britannique International Power. Il est ainsi propulsé du neuvième au deuxième rang des producteurs mondiaux d'électricité, derrière EDF. Il devient également le leader mondial des groupes de services aux collectivités (utilities) en tenant compte de la production de gaz. Toutefois, cette opération va accroître la dette de GDF Suez, qui va passer de 33,5 à 42,4 milliards d'euros. Le groupe français compte donc lancer des cessions de 4 à 5 milliards d'euros.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
MEDICA augmente ses lignes de...
Article Suivant :
DEXIA : pas de dividende en 2012

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Areva   Euros   Fusion   Gdf suez   Reta  
Sociétés citées dans cette news : Safran   Suez (rompus)   Areva CI   Engie   EDF   Areva   STMicroelectronics  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?