: croissance organique supérieure aux attentes | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

: croissance organique supérieure aux attentes

Mardi 19 Avr 2011 à 18:28

L'Oréal a réalisé au premier trimestre un chiffre d'affaires de 5,16 milliards d'euros, en hausse de 9,3%, dont 5,8% à données comparables. Cette performance est supérieure au consensus Reuters d'un chiffre d'affaires de 5,106 milliards et d'une croissance organique de 5%. Commentant ces chiffres, Jean-Paul Agon, Président-Directeur Général de L'Oréal, a indiqué : « Ce début d'année est encourageant, car il confirme la bonne dynamique du groupe, à laquelle participent l'ensemble des divisions, en particulier les Produits Grand Public et les Produits de Luxe ».

Avant d'ajouter : « Sans être extrapolables, et malgré un ENVIRONNEMENT monétaire incertain, ces premiers mois nous rendent confiants dans notre capacité à surperformer le marché en 2011, à renforcer NOS positions mondiales, et à réaliser une nouvelle année de croissance du chiffre d'affaires et des résultats. »

La Division Produits Professionnels a progressé au premier trimestre de 3,1% en comparable, plus vite que le marché, et de 9,6% en données publiées (après prise en compte de l'effet de structure lié à l'acquisition de distributeurs aux Etats-Unis et les effets de changes). Son chiffre d'affaires a atteint 716 millions d'euros.

La Division Produits Grand Public a réalisé une croissance de 6,3% à données comparables, et 9,4% à données publiées. Son chiffre d'affaires a atteint 2,58 milliards d'euros.

Le chiffre d'affaires de la Division Produits de Luxe a progressé de +7,7% à données comparables et de +10,3% à données publiées. Son chiffre d'affaires a atteint 1,11 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires à fin mars de la Division Cosmétique Active est en progression de +4,9% à données comparables et de +6,7%. Son chiffre d'affaires a atteint 445 millions d'euros.

AOF - EN SAVOIR PLUS

=/Les points forts de la valeur/=

- L'Oréal est le leader mondial des cosmétiques avec 23 marques mondiales complémentaires, une distribution dans 130 pays et une activité bien répartie entre les produits grands publics, de luxe, professionnels et « cosmétique active ».

- Le groupe a su adapter son modèle économique à un environnement dégradé, notamment en créant de nouvelles gammes de produits à des prix attractifs.

- L'Oréal maintient des investissements élevés en recherche (3,5% du chiffre d'affaires) qui progressent en dépit de la crise.

- La marge opérationnelle a retrouvé ses niveaux record. La rentabilité du pôle Luxe s'est notamment bien redressée.

- Déjà très sensiblement implanté dans les nouveaux marchés (35% du chiffre d'affaires en 2010), L'Oréal y dispose encore d'un potentiel de développement très significatif. Près de 80% de la croissance du groupe attendue dans les prochaines années devrait provenir de ces marchés qui représentent déjà 50% du marché cosmétique mondial.

- L'Oréal veut notamment se positionner en tant que leader sur le marché chinois en plein essor.

- La plupart des nouveaux marchés dans lesquels L'Oréal est implanté a dépassé la taille critique, vecteur essentiel pour améliorer la rentabilité.

- La bonne structure financière du groupe lui assure la flexibilité suffisante.

=/Les points faibles de la valeur/=

- La valeur offre un faible rendement et se paie chère avec un PER 2010 et 2011 d'environ 20. Les points d'entrée sont rares pour se positionner sur le leader mondial des cosmétiques.

- L'activité Luxe a constitué l'un des points faibles de L'Oréal l'an dernier. Une contre-performance due en grande partie à l'intégration d'Yves Saint Laurent Beauté, acquis en juillet 2008.

- L'intérêt spéculatif de la valeur est, pour l'instant, réduit par le fait que Nestlé, l'un des deux principaux actionnaires du groupe, ne peut pas augmenter sa participation et prendre le contrôle du groupe du vivant de Liliane Bettencourt.

Comment suivre la valeur

- Les performances du groupe sont sensibles à la consommation des ménages, elle-même liée à leur moral.

- Ses résultats sont fortement dépendants de l'évolution du cours du dollar par rapport à l'euro mais également du réal brésilien, du peso mexicain et du yuan chinois. Le groupe réalise plus de 30% de ses ventes en dollar et devises assimilées.

- A suivre d'éventuelles opérations de croissance externe sur des cibles petites, moyennes ou grosses, pour consolider sa présence dans les pays émergents.

- La fin de la bataille judiciaire entre l'héritière du groupe, Liliane Bettencourt, et sa fille, Françoise Meyers-Bettencourt, ramène la sérénité sur la valeur. Cette réconciliation plaide pour le statu quo avec Nestlé alors que le marché avait un temps spéculé sur une cession de la participation de Françoise Meyers-Bettencourt à Nestlé.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Luxe et cosmétiques

Le marché de la haute joaillerie est en pleine recomposition : LVMH a acquis le n

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Aufeminin.com: bénéfice trimestriel...
Article Suivant :
VIRBAC : croissance organique de...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Bettencourt   Consommation   Crise   Dollar   Etats unis   Euro   Euros   Ora  
Sociétés citées dans cette news : Nestlé   L'Oréal   LVMH   Environnement   NOS  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?