Espionnage industriel chez Renault: Besson parle de "guerre économique" | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Espionnage industriel chez Renault: Besson parle de "guerre économique"

Jeudi 06 Jan 2011 à 09:40

Le ministre de l'Industrie Eric Besson a affirmé jeudi sur RTL que l'affaire d'espionnage qui secoue le constructeur automobile Renault paraissait "sérieuse" et estimé que l'expression "guerre économique" était "adaptée" dans ce cas.

"Oui, malheureusement, l'affaire paraît sérieuse", a affirmé M. Besson, en indiquant en avoir discuté avec la direction générale de Renault.

"L'expression +guerre économique+, parfois outrancière, là pour le coup est adaptée", a-t-il ajouté en indiquant avoir demandé aux services de Bercy de renforcer les obligations en matière de sécurisation du secret industriel pour les entreprises bénéficiant d'argent public.

Cette affaire "illustre une nouvelle fois les risques pour NOS entreprises en matière d'espionnage industriel, en matière d'intelligence économique", a ajouté M. Besson.

Refusant d'évoquer plus avant les faits en raison de la présomption d'innocence, il a simplement souligné qu'une mesure de "mise à pied à titre conservatoire" avait été prise contre les trois cadres du groupe incriminés.

"Il semble que cela concerne la voiture électrique, mais je ne veux pas aller plus loin", a-t-il déclaré.

Renault se refuse pour l'instant à livrer le moindre détail précis sur cette affaire, en raison de l'enquête interne en cours, mais une porte-parole du groupe a évoqué mercredi des "faits graves" tout en précisant qu'aucune plainte officielle n'avait été déposée à ce stade. Elle a indiqué que le PDG du groupe, Carlos Ghosn, en avait "été informé", tout comme son numéro deux, Patrick Pelata.

Selon des sources proches du dossier contactées par l'AFP, l'enquête interne aurait permis de prouver que des informations mettant en cause l'intérêt de l'entreprise auraient été transmises à l'extérieur.

Un des cadres concernés fait partie du comité de direction de Renault et un autre travaille sur le programme des véhicules électriques, le programme phare du constructeur français, selon ces sources.

Les suspensions sont intervenues lundi et les cadres visés ont été sommés de quitter leurs bureaux immédiatement, ont rapporté d'autres sources.

Renault commercialisera en milieu d'année deux modèles en version électrique, la berline familiale Fluence et l'utilitaire Kangoo Express.

La gamme électrique du constructeur, partenaire du japonais Nissan, comptera également deux autres modèles: le petit véhicule Twizy et la petite berline Zoe, qui doivent être commercialisés au deuxième semestre de cette année et mi-2012.

En droit français, la mise à pied conservatoire, mesure provisoire à durée indéterminée, permet d'écarter le salarié de l'entreprise dans l'attente d'une éventuelle sanction. Le contrat de travail est suspendu et le salarié n'est pas rémunéré.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Europcar: Eurazeo mandate la banque...
Article Suivant :
MAUREL & PROM : point sur la...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Carlos ghosn   Renault   Besson  
Sociétés citées dans cette news : Renault   NOS  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?