A SUIVRE AUJOURD'HUI... VEOLIA ENVIRONNEMENT | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

€ 10.53  -3.44%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

A SUIVRE AUJOURD'HUI... VEOLIA ENVIRONNEMENT

Lundi 14 Jun 2010 à 08:17

Veolia Eau a annoncé la signature d'un accord en vue de la reprise de certaines activités du groupe britannique United Utilities en Europe pour environ 199 millions d'euros en valeur d'entreprise. Veolia Eau prendrait le contrôle de Sofiyska Voda, société en charge des services de distribution et de traitement des eaux de la ville de Sofia, en Bulgarie, qui dessert 1,3 million d'habitants et dont Veolia Eau détiendrait 58%.

En outre, Veolia Eau deviendrait l'actionnaire industriel de référence avec 26% de AS Tallinna Vesi, société qui assure les services de distribution et de traitement des eaux de Tallinn, en Estonie, pour une population de plus de 400 000 habitants et prendrait une participation de 33% dans Aqua SA, société qui exploite les services de distribution et de traitement des eaux de la ville de Bielsko Biala et ses environs dans le Sud de la Pologne, pour une population de plus de 300 000 habitants.

Ce nouveau développement en Europe Centrale, en particulier avec la ville de Sofia, sera porté par Veolia Voda, dans laquelle la BERD est partenaire depuis 2007 et dans laquelle la SFI (Société Financière Internationale) a annoncé le 2 juin dernier une prise de participation de 9,5% par augmentation de capital.

En parallèle, au Royaume-Uni, Veolia Eau reprend un portefeuille de contrats d'externalisation de la gestion d'unités de traitement des eaux auprès d'industriels et de conception-construction d'infrastructures de traitement des eaux. Combiné avec ses activités déjà existantes, il permet à Veolia Eau de devenir le premier acteur de l'Eau non régulé au Royaume-Uni.

D'un point de vue financier, Veolia précise que, compte tenu de l'entrée de la SFI au capital de Veolia Voda ainsi que des engagements pris auprès de la BERD, l'opération devrait avoir un impact total de l'ordre de 159 millions d'euros sur l'endettement financier net au titre de l'exercice 2010.

"Au total, ces opérations ciblées s'inscrivent pleinement dans la stratégie de rotation du portefeuille d'actifs de Veolia Environnement, sur des projets offrant un potentiel de croissance organique significatif, valorisant les avantages compétitifs du groupe et avec des temps de retour conformes aux objectifs", a souligné le groupe français.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Performances et stratégie

Chiffre d'affaires

Au 31.12.2009 : 34.551 millions d'euros (-3,4%)

Au 31.12.2008 : 36.205,5 millions d'euros (+13,4 %)

Résultats

Au 31.12.2009 : Résultat opérationnel : 2.020 millions d'euros +3%); Résultat opérationnel récurrent : 1932,4 millions d'euros (-15,1%)

Résultat net (part du groupe) : 584,1 millions d'euros (+44%)

Au 31.12.2008 : Résultat opérationnel 1.951,3 millions d'euros (-21.4%) ; Résultat net 405 millions (-56.3%)

Prévisions

Pour 2010, le groupe table sur un résultat opérationnel récurrent en progression. Le groupe réitère son engagement de générer un free cash flow positif après paiement du dividende. A HORIZON 3-5 ans, le groupe a pour objectif, notamment par le redressement des acquisitions récentes et l'amélioration de la productivité, de faire croître, en moyenne annuelle en fonction de la conjoncture, le résultat opérationnel récurrent de 4% à 8% avec un objectif de ROCE après impôts compris entre 9% et 10%.

Stratégie

Antoine Frérot, le nouveau directeur général de Veolia Environnement et ancien patron du pôle eau estime que sa priorité est de renforcer la rentabilité de Veolia. Ce dernier entend poursuivre en 2010 sa politique d'amélioration de la rentabilité et donnera la priorité à la génération de cash. L'objectif de 3 milliards d'euros de cessions sur la période 2009-2011 est maintenu et le programme d'économies global porté à 250 millions d'euros pour 2010.

A horizon 3-5 ans, le groupe va poursuivre son programme de cessions sur une base de 1 milliard d'euros par an en moyenne et son programme de réduction des coûts de 250 millions d'euros par an.

Evènements financiers

- Le groupe poursuit son programme de désinvestissements, dans le but de se désendetter.

- Il est également parvenu à un accord avec la Caisse des Dépôts en vue d'un rapprochement de Veolia Transport avec la société Transdev détenue à 75% par la Caisse des Dépôts et Consignations et à 25% par la RATP. Naîtra ainsi le plus grand groupe mondial de transport public. La nouvelle entité sera détenue à parité entre Veolia Environnement et la Caisse des dépôts. Une introduction en Bourse par augmentation de capital devrait avoir lieu d'ici au premier semestre 2011. Une fois la société cotée, Véolia devrait détenir moins de 50%, mais souhaite rester le principal actionnaire la nouvelle entité.

Forces et faiblesses de la société

Forces

- positions concurrentielles extrêmement fortes sur ses différents métiers.

- Le modèle économique de Veolia Environnement a montré une très bonne résistance pendant la crise grâce, notamment, à l'activité de traitement de l'eau, qui procure environ un tiers du chiffre d'affaires du groupe et plus de la moitié de son résultat opérationnel récurrent.

- Les réductions de coûts ont permis l'an passé de réduire l'endettement net et d'augmenter la trésorerie libre.

- Pour réduire son endettement l'entreprise a mis en place un plan de cession ambitieux qu'elle mène tambour battant.

- Veolia ne cesse de développer son activité à l'international, limitant ainsi sa dépendance à un seul marché. Le projet de fusion entre la filiale Transport et Transdev devrait créer de la valeur avec une introduction en bourse de la nouvelle entité si les conditions de marché le permettent.

- En 2010 la restructuration devrait commencer à porter pleinement ses fruits, avec une sensible amélioration de l'excédent brut d'exploitation et une réduction de la dette nette.

- L'annonce du départ d'Henri Proglio de la présidence de Veolia Environnement d'ici à la fin de l'année a été bien perçue par les investisseurs. La nouvelle direction va pouvoir se concentrer sur le développement du groupe dans les actifs à plus forte marge.

- L'action présente un rendement attrayant de 5%.

Faiblesses

- La crise a révélé plusieurs éléments négatifs, dont le caractère cyclique de l'activité Propreté et son impact dans la dégradation des comptes du groupe. En 2009, cette branche, qui assure un quart des revenus du groupe, a vu son bénéfice opérationnel récurrent s'effondrer de 42 %, du fait notamment de la chute des prix et des volumes des matières recyclées ;

- En 2009, le groupe a subi une baisse de sa rentabilité, avec un retour sur capitaux employés de 7,6% contre 10,9% en 2007.

- Veolia n'a fourni aucune prévision de chiffre d'affaires pour 2010 alors que sa division Transport a perdu l'an passé de gros contrats d'exploitation à Bordeaux, Melbourne, ou Stockholm. Ces recettes vont manquer en 2010 et il n'est pas certain qu'elles soient compensées par celles procurées par les nouveaux contrats.

- Du fait des acquisitions menées les années précédentes, l'endettement financier est significatif à 15,1 milliards d'euros fin 2009 pour seulement 10 milliards de capitaux propres.

- Contrairement à son concurrent, Suez environnement, Veolia a acheté des sociétés au prix fort en 2007 et 2008, juste avant la crise, et il doit affronter la récession avec une dette trop lourde à porter. Certains analystes considèrent que la dette de Veolia constitue un frein majeur à sa croissance, l'amenant à renoncer dans le futur à des projets d'envergure.

- Les investisseurs se sont désintéressés de l'action du groupe, lourdement endetté, et le cours de l'action a plongé de près de 55% en trois ans.

La valeur et son secteur

Principales activités

Quatre activités : la gestion de l'eau (36% du chiffre d'affaires), la gestion des déchets (26%), la gestion des transports de voyageurs (21%) et la gestion énergétique (17%).

Le secteur

La plupart des analystes considèrent que les acteurs évoluent dans un environnement qui leur est favorable à terme car les perspectives de croissance dans le secteur des déchets sont immenses : l'intensité des déchets par habitant est fortement corrélée à l'évolution du PNB. Les réglementations visant à limiter la production de déchets un peu partout dans le monde devraient se durcir dans les prochaines années. L'autre enjeu important est l'Eau. Si aujourd'hui, l'agriculture absorbe 70% de la consommation mondiale d'eau, cette proportion devrait légèrement baisser au profit de l'industrie.

La valeur dans son secteur

Leader mondial des services à l'environnement.

Comment suivre la valeur

-Le groupe est facilement opéable du fait d'un capital éclaté.

- Surveiller les prochaines cessions qui vont permettre au groupe de réduire son endettement, ainsi que les nouveaux contrats, conclus pour plusieurs années.

- Suivre l'évolution de l'activité Propreté, particulièrement touchée par la crise.

- Suivre également le rapprochement de Veolia Transport avec la société Transdev. L'opération ne sera finalisée qu'en fin d'année, avec une mise en Bourse probable en 2011, si les conditions de marché le permettent.

- Autre sujet important : L'avenir de la société commune entre EDF et Véolia, Dalkia, qui opère dans le service à l'énergie. Le groupe d'environnement pourrait proposer à EDF l'échange des 34% du capital que ce dernier détient dans Dalkia en échange de titres Veolia.

Rémunération des actionnaires

Dernier dividende versé

1,21 euro par action

Taux de distribution des dividendes

98%

Taux de croissance du dividende par action

Stable

Rendement 2009

5%

Estimation du prochain dividende par action

1,21 euro en 2010

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Services aux collectivités

Le traditionnel Observatoire européen des marchés de l'énergie, établi fin d'année 2009 par Capgemini et ses partenaires, souligne que les « utilities » sortent fragilisés de la crise économique et financière. Selon l'étude la crise a provoqué une baisse mondiale historique des consommations d'électricité et de gaz, estimées respectivement à 3,5% et 3% pour 2009. Si la baisse de la consommation d'énergie a une conséquence positive, avec une diminution des émissions de Co2, elle a des retombées préoccupantes pour les acteurs. Ces derniers ont mis en place des plans d'économies, qui prévoient notamment un recul de leurs investissements. Or, en 2008, l'Union européenne avait estimé que 1.600 milliards d'euros d'investissements étaient nécessaires pour rénover et accroître la capacité de production des réseaux d'électricité et de gaz de l'Union Européenne jusqu'en 2030. S'ils ne sont pas réalisés, cela ne fera qu'accroître la dépendance énergétique de l'Europe. L'Observatoire souligne la nécessité pour les utilities de revoir leur modèle économique, pour qu'ils maîtrisent davantage leur consommation d'énergie et réduisent ainsi leur dépendance.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
A SUIVRE AUJOURD'HUI... DEXIA
Article Suivant :
VEOLIA reprend plusieurs activités...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Consommation   Crise   Euro   Euros   Fusion   Ratp   Suez environnement   Voda   Socia  
Sociétés citées dans cette news : Horizon   Suez (rompus)   Veolia Environnement   Capgemini   EDF   Environnement   Suez Environnement Company  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?