Nestlé pourrait quitter la Suisse si les salaires étaient plafonnés | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

Nestlé pourrait quitter la Suisse si les salaires étaient plafonnés

Dimanche 13 Sep 2009 à 14:33

Le groupe alimentaire suisse Nestlé pourrait transférer son siège de Suisse si le gouvernement de Berne décidait de plafonner les salaires des dirigeants, a averti le président du groupe dans des déclarations publiées dimanche par le journal Sonntag.

"Ce serait le début de la fin", a affirmé Peter Brabeck au journal suisse en réponse à une question sur une possible limitation par l'Etat des salaires les plus hauts.

Pour Nesle, si une telle mesure était prise, le groupe "se poserait la question de savoir si la Suisse était toujours le meilleur endroit pour s'installer", a poursuivi le patron du géant alimentaire.

La crise économique et financière a provoqué un tollé public contre les hauts salaires et les bonus accordés aux dirigeants, notamment ceux travaillant dans le secteur financier.

Au cours des dernières semaines, des appels ont été lancés dans certains pays occidentaux pour un plafonnement des salaires.

Selon M. Brabeck, l'attractivité de la Suisse résidait essentiellement dans "l'environnement légal sûr" qu'elle offrait. Cependant, cette sécurité qui était aussi solide que du granit, s'est détériorée.

"Récemment, des pressions ont été exercées sur la Suisse de l'extérieur et de l'intérieur. Et nous constatons que le gouvernement ainsi que le Parlement sont prêts à amender les lois existantes".

"C'est préjudiciable pour l'installation d'un groupe. La Suisse était dans le passé connue pour refuser de céder à de telles demandes", a-t-il dit.

La banque suisse UBS, poursuivie pour fraude fiscale par Washington, avait accepté de réléver l'identité de 4.450 de ses clients américains pour échapper à un procès.

Pour certains, cette démarche signifie que les régles du secret bancaire ont été compromises en Suisse.

Peter Brabeck a indiqué que le cas d'UBS n'est pas isolé, en évoquant des pressions exercées sur la Suisse par le ministre allemand des Finances Piers Steinbrueck au sujet du secret bancaire".

Nestle a son siège à Vevey, dans l'ouest de la Suisse.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Deutsche Telekom envisage une offre...
Article Suivant :
A SUIVRE AUJOURD'HUI... AIR FRANCE - KLM

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Crise   Dirigeants   Brabeck   Secret  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?