LAURENT-PERRIER : chute de 24,9% des ventes semestrielles | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

LAURENT-PERRIER (LPE) FR0006864484


€ 67.65  +0.37%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

LAURENT-PERRIER : chute de 24,9% des ventes semestrielles

Mardi 21 Jul 2009 à 08:35

Le chiffre d'affaires consolidé du groupe Laurent-Perrier s'est établi à 31,4 millions d'euros pour le 1er trimestre 2009-2010, clos fin avril, soit un repli de 24,9% (ou 23,8% à taux de change constants).

« Dans un contexte économique difficile, cette baisse est largement imputable aux volumes de ventes, qui sont en retrait de 15,8%. Il convient toutefois de souligner que cette performance est supérieure à celle enregistrée par l'ensemble des maisons de champagne, dont les expéditions ont reculé de 22% sur les mois d'avril et mai 2009, notamment à l'export (- 37%) », a tenu à souligner la maison de champagne.

Le groupe a précisé que l'effet prix/mix conjugue une stabilité de l'effet prix avec un mix défavorable lié à une moindre contribution de la marque Laurent-Perrier dans le chiffre d'affaires du groupe. Celle-ci a représenté 69% des ventes du groupe contre 73% au cours du 1er trimestre de l'exercice précédent.

Concernant ses perspectives, Laurent-Perrier continue de s'attendre à des conditions de marché encore difficiles sur l'ensemble de l'année. Malgré une bonne résistance de l'effet prix, le mix marque devrait continuer à peser sur l'ensemble de l'exercice.

Enfin, le groupe met en avant le fait qu'il maintient la gestion rigoureuse de ses coûts afin de défendre sa marge opérationnelle et son cash flow.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Agroalimentaire

En France, l'Association nationale des industries alimentaires (ANIA) estime que les ventes ont progressé de 5,5% en 2008, à 162,9 milliards d'euros alors même que la part du budget moyen des ménages consacrée à l'alimentation a fléchi pour atteindre 13% (contre 14% en 2007). Néanmoins cette progression reflète essentiellement le renchérissement du coût des matières premières, qui a obligé les groupes agroalimentaires à accroître leurs prix de vente. Cette politique ne leur a pas toujours permis de préserver leurs marges : l'ANIA considère que seuls 25% de l'accroissement du prix des matières premières a pu être répercuté. Sur le premier trimestre le secteur résiste mieux que les autres sur notre territoire : 323 entreprises ont été placées en redressement judiciaire ou en liquidation, un chiffre en recul de 5% par rapport aux trois premiers mois de 2008. C'est beaucoup mieux que le reste de l'économie puisque, tous secteurs confondus, ce chiffre a bondi de 21%. L'autre indicateur qui souligne la bonne résistance de ce marché concerne l'emploi. Le nombre d'emplois est resté quasi-stable en 2008 (-0,6%) contre une baisse de 2% pour tous les secteurs. L'industrie agroalimentaire est le second pourvoyeur d'emplois en France (avec 412000 salariés) derrière la sidérurgie.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
ARCELORMITTAL a conclu le rachat de...
Article Suivant :
Faurecia: perte nette de 364,6...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Emploi   Euros   Ania  
Sociétés citées dans cette news : Laurent Perrier  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?