TECHNIP : deux records dans le Golfe du Mexique | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

TECHNIP : deux records dans le Golfe du Mexique

Mercredi 18 Mar 2009 à 08:41

Technip a annoncé avoir réalisé deux nouveaux records dans le cadre du développement du champ pétrolier Perdido dans le Golfe du Mexique, opéré par Shell pour le compte de Chevron et de BP : l'installation du flowline ( conduite reposant sur le fond marin) la plus profonde (2 961 mètres), l'installation du riser (conduite reliant le fond à la surface) caténaire en acier le plus profond (2 469 mètres).

Le champ pétrolier en mer très profonde de Perdido est situé à 320 km au sud de Freeport (Texas). Les travaux d'installation ont été achevés avec succès en janvier 2009. La flowline et le riser ont une longueur totale de 13,2 km.

Le centre opérationnel de Technip à Houston (Texas) a réalisé ce contrat. Les conduites ont été assemblées à la base du groupe à Mobile (Alabama). Les opérations en mer ont été menées par le Deep Blue, navire de pose en mer profonde de la flotte de Technip.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Activité de la société

Suite à l'acquisition de Coflexip par Technip en 2001, le groupe Technip est devenu l'un des cinq leaders mondiaux de l'ingénierie, des technologies et des services pétroliers. Le groupe possède des bases opérationnelles sur les cinq continents ainsi qu'une flotte de navires d'installation et de construction sous-marine.

Les domaines d'intervention de Technip couvrent le développement de champs offshore et onshore, le traitement et la liquéfaction de gaz, le raffinage de pétrole, les pipelines à terre et la pétrochimie -qui représentent ses principales activités. Le Groupe est particulièrement bien placé dans le secteur de l'offshore profond, secteur dans lequel il utilise ses propres actifs industriels. Il développe également ses activités dans des secteurs non-pétroliers tels que les engrais, la chimie, les sciences de la vie, la génération électrique, ainsi que les industries manufacturières et autres industries.

Les points forts de la valeur

- Le carnet de commandes de Technip confère au groupe une bonne visibilité. Par ailleurs, Technip est très sélectif dans les contrats qu'il noue.

- Technip est très présent dans la région clé du Moyen-Orient, ce qui lui offre de nombreuses opportunités de contrat, en particulier dans les projets gaziers (GTL, GNL). Ses positions en Afrique de l'Ouest et au Moyen-Orient lui permettent de profiter de l'activité de ces régions

- Technip renforce ses capacités d'exécution opérationnelle de ses contrats.

- En 2006, Technip a plus que doublé son bénéfice net qui ressort à 200,1 millions d'euros, preuve de la dynamique dans laquelle s'est engagé le groupe.

Les points faibles de la valeur

- La hausse du prix de l'acier pénalise le groupe, dont la majeure partie des projets nécessite l'achat de tubes en acier.

- Dans l'Onshore, Technip doit faire face à la concurrence des groupes d'ingénierie de pays émergents, notamment des sociétés coréennes à qui la baisse du dollar est profitable. Toutefois, les perspectives 2007 sont positives pour le groupe dans le domaine.

- La branche dédiée à l'industrie est encore trop petite (avec un objectif de 10 à 15 % du chiffre d'affaires à HORIZON 2008) et pas suffisamment profitable.

- Les comptes de groupe sont sensibles à l'évolution du dollar.

Comment suivre la valeur

- Technip est sensible à l'évolution des dépenses d'investissements des compagnies pétrolières. Le secteur parapétrolier est très cyclique.

- Selon certains spécialistes, le nombre de forages pétroliers et gaziers réalisés dans le monde est un indicateur intéressant de mesure du niveau de la demande en services pétroliers. Il est publié chaque semaine par la société américaine Baker Hughes.

- Enfin, avec plus de 30 % de l'activité de Technip réalisée au Moyen-Orient, la conjoncture politique de la zone est donc déterminante.

- Les comptes de groupe sont sensibles à l'évolution du dollar.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Pétrole et parapétrolier

Les compagnies pétrolières sont limitées dans leurs investissements par le regain de nationalisme pétrolier (notamment en Russie, au Venezuela, et en Iran). Après avoir investi 258 milliards de dollars dans des projets pétroliers au cours des trois dernières années, les groupes trouvent aujourd'hui moins de pétrole qu'ils n'en extraient. Depuis deux ans, aucun d'entre eux n'a réussi à renouveler la totalité de ses réserves. Certains groupes envisagent déjà « l'après-pétrole ». Ainsi, Total s'est associé à Suez et Areva pour développer un projet nucléaire à Abu Dhabi.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
A SUIVRE AUJOURD'HUI... CARBONE LORRAINE
Article Suivant :
GFI INFORMATIQUE : le PDG passe la...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Areva   Chevron   Dollar   Dollars   Euros   Technip   Tra  
Sociétés citées dans cette news : Horizon   Chevron Corporation   Suez (rompus)   Technip   Areva CI   Areva  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?