A SUIVRE AUJOURD'HUI... ACCOR | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

A SUIVRE AUJOURD'HUI... ACCOR

Mercredi 25 Fév 2009 à 08:20

Accor a réalisé un résultat net part du groupe 2008 de 575 millions d'euros, en baisse de 34,9%. Le groupe d'hôtellerie et de services a précisé que le résultat net intégrait moins de plus values liées aux cessions d'actifs qu'en 2007 : 150 millions d'euros en 2008 contre 481 millions l'année précédente. Le résultat avant impôt a atteint 875 millions d'euros, en recul de 3,5%. Il est en progression de 13% en données comparables et hors impact du coût du retour aux actionnaires. Les analystes interrogés par Reuters visaient en moyenne 885 millions d'euros.

Le groupe tablait sur un résultat avant impôt compris entre 870 et 890 millions d'euros.

La marge opérationnelle a progressé de 1,0 point à 29,6%.

Le chiffre d'affaires consolidé d'Accor s'est établi à 7,739 milliards d'euros, en progression de 2,8% à périmètre et taux de change constants et en recul de 4,7% en données publiées.

Accor a mis en avant sa situation financière solide avec un endettement net de 1,072 milliard d'euros au 31 décembre 2008 et aucun refinancement majeur prévu avant 2012.

Accor a annoncé « un plan de bataille pour répondre à une conjoncture difficile ». Celui-ci prévoit un programme de réduction des coûts de support de 100 millions d'euros sur 2009/2010 dont 75 millions sur 2009. « Cette réduction porte pour l'essentiel sur les investissements de marketing, les achats, l'annulation ou le décalage de projets non prioritaires », a précisé la société.

Par ailleurs, l'enveloppe annuelle de 500 millions d'euros d'investissements de développement hôtelier prévue pour 2009 et 2010 sera ramenée à 400 millions d'euros au-delà. Ces 100 millions d'euros de réduction portent sur les segments haut de gamme (55 millions) et milieu de gamme (65 millions d'euros); en revanche une hausse de 20 millions d'euros est prévue dans les investissements de l'hôtellerie économique en Europe.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

D'Ibis à Sofitel, de Formule 1 à Mercure : quelques-unes des nombreuses enseignes hôtelières d'Accor, présent sur tous les segments de l'économique au luxe, et qui font du groupe le champion européen et, grâce à son implantation sur le créneau économique aux Etats-Unis, l'un des leaders mondiaux dans ce domaine.

Mais si l'hôtellerie est de loin le premier métier du groupe en termes de revenus, Accor, présent dans 140 pays et fort de 158 000 collaborateurs, est aussi la référence en matière de titres de services (avec les célèbres Tickets Restaurants) se positionne également dans les casinos (participation dans le Groupe Lucien Barrière) et la restauration (Lenôtre).

En 2006, le groupe a décidé de se recentrer sur ses deux métiers en croissance, les Services et l'Hôtellerie. Après la vente, dès 2006, de 50% de Carlson Wagonlit, de Go Voyages et de titres Club Med (il n'en possède plus que 6%), Accor a cédé, en avril 2007, la chaîne hotellière américaine Red Roof Inns pour un montant de 1,32 milliard de dollars. Le groupe a poursuivi en fin d'année la cession de ses participations non stratégiques avec la vente des murs de 47 hôtels en France et de 10 hôtels en Suisse pour 518 millions d'euros.

En fin d'année, 2007, Accor a présenté son projet baptisé « Accor Hospitality » visant à rendre plus profitable son activité Hôtellerie. Le groupe compte notamment accroître ses parts de marché dans le segment milieu de gamme en Europe et accélérer son développement dans l'hôtellerie économique et milieu de gamme sur des marchés émergents comme la Chine.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- L'équilibre des métiers du groupe est un atout. En outre, l'activité de titres de services d'Accor est peu cyclique.

- Accor, présent sur toute la gamme d'hôtels, de l'économique au luxe, dispose d'une forte exposition au segment économique, lequel offre une meilleure capacité de résistance en période difficile. Le groupe a d'ailleurs confirmé l'ouverture de 200 000 chambres nouvelles sur la période 2006-10, dont la moitié sur le segment économique, dans les pays émergents, au Moyen-Orient, en Amérique Latine et dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine).

- Accor a accéléré son programme de cessions d'actifs immobiliers, qui devrait permettre de dégager plusieurs milliards d'euros de cash ces prochaines années.

- Sur le long terme, l'hôtellerie et les services connaissent une tendance favorable, compte tenu de l'augmentation des revenus disponibles et du temps de loisirs.

Les points faibles de la valeur

- La faiblesse du dollar est défavorable au groupe.

- L'hôtellerie étant une industrie à coûts fixes élevés, toute réduction de l'activité se traduit par une forte baisse des résultats.

- Plusieurs chantiers sont encore en cours. Une homogénéisation du parc de la chaîne haut de gamme Sofitel, tout particulièrement en France, est nécessaire. Dans le milieu de gamme et économique, Accor doit relancer les marques Formule 1, Ibis et Novotel.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- Bien que son profil lui offre une bonne capacité de résistance, Accor est une valeur dite cyclique. A ce titre, à l'image de l'ensemble des valeurs du secteur, tout événement susceptible de ralentir la croissance mondiale, et plus particulièrement d'affecter le tourisme (comme les craintes d'attentats), pèse sur les perspectives économiques du secteur, et par ricochet, peut pénaliser le cours de Bourse du titre.

- Parmi les indicateurs sectoriels à suivre, le taux d'occupation des hôtels et le RevPAR (prix multiplié par volume -nuitées-).

- Le renforcement début mai 2008 de Colony et Eurazeo au capital d'Accor devrait conduire le groupe à augmenter sa rentabilité.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Hotellerie et loisirs

L'Organisation mondiale du tourisme (OMT) a maintenu son objectif de 1,6 milliard de touristes dans le monde en 2020 (contre 903 millions l'an dernier). Néanmoins l'OMT estime que, après quatre années de développement, le tourisme vit l'une des plus sévères crises de son histoire. Si les particuliers voyagent moins, les professionnels, au premier rang desquels les établissements financiers, ont également réduit leurs voyages d'affaires. D'après les prévisions de l'OMT, le tourisme international devrait afficher une certaine résistance avec une croissance de 2% en 2008 et, dans le meilleur des cas, une stabilité en 2009. Deux raisons sont avancées : la contribution des pays émergents devrait continuer à soutenir le secteur, malgré le ralentissement de la croissance chinoise. L'autre explication tient au changement de comportement des ménages depuis une trentaine d'années. Les loisirs et voyages font désormais partie des dépenses à préserver.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
ACCOR : baisse de 3,5% du résultat...
Article Suivant :
RHODIA : en perte de 28 millions...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Cours de bourse   Dollar   Dollars   Etats unis   Euros   Ra  
Sociétés citées dans cette news : Accor   Eurazeo  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?