SEB : ventes en hausse de 14,8% au premier semestre | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Sociétés

SEB : ventes en hausse de 14,8% au premier semestre

Jeudi 10 Jul 2008 à 18:27

SEB a enregistré des ventes de 1 413,5 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 14,8% à parités courantes. Cette croissance résulte notamment d'un changement de périmètre de consolidation avec l'intégration, depuis le 1er janvier 2008, de la société chinoise Supor, qui apporte une contribution de 140 millions d'euros au chiffre d'affaires semestriel, indique le spécialiste de l'électroménager. En Amérique du Nord, Seb enregistre une activité en croissance de 7% à structure et parités constantes.

"Pour la troisième année consécutive, le groupe SEB réalise donc un très bon 1er semestre, marqué par une croissance organique solide à l'issue d'un deuxième trimestre pourtant plus contrasté et intégrant un ralentissement dans certains pays européens. Cette progression du chiffre d'affaires est à mettre au compte d'un accroissement des volumes de ventes, d'une nouvelle amélioration du mix-produits et d'une bonne tenue des prix", se félicite le groupe dans un communiqué.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

Le groupe Seb, inventeur de la "cocotte-minute" dans les années 50, est aujourd'hui le premier fabricant mondial de petit équipement domestique, grâce au rachat en 2001 de son concurrent Moulinex-Krups, alors en redressement judiciaire. Une présence dans près de 120 pays permet au groupe de réaliser plus de 78 % de son chiffre d'affaires à l'international (22 % en France et 26 % dans le reste de l'UE) . Seb emploie 13750 personnes. Seb a pris le contrôle de la société Supor fin 2007 pour 211 millions d'euros. Grâce au rachat du leader chinois des autocuiseurs, le groupe va bénéficier de la forte croissance du marché chinois et de la faiblesse de ses coûts de production.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- Seb est diversifié d'un point de vue géographique.

- Le succès commercial du groupe se fonde largement sur sa capacité d'innovation. S'il lui faut résister sur l'entrée de gamme, Seb compte surtout sur le haut de gamme pour assurer le maintien de ses marges et augmenter ses ventes.

-Seb a de solides positions dans les secteurs soin de la personne, boissons et aspiration, qui restent très dynamiques.

-Seb a su stabiliser ses marges, ce qui lui permet de faire apparaître de forts volumes dans son compte de résultat.

Les points faibles de la valeur

- La très large couverture géographique du groupe l'expose aux aléas de la conjoncture mondiale et aux parités de change, bien qu'elle lui offre des opportunités essentielles dans des pays émergents où le taux d'équipement des ménages monte en puissance.

- Le ralentissement économique aux Etats-Unis n'épargne pas le groupe.

- Dans le cadre de ses activités de production, le groupe peut subir les variations du prix de certaines matières premières.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- Les investisseurs s'intéresseront à l'activité des concurrents de Seb, à savoir Philips, Bosch, Matsushita, Electrolux ou encore Whirlpool suivant les domaines. A noter qu'il n'existe pas de groupe parfaitement comparable, étant donné la position unique de Seb sur le petit électroménager.

- On sera attentif au développement de Seb en Chine grâce au rachat de Supor, numéro un chinois.

-Le plan de restructuration lancé en 2006 doit s'achever en 2008.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Biens de consommation

Le Fonds monétaire international (FMI) a publié des prévisions pessimistes sur la croissance européenne, au cours des deux prochaines années. Considérant que des risques élevés pèsent sur les perspectives de croissance en Europe, le FMI estime que le ralentissement de l'économie américaine et les turbulences financières devraient avoir un impact conséquent. Ainsi le taux de croissance global qui s'établissait à 4% en 2006 et à 3,9% en 2007 chuterait à 2,6% en 2008 et même à 2,5% en 2009. Ce recul serait encore même plus important pour les économies développées qui subiraient un retrait de leur taux de croissance de 2,9% en 2006 à 1,4% en 2009. La France, quant à elle, verrait son taux de croissance baisser de 2% en 2006 à 1,2% en 2009. Le moral en berne des ménages ainsi que l'inflation, qui atteint des sommets, sont des indicateurs inquiétants pour la croissance française en 2008.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
EADS confirme son objectif d'Ebit à...
Article Suivant :
A SUIVRE AUJOURD'HUI... SEB

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités





Mots-clés : Consommation   Etats unis   Euros   Fmi   Inflation   Socia  
Sociétés citées dans cette news : SEB  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?