L'UE se veut rassurante sur ses banques et va durcir sa discipline budgétaire | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

L'UE se veut rassurante sur ses banques et va durcir sa discipline budgétaire

Jeudi 17 Jun 2010 à 23:45

Les dirigeants de l'UE ont décidé jeudi au cours d'un sommet de durcir leur discipline budgétaire et de jouer la transparence sur leurs banques pour tenter de rassurer des marchés toujours préoccupés par la zone euro et par l'Espagne en particulier.

Afin de tirer les leçons de la crise de la dette qui secoue l'Europe, ils ont aussi posé les jalons d'un gouvernement économique en commun, visant à mieux coordonner leurs politiques nationales.

Mais il concernera l'Union européenne dans son ensemble, et ne se fera pas au niveau de la seule zone euro, ce que voulait la France. "Nous devons éviter de créer des lignes de fracture entre les 16 pays de la zone euro et les 27 de l'UE", a jugé le président de l'UE, Herman Van Rompuy, à l'issue de la réunion.

Les chefs d'Etat ou de gouvernements ont pris des engagements pour durcir le Pacte de stabilité, qui encadre les politiques budgétaires de l'UE mais s'est révélé inopérant, la dette et les déficits européens ayant atteint des niveaux spectaculaires, a annoncé le président de l'UE.

Concrètement, ils ont accepté de faire examiner au niveau européen à partir de 2011 leurs projets de budgets nationaux au printemps de chaque année, avant qu'ils ne soient adoptés par leurs Parlements.

Ils ont aussi prévu de créer de nouvelles sanctions "progressives" pour les mauvais élèves. Cela pourrait inclure la privation de certaines subventions européennes.

Les Européens restent en revanche divisés à l'égard d'une proposition franco-allemande visant à supprimer les droits de vote dans l'UE des pays trop laxistes au plan budgétaire. Les opposants estiment que cela rendrait nécessaire une procédure trop lourde de changement de traité.

Pour chercher à calmer des marchés inquiets sur la santé de leurs banques, les dirigeants sont par ailleurs tombés d'accord pour que les résultats des tests de solidité des établissements européens ("stress tests") soient publiés d'ici à fin juillet. Actuellement, ils sont confidentiels.

Cette décision vise surtout à rassurer sur l'état du secteur bancaire en Espagne, fragilisé par l'éclatement de la bulle immobilière dans le pays. Beaucoup redoutent que les comptes de nombreux établissements ne soient plombés par des prêts qui ne pourront jamais être remboursés.

Et les banques espagnoles éprouvent en outre des difficultés grandissantes à trouver de l'argent frais auprès des marchés.

Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a cependant qualifié d'"infondées" les "rumeurs" sur la fragilité du secteur financier espagnol.

Il a reçu le soutien de ses partenaires qui se sont voulus rassurants. Le président français Nicolas Sarkozy a ainsi estimé à propos de l'Espagne qu'il n'y avait "pas de problème".

M. Van Rompuy a indiqué de son côté que les dirigeants européens réunis à Bruxelles avaient "félicité" l'Espagne pour les mesures prises récemment en vue de réduire son déficit et de réformer son économie. "Elles sont courageuses et devraient être efficaces", a-t-il dit.

La presse allemande et espagnole a pourtant fait état d'un plan en préparation pour apporter une aide financière à Madrid, dans le sillage de celle accordée à la Grèce.

Autre initiative : les pays de l'UE vont introduire des taxes sur les banques chez eux, afin de leur faire régler une partie de la facture de la crise et d'alimenter des mécanismes d'assurances pour l'avenir.

Ils entendent aussi promouvoir l'idée d'une taxe mondiale sur les transactions financières, au sommet du G20 de Toronto la semaine prochaine, même si les chances d'accord sur ce point sont quasi-nulles en raison de l'opposition de nombreux pays.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
La filiale française de Merck...
Article Suivant :
Jean-Marie Bockel renonce à sa...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Crise   Dirigeants   Euro   G20   Nicolas sarkozy   Sarkozy   Zone euro   Rompuy   Espagnol  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?