Pilotage économique de l'UE: Sarkozy rejoint les positions de Merkel | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

Pilotage économique de l'UE: Sarkozy rejoint les positions de Merkel

Mardi 15 Jun 2010 à 00:50

Le président français Nicolas Sarkozy a rejoint les positions de la chancelière allemande Angela Merkel sur le pilotage économique de l'Union européenne, notamment sur sa gouvernance économique, lundi lors d'une rencontre à Berlin.

Les deux dirigeants cherchent ainsi à démontrer que le couple franco-allemand, dont l'image avait été mise à mal notamment lors de la crise grecque, est bien "le moteur de l'Europe" qui fait front commun contre la crise de l'euro, à quelques jours du prochain Conseil européen et d'une réunion du G20 à Toronto (Canada).

"Plus que jamais, l'Allemagne et la France sont décidées à parler d'une même voix, à assumer des initiatives communes, pour donner à l'Europe les moyens de ses ambitions légitimes et pour tirer les conséquences de crises à répétition dont nous ne voulons plus", a affirmé M. Sarkozy lors d'une conférence de presse commune avec Mme Merkel.

L'annulation in extremis de sa visite le 7 juin avait alimenté les spéculations sur un froid entre Paris et Berlin, mais les deux dirigeants faisaient assaut d'amabilité lundi soir.

Jusqu'ici, France et Allemagne divergeaient sur la façon d'éviter une répétition de la crise de la monnaie unique, M. Sarkozy plaidant notamment pour une gouvernance économique de la zone euro, tandis que Mme Merkel, qui craint pour l'indépendance de la Banque centrale européenne, s'en tenait à une gouvernance des Vingt-sept.

Finalement, le président Sarkozy a opté pour la solution préconisée par la chancelière allemande: les deux dirigeants ont défendu ensemble la nécessité d'un "gouvernement économique des 27 pays membres" de l'UE.

Du même coup, M. Sarkozy a renoncé à un "secrétariat" qui dirigerait la stratégie économique de l'Union et coordonnerait les politiques budgétaires. Une proposition qui avait fermement été rejetée par Herman Van Rompuy, le président de l'UE.

"On a choisi d'être pragmatiques, opérationnels (...) Il vaut mieux alléger les systèmes européens en ne multipliant pas les institutions pour privilégier le pragmatisme", a déclaré M. Sarkozy.

Et "en cas de nécessité, s'agissant de la zone euro, nous nous réservons (la possibilité) de réunir les 16" pays membres de la zone, a-t-il ajouté.

Avec les même mots, Mme Merkel avait affirmé quelques instants plus tôt qu'il s'agissait de "pouvoir agir de manière pragmatique et opérationnelle".

"Nous avons besoin d'un gouvernement économique fort, plus fort que celui que nous avons à l'heure actuelle (...) et composé des 27 chefs d'Etat et de gouvernement", a-t-elle insisté.

Autre point d'accord entre le président et la chancelière: la suspension des droits de vote pour les pays de l'UE laxistes en matière budgétaire, une idée défendue depuis plusieurs semaines par Berlin.

"Nous pensons proposer au groupe de M. Van Rompuy comme sanctions la suspension des droits de vote", a dit le président français.

Mme Merkel et M. Sarkozy se sont par ailleurs dits favorables à l'introduction d'une taxe bancaire et à la création d'une taxe sur les transactions financières.

Ils ont indiqué qu'ils défendraient ensemble ces idées au G20, fin juin au Canada. "Nous porterons le même projet" de taxe sur les transactions financières et "nous appliquerons dans le même mouvement" la création d'une taxe bancaire", a insisté M. Sarkozy

Le président Sarkozy et la chancelière Merkel vont écrire une lettre commune au président en exercice du G20, Stephen Harper, pour lui faire part de toutes ces propositions et "lui indiquer clairement" leurs "attentes", a souligné Mme Merkel.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Reprise du Monde: décision du...
Article Suivant :
Moody's dégrade fortement la note...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Crise   Dirigeants   Euro   G20   Nicolas sarkozy   Sarkozy   Zone euro   Pilotage   Rompuy   Taxe  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?