THALES : HSBC n'est plus négatif | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Thales (HO) FR0000121329


€ 24.105  -0.84%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

THALES : HSBC n'est plus négatif

Vendredi 14 Oct 2011 à 09:23

HSBC a relevé sa recommandation de Sous-pondérer à Neutre avec un objectif de cours réduit de 28 euros à 26,50 euros sur Thales dans le cadre d'une étude sur le secteur de la défense. Tout en reconnaissant que les perspectives du secteur restent incertaines, le bureau d'études estime que des valorisations au plus bas et la résilience des résultats devraient lui offrir un support relativement aux autres industries. Il a abaissé de 12% en moyenne ses prévisions de bénéfice par action 2013 afin de prendre en compte un déclin des ventes aux Etats-Unis et des marges.

Elles sont désormais inférieures de 9% au consensus.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Avec 55% de son chiffre d'affaires dans l'électronique de défense, Thales figure parmi les leaders mondiaux (systèmes de combat, C4ISR, électronique de missiles, radars, sonars) derrière les acteurs américains (Lockheed, Raytheon) mais devant les acteurs européens (Finmeccanica, BAE) ;

- Dans le civil, Thales est numéro un mondial de la gestion du trafic aérien, numéro deux mondial de la signalisation ferroviaire, du multimédia de bord et de l'avionique, numéro un européen de la fabrication de satellites civils ;

-Avec seulement 25% de son chiffre d'affaires en France, Thales peut être considéré comme un groupe international avec une forte présence dans les pays émergents (36% du CA), dont 10% au Moyen-Orient et 10% en Asie ;

- Luc Vigneron, le nouveau président, a mis en place un plan de retour à la rentabilité (Probasis) avec notamment une nouvelle organisation interne ;

- La nomination du nouveau président a été concomitante à l'arrivée de Dassault Aviation comme actionnaire industriel de référence. Dassault Aviation est décidé à jouer un rôle proactif dans la gestion de Thales.

Les points faibles de la valeur

-Thales a un portefeuille d'activités jugé trop disparate avec certains métiers civils non stratégiques ;

-La concurrence américaine est de plus en plus présente sur les marchés export ;

- Les investisseurs craignent que les plans d'austérité en Europe n'amputent davantage les budgets défense. La tendance était déjà à la baisse des budgets militaires dans les pays industrialisés. 30% du CA de Thales est exposé ;

- Thales ne réalise qu'une portion limitée de son chiffre d'affaires défense aux Etats-Unis, pays qui demeure, malgré les coupes budgétaires, de très loin le premier marché du secteur.

Comment suivre la valeur

- Thales est une valeur de restructuration ;

- Valeur du secteur défense, Thales est sensible à l'évolution des dépenses des gouvernements en matière militaire ;

- En raison de ses activités aéronautiques, la société est également soumise aux cycles de ce secteur ;

- Thales est également une valeur sensible aux fluctuations du dollar ;

- La refonte du groupe initiée par la nouvelle direction et les mesures de restructuration engagées devraient aboutir à une réappréciation boursière significative. Mais cette réorganisation n'est pas sans risques ;

- L'annonce d'un possible contrat Rafale avec les Emirats Arabes Unis dès le mois de novembre pourrait aussi servir de catalyseur ;

- La consolidation du secteur, largement insufflée par l'Etat, est à suivre. Thales devrait échanger des actifs avec Safran. Il est aussi en discussion avec plusieurs autres groupes.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Aéronautique - Défense

Les compagnies aériennes américaines s'apprêtent à renouveler leur flotte vieillissante, ce qui représente une formidable opportunité pour Airbus et Boeing. En effet, les moyens et longs courriers détenus par American Airlines, delta et United, qui a fusionné avec Continental, appartiennent à l'ancienne génération d'appareils, très gourmands en carburant. Ils sont également de plus en plus chers à entretenir. Les experts estiment que 5 000 appareils devraient être remplacés à court terme, dont 70% aux Etats-Unis. Ce pic de commandes aux Etats-Unis devrait générer un pic de livraisons en 2016. Sur les 460 moyen-courriers «économes» commandés par American Airlines, 260 ont concerné l'Airbus A320 et 200 le Boeing 737. Cela représente la plus grosse commande de l'histoire de l'aviation. Air France-KLM a également choisi d'opter pour des appareils moins gourmands en carburant. La compagnie a commandé autant d'avions à Airbus et Boeing (25 chacun), pour un prix catalogue de 12 MdUSD. Cette commande ferme est assortie d'options d'achat pour 60 autres avions.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
CARREFOUR : Aurel dégrade à Vendre
Article Suivant :
LAFARGE : Credit Suisse reprend sa...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Airbus   Dollar   Etats unis   Euros   Hsbc   Na  
Sociétés citées dans cette news : Boeing   Air France KLM   Safran   Thales   Dassault Aviation  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?