Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Ouverture mitigée attendue | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Ouverture mitigée attendue

Mardi 18 Oct 2011 à 15:15

Les futures sur indices prédisent une ouverture en ordre dispersé des marchés actions américains. Les investisseurs pourraient réagir à la décélération de la croissance économique chinoise au troisième trimestre. Plusieurs grandes sociétés américaines ont par ailleurs publié des résultats trimestriels disparates. Coca-Cola a dévoilé des chiffres légèrement meilleurs que prévu tandis que Goldman Sachs a déçu. Vingt minutes avant la cloche, les futures sur indices S&P 500 et nasdaq 100 évoluent respectivement en baisse de 0,12% à 1 192,50 points et en hausse de 0,25% à 2 326,75 points.

Hier à Wall Street

Les marchés actions américains se sont nettement repliés. Les investisseurs ont pris leurs bénéfices après les deux semaines de hausse à Wall Street. Cette prudence a été confortée par un regain d'inquiétude concernant une résolution de la crise en Europe. Par ailleurs, les opérateurs ont mal réagi à l'annonce d'une hausse décevante de l'indice d'activité de la Fed de New York. Sur le front des valeurs, Citigroup a baissé tandis que Wells Fargo a trébuché sur des résultats décevants. Le Dow Jones a perdu 2,13% à 1 397 points tandis que le nasdaq composite a cédé 1,98% à 2 614,92 points.

Les chiffres macroéconomiques

Les prix à la production ont progressé de 0,8% au mois de septembre aux Etats-Unis là où les analystes tablaient sur une hausse de 0,2% seulement. Hors alimentation et énergie, ils ont augmenté de 0,2% contre une hausse de 0,1% attendue par le marché.

L'indice immobilier HAHB pour octobre sera publié à 16h.

Les valeurs à suivre

BANK OF AMERICA

Bank of America a publié un bénéfice net au troisième trimestre, soutenu par un gain comptable et des cessions d'actifs. La banque américaine a réalisé un bénéfice net de 6,2 milliards de dollars, ou 56 cents par action, contre une perte de 7,3 milliards, ou 77 cents par action un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a progressé de 6% à 28,7 milliards, au-dessus du consensus de 25,95 milliards.

COCA-COLA

Coca-Cola a dévoilé des résultats légèrement meilleurs que prévu au troisième trimestre. Sur cette période, le numéro un mondial des sodas a dégagé un bénéfice net de 2,22 milliards de dollars, soit 95 cents par action, à comparer avec 2,06 milliards de dollars, ou 88 cents par action, un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action a atteint 1,03 dollar soit 1 cent de mieux que le consensus. Le chiffre d'affaires a augmenté de 45% à 12,2 milliards de dollars grâce notamment au rachat des activités nord américaines de son principal embouteilleur Coca-Cola Entreprises.

GOLDMAN SACHS

La banque Goldman Sachs a essuyé une perte nette plus lourde que prévu au troisième trimestre. Sa perte nette s'est élevée à 428 millions de dollars, soit 84 cents par action, à comparer avec un bénéfice net de 1,737 milliard de dollars, soit 2,98 dollars par action, un an plus tôt. Les analystes interrogés par Thomson Reuters anticipaient en moyenne une perte de seulement 16 cents par action. Il s'agit de la seconde fois que les comptes de la banque sont dans le rouge depuis son introduction en Bourse. Son produit net bancaire a chuté de 60% à 3,59 milliards de dollars.

IBM

IBM a présenté hier soir des ventes décevantes. Au troisième trimestre, la plus importante ssii mondiale a réalisé un bénéfice net en hausse de 7% à 3,8 milliards de dollars, soit 3,19 dollars par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action a atteint 3,28 dollars, soit 6 cents de mieux que le consensus Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires a progressé de 8% à 26,2 milliards de dollars, là où le consensus s'élevait à 26,26 milliards de dollars. Il a progressé de 3% hors impact des changes.

JOHNSON & JOHNSON

Johnson & Johnson's a vu son bénéfice net reculé de 6% au troisième trimestre, pénalisé par le niveau élevé des coûts de production et une charge liée au rachat du fabricant suisse de matériel médical Synthes au printemps dernier. Le géant américain de la santé a réalisé un bénéfice net de 3,2 milliards de dollars, ou 1,15 dollar par action. Hors éléments exceptionnels, le BPA ressort à 1,24 dollar. Le chiffre d'affaires a progressé de 7% à 16 milliards. Les analystes visaient un BPA hors éléments exceptionnels de 1,21 dollar et un chiffre d'affaires de 16,02 milliards.

OMNICOM

Le groupe américain de communication Omnicom a dévoilé des résultats trimestriels plus brillants qu'anticipé. Au troisième trimestre, le concurrent de Publicis a réalisé un bénéfice net en hausse de 16,7% à 203,7 millions de dollars, soit 72 cents par action. Le consensus FactSet a été dépassé de 2 cents par action. Dans le même temps, le revenu a progressé de 12,9% à 3,38 milliards de dollars, ce qui dépassé la prévision moyenne de Wall Street de 3,32 milliards de dollars.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

tier 1 / tier 2 : Depuis 1988, on distingue pour les banques deux grandes catégories de fonds propres, le tier 1 et tier 2, classés en fonction du type de risque qu'ils peuvent compenser pour calculer le ratio de solvabilité de la banque. Le tier 1 concerne les fonds propres dits de base, (actions ordinaires et certificats d'investissement, intérêts minoritaires.), le tier 2 désignant les fonds propres complémentaires (plus values latentes, provisions, titres participatifs.). Il existe également un tier 3, pour les fonds propres de troisième catégorie, qui couvrent les risques de marché. La définition généralement acceptée est celle du Comité de Bâle pour la surveillance bancaire, institution créée par les différentes banques centrales dans le dessein d'harmoniser les méthodes d'analyse et d'internationaliser les normes bancaires.

Prix à la production : ils mesurent l'évolution des prix de gros, les services ne sont pas compris. Trois catégories sont distinguées : les biens bruts, les biens intermédiaires et les produits finis. Le marché s'intéresse à l'indice des produits finis. Comme pour les prix à la consommation, la primauté est accordée à l'indice prix à la production «core», c'est-à-dire hors énergie et alimentation, qui donne une meilleure idée des tensions sous-jacentes.

Il est théoriquement un précurseur de l'indice des prix à la consommation. La hausse ou la baisse des prix de gros devant un moment ou à un autre être transférée au consommateur. Toutefois, en fonction de la situation concurrentielle, cette liaison est loin d'être évidente.

Indice de la Fed de l'Etat de New York (New York Empire State Index) : cet indicateur de faible importance pour les marchés est établi sur la base d'une enquête réalisée auprès d'une centaine de cadres dirigeants du secteur manufacturier de la région de New York. Ils sont interrogés sur leur situation actuelle et sur leurs perspectives à six mois.

indice de confiance des consommateurs de l'université du Michigan : très surveillé par les investisseurs, cet indicateur est le résultat d'une enquête mensuelle réalisée par l'université du Michigan auprès de plusieurs centaines de personnes au sujet de leur situation financière et de l'économie américaine en général. Une hausse (baisse) prolongée de cette statistique est considérée comme le signe avant-coureur d'une accélération (ralentissement) de la croissance économique.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
USA - hausse plus forte que prévu...
Article Suivant :
Wall Street s'envole à la clôture,...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Sociétés citées dans cette news : IBM   IBM  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?