CARREFOUR : Morgan Stanley reprend le suivi à Pondération en ligne | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Carrefour (CA) FR0000120172


€ 17.855  -0.33%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

CARREFOUR : Morgan Stanley reprend le suivi à Pondération en ligne

Mardi 30 Aoû 2011 à 11:14

Morgan Stanley a repris le suivi de Carrefour avec une recommandation Pondération en ligne et un objectif de cours de 19,50 euros. Le bureau d'études estime que la faiblesse des résultats en France et en Europe est compensée par la possibilité de décisions « stratégiques ». Selon l'analyse, l'écart de prix entre Carrefour et les distributeurs indépendants dont Leclerc se trouve à un plus haut de 10 ans.

Soulignant que le levier opérationnel de la France a augmenté au cours des dix dernières années, tout effort substantiel pour réduire l'écart aura un impact significatif sur les résultats du groupe, signale Morgan Stanley.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Carrefour est le deuxième distributeur mondial, derrière l'américain Wal-Mart, et premier distributeur européen ;

- La marque Carrefour bénéficie d'une forte notoriété ;

- Lars Olofsson, à la tête de Carrefour fin 2008 et dont les pouvoirs ont été renforcés à l'issue de l'AG du 21 juin 2011, a imposé au groupe un virage stratégique majeur : recentrage sur la marque Carrefour et politique de prix plus bas et plus constants ;

- Les activités internationales (50% du chiffre d'affaires) sont plus dynamiques et plus profitables en moyenne que celles des pays matures.

Les points faibles de la valeur/=

- La confiance des investisseurs a été entamée par deux avertissements sur résultats en deux mois au second semestre 2010 et la contre-performance persistante des hypermarchés au Brésil ;

- Le projet de cotation du pôle immobilier Carrefour Property (pour le moment reporté) et celui d'indépendance de Dia, la branche discount, annoncés début mars 2011 suscitent la plus grande réserve de la part des analystes qui estiment que ces choix ne sont pas favorables au groupe : la 1ère opération risquerait d'entraîner des charges opérationnelles très lourdes pour les hypermarchés européens et de renchérir le coût du crédit pour le groupe tandis que la 2nde fera sortir Carrefour d'une activité à très fort potentiel, notamment dans les pays émergents ;

- Le départ de Jean-Martin Folz de son poste d'administrateur et de vice-président est un indice de divergence également en interne, qui soulève une fois de plus les problèmes de gouvernance chez Carrefour ;

- Les difficultés dans les hypermarchés, du fait du changement des habitudes de consommation en France avec un attrait plus grand pour les magasins de proximité, restent l'une des principales préoccupations des investisseurs. Le nouveau format d'hyper « Carrefour Planet » peine à convaincre ;

- Les conditions de marché sont structurellement difficiles en France (forte présence des indépendants/franchisés), en Belgique (présence marquée des discounters) et en Italie (prédominance du commerce traditionnel), qui sont 3 des principaux marchés du groupe ;

- Certains se demandent également si la stratégie de pratiquer des prix plus bas ne va pas peser sur sa solidité financière. La dette nette du groupe s'est déjà nettement alourdie à près de 8 milliards d'euros en 2010 ;

- Le poids des pays émergents dans le chiffre d'affaires est beaucoup plus faible que Casino.

=/Comment suivre la valeur/=

- Remettre en ordre de marche le pôle « France » est primordial. Le nouveau directeur nommé en juin 2011 aura la lourde tâche de remotiver les équipes et de mieux piloter la tactique commerciale de l'enseigne ;

- A suivre également le déploiement des « Carrefour Planet », tout nouveau concept d'hypermarchés visant à reconquérir la clientèle ;

- En cas d'échec des chantiers européens du groupe, les analystes n'excluent par la vente des actifs de Carrefour dans les pays émergents. Mais cela serait dommageable pour les perspectives de croissance du groupe à moyen terme ;

- Les actionnaires de référence (Groupe Arnault et Colony Capital) exercent une forte pression sur la stratégie du groupe ;

- La consommation de produits alimentaires est traditionnellement peu cyclique mais les habitudes de consommation ont fortement évolué ces dernières années ;

- Toutes les crises alimentaires auxquelles le public est de plus en plus sensible sont susceptibles de peser sur les ventes (vache folle, grippe aviaire, maîs transgénique).

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Distribution généraliste

Tout l'enjeu d'une croissance durable pour les grands acteurs français, que sont Carrefour et Auchan, repose notamment sur la relance de leurs hypermarchés français. Ils représentent le coeur de l'activité de ces groupes, d'où leur intérêt stratégique. Pourtant, alors qu'ils constituent le premier contributeur à son chiffre d'affaires et à son résultat, les hypermarchés français de Carrefour n'ont cessé d'enregistrer des performances décevantes par rapport à la concurrence. Pour réinventer l'hypermarché, Carrefour vient de lancer un nouveau concept : Carrefour Planet. L'objectif est de permettre au client de ne plus envisager les courses comme une corvée. Ce nouvel hypermarché s'organise autour de neuf univers dont la beauté, le bio, le marché (produits frais), ou les loisirs, et s'inspire du grand magasin, multi-spécialiste. De grandes marques (L'Oréal, Apple, Coca Cola) ont investi ce nouveau concept avec des stands dédiés.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
INGENICO : HSBC réduit son objectif...
Article Suivant :
EUROFINS SCIENTIFIC : Oddo reste Neutre

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Apple   Consommation   Euros   Immobilier   Lars olofsson   Leclerc   Morgan   Ponda  
Sociétés citées dans cette news : Carrefour   L'Oréal  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?