CASINO : UBS n'est plus à la vente | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

CASINO : UBS n'est plus à la vente

Mercredi 18 Mai 2011 à 10:55

UBS a relevé sa recommandation de Vendre à Neutre et son objectif de cours de 62 euros à 73 euros sur Casino. Le bureau d'études est plus convaincu par les fondamentaux du distributeur. Du côté positif, il considère comme attractive l'exposition du groupe aux pays émergents (35% des ventes) dans un contexte paneuropéen et accueille avec bienveillance la récente amélioration des ventes en France.

A contrario, le broker s'inquiète de possibles nouvelles pressions sur les résultats au cours de l'année en raison principalement d'un ENVIRONNEMENT encore difficile en France au niveau de la marge brute.

Affichant une prime de 8% par rapport au secteur, l'analyste estime que Casino est correctement valorisé.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- La proximité est au coeur de la stratégie de Casino, notamment en France. Le groupe profite ainsi de l'évolution des tendances vers ce type de consommation ;

- Dans la conjoncture économique actuelle, les marques de distributeurs tirent leur épingle du jeu. Casino est leader sur ce segment, avec plus de 50% des volumes vendus en 2009 ;

- Les marges de Monoprix résistent bien dans un environnement concurrentiel tendu : la clientèle de cette enseigne est moins attentive aux prix que celle d'autres formats de distribution ;

- Casino a fait le choix de se concentrer sur quelques marchés internationaux, plus précisément dans les pays émergents avec une position de numéro 1 ou 2 au Brésil, Colombie, Vietnam et désormais Thaîlande suite à l'acquisition des actifs de Carrefour. Le chiffre d'affaires dans les pays émergents va passer de 35% en 2010 à 42% cette année ;

- Cette taille critique acquise dans un nombre de pays limité assure une bonne rentabilité des activités internationales ;

- Le groupe s'est désengagé des Pays-Bas, marché très concurrentiel. Casino n'est plus présent en Europe, en dehors de la France ;

- L'immobilier est un pilier stratégique. Via sa filiale cotée Mercialys, société foncière détenue à 50%, le distributeur multiplie les opérations immobilières. Objectif : créer de la valeur.

Les points faibles

- La position du groupe sur son marché domestique est toujours perçue comme un facteur d'incertitude : prix élevé des marques nationales dans certaines enseignes, absence de taille critique en hypermarchés, vive concurrence en hard discount ;

- Les très grandes surfaces représentent encore un tiers du chiffre d'affaires ;

- Le hard discount a été touché de plein fouet par la crise. Il y a également un risque de cannibalisation avec l'activité hypermarchés.

Comment suivre la valeur

- Casino affiche une décote moyenne de 10% par rapport aux autres acteurs du secteur ;

- Les catalyseurs boursiers sont : la bonne résistance de la France et le fort effet de levier de l'activité à l'International ;

- La consommation de produits alimentaires est traditionnellement peu cyclique mais les habitudes de consommation ont fortement évolué ces dernières années ;

- Toutes les crises alimentaires auxquelles le public est de plus en plus sensible sont susceptibles de peser sur les ventes (vache folle, grippe aviaire, maîs transgénique) ;

- La forte présence dans les magasins de proximité offre à la valeur un profil plus défensif que Carrefour ;

- Casino a dévoilé fin 2009 son intention de faire évoluer son organisation en France. Le projet vise à développer et à accélérer les relations transversales entre la branche hypermarchés et la branche supermarchés ;

- Les performances du groupe sur son marché domestique (66% des ventes) et la confirmation du redressement de Leader Price restent le principal catalyseur boursier malgré le développement dans les pays émergents.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Distribution généraliste

Tout l'enjeu d'une croissance durable pour les grands acteurs français, que sont Carrefour et Auchan, repose notamment sur la relance de leurs hypermarchés français. Ils représentent le coeur de l'activité de ces groupes, d'où leur intérêt stratégique. Pourtant, alors qu'ils constituent le premier contributeur à son chiffre d'affaires et à son résultat, les hypermarchés français de Carrefour n'ont cessé d'enregistrer des performances décevantes par rapport à la concurrence. Pour réinventer l'hypermarché, Carrefour vient de lancer un nouveau concept : Carrefour Planet. L'objectif est de permettre au client de ne plus envisager les courses comme une corvée. Ce nouvel hypermarché s'organise autour de neuf univers dont la beauté, le bio, le marché (produits frais), ou les loisirs, et s'inspire du grand magasin, multi-spécialiste. De grandes marques (L'Oréal, Apple, Coca Cola) ont investi ce nouveau concept avec des stands dédiés.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
LAFARGE : Bank of America Merrill...
Article Suivant :
PERNOD RICARD : Nomura reste à l'Achat

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Apple   Consommation   Crise   Euros   Immobilier   Prime   Tra  
Sociétés citées dans cette news : Carrefour   L'Oréal   Mercialys   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?