NEXITY : Gilbert Dupont reste à l'Achat | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

NEXITY : Gilbert Dupont reste à l'Achat

Jeudi 25 Nov 2010 à 09:59

Gilbert Dupont a conservé sa recommandation Acheter et son objectif de cours de 39,6 euros sur Nexity après que le groupe a annoncé avoir achevé son plan de rachat d'actions de 2,4 millions d'actions, soit 4,5% du capital. Comme prévu, ces actions ont été annulées. Avec un prix moyen de 27,21 euros par action, le coût de l'opération est ressorti à 65,8 millions d'euros. Le nombre d'actions ressort désormais à 51,692 millions contre 54,112 millions auparavant.

Gilbert Dupont calcule que cette opération a un impact relutif de 4% sur le bénéfice par action 2010 en année pleine, mais seulement de près de 1% en consolidé. « A l'instar de la distribution d'un dividende élevé sur les résultats 2009 et 2010, cette opération met en lumière le fait que le groupe ne possède pas de projets de croissance externe significatifs », ajoute-t-il.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les forces de la valeur

- La structure intégrée du promoteur est un atout dans un cadre de ralentissement du secteur immobilier.

- Nexity se diversifie dans les services, la distribution et le tertiaire ; un atout dans les bas de cycle.

- La norme BBC (Bâtiment Basse Consommation énergétique) dans les logements devra être appliquée dès 2011 dans l'investissement locatif pour bénéficier à 100% de l'avantage fiscal Scellier. Nexity est prêt sur le sujet, ce qui lui confère un avantage concurrentiel.

- Les modalités du nouveau prêt à taux Zéro (PTZ+), qui sera applicable au 1er janvier 2011 devraient être favorables aux promoteurs dont l'offre à vocation à proposer, dès l'année prochaine, des programmes neufs conformes à la norme BBC. C'est le cas de Nexity. Les primo-accédants, à qui est destiné le PTZ+, représentent 25% de sa clientèle.

- Nexity présente un bilan atypique pour un promoteur avec une trésorerie nette positive. Cela lui permet d'avoir une politique de distribution de dividende très généreuse et d'offrir un rendement de plus de 6%.

Les faiblesses de la valeur

- Déjà fortement pénalisé par la crise, Nexity est désormais confronté à la faiblesse de son offre commerciale. L'activité commerciale a ainsi été atone au premier semestre 2010. En volume, les réservations de logements (sans compter les lotissements) ont reculé de 9%.

- La reprise des commandes, impulsée par les aides gouvernementales et la baisse des taux d'intérêt, ne se fera pas sentir dans les comptes avant plusieurs trimestres.

- Les mesures d'aides gouvernementales, comme la loi Scellier, n'ont qu'une durée de vie limitée, ce qui inquiète régulièrement les investisseurs.

- La mise en place des normes BBC entraîne un surcoût. La question est de savoir si, dans le contexte actuel, le promoteur pourra le répercuter totalement dans les prix.

Comment suivre la valeur

- Premier opérateur français de logements privés, Nexity est bien s-r fortement exposé à la santé du marché immobilier d'habitation. Dans cette optique, l'activité de la société dépend l'évolution des prix des terrains à bâtir, des prix au mètre carré et l'évolution des taux d'intérêt. La vitesse de commercialisation des logements et les stocks sont également à surveiller.

- La reprise des commandes a un effet positif décalé de plusieurs trimestres dans les comptes du promoteur : il faut concrétiser la vente chez le notaire pour que le premier versement en numéraire des acquéreurs ait lieu et qu'il soit pris en compte par Nexity. Les versements suivants s'étalent avec l'avancement des travaux.

- Le développement de l'offre commerciale est un des enjeux du groupe. 69 nouveaux programmes ont été lancés au premier semestre 2010, contre 46 un an plus tôt. 160 sont prévus sur l'année.

- Le marché s'interroge sur une éventuelle évolution du tour de table du promoteur à moyen terme. Plus de 40% du capital est détenu par la BPCE, le nouvel établissement bancaire né de la fusion entre les Caisses d'Epargne et les Banques Populaires.

- Nexity possède une participation de 33% dans la foncière Eurosic. Cet élément peut peser sur les résultats lorsque les valeurs d'actifs d'Eurosic baissent. D'un autre côté, cette foncière verse des dividendes intéressants.

- Le groupe souhaite se développer par croissance externe. Plusieurs cibles sont envisagées : des cabinets d'administration de biens de taille moyenne, des petits promoteurs régionaux, voire des opérations à l'étranger (Pologne). Le dossier Foncia semble compromis.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Immobilier

La Fédération des promoteurs constructeurs (FPC) anticipe une sensible augmentation de prix pour tous les logements. Cette évolution résulterait de l'arrivée sur le marché à partir du deuxième semestre d'une génération de programmes immobiliers Bâtiments basses consommations (BBC). Ces bâtiments devraient engendrer une hausse de prix de vente comprise entre 3,5% et 5%. A cela s'ajoute la réforme en cours des aides d'accession à la propriété, qui sera effective à partir de début 2011. Cette réforme entraîne la suppression à la fin de l'année du crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt. Les acquéreurs seraient donc incités à prendre leur décision d'achat avant fin 2010. De même, une diminution de l'avantage fiscal dans le cadre de la loi Scellier devrait également accélérer les achats d'ici fin 2010. Autre facteur très important : le niveau particulièrement bas des taux d'intérêt. L'Observatoire Crédit Logement CSA estime qu'ils devraient encore se tasser dans les prochains mois.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
LDC : Gilbert Dupont abaisse son...
Article Suivant :
NEXANS : Gilbert Dupont confirme son...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Consommation   Crise   Euros   Fusion   Immobilier   Logement   Loi scellier   Nexity   Dupont   A  
Sociétés citées dans cette news : Eurosic   Nexity  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?