LA CLOTURE A WALL STREET - Quatrième séance de baisse | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

LA CLOTURE A WALL STREET - Quatrième séance de baisse

Vendredi 02 Jul 2010 à 08:10

Les marchés américains ont enregistré jeudi leur quatrième séance consécutive de baisse sur fond d'indicateurs économiques dégradés. La baisse de l'indice ISM du secteur manufacturier a notamment été mal accueilli par les investisseurs, alors qu'il a touché en juin son niveau le plus bas depuis décembre. La fin de la séance a toutefois été marquée par les rachats à bon compte, évitant à la bourse new-yorkaise un repli plus important. Les indices Dow Jones et Nasdaq ont chuté respectivement de 0,42% à 9 732,53 points et de 0,37% à 2 101,36 points.

Le titre Yahoo ! a progressé de 1,81% à 14,09 dollars aujourd'hui dans un marché mitigé. Le portail Internet a annoncé l'approbation par son conseil d'administration d'un nouveau programme de rachat d'actions portant sur trois milliards de dollars sur trois ans. Au cours de clôture de mercredi, ce montant représente environ 15% de la capitalisation boursière du groupe. Le groupe a racheté la quasi-intégralité du montant autorisé par le précédent plan de rachat d'actions, lancé en 2006.

Les chiffres économiques du jour

L'indice ISM manufacturier des Etats-Unis est ressorti à 56,2 au mois de juin contre 59,7 en mai. Les analystes attendaient une baisse plus modeste, à 59.

Les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont plongé de 30% au mois de mai, là où les analystes attendaient une baisse de 12,5% seulement. Les dépenses de construction ont en revanche reculé moins que prévu, avec une baisse de 0,2% contre - 0,8% attendu.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage sont ressorties à 472 000 lors de la semaine du 26 juin contre 459 000 la semaine précédente (chiffre révisé de 457 000). Les analystes anticipaient un chiffre de 452 000.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

GENERAL MILLS

General Mills a publié un bénéfice net de 211,9 millions de dollars au quatrième trimestre, soit 31 cents par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice s'élève à 41 cents par action. L'an dernier, le groupe agroalimentaire avait enregistré un résultat net de 358,8 millions de dollars, soit 53 cents par action. Le groupe a par ailleurs dit tabler sur des bénéfices compris entre 2,46 et 2,48 dollars par action pour l'exercice fiscal 2011. Le consensus Thomson Reuters donne 2,49 dollars pour cette période.

MONSANTO

Monsanto a réalisé au troisième trimestre de son exercice 2009/2010 un bénéfice net en repli à 384 millions de dollars, ou 70 cents par action, contre 694 millions de dollars, ou 1,25 dollar par action un an plus tôt. Le bénéfice net ajusté du groupe d'agrochimie et de semences est ressorti à 81 cents, au-dessus du consensus FactSet Research de 79 cents. Le chiffre d'affaires a reculé à 2,96 milliards de dollars, contre 3,16 milliards un an plus tôt. Pour l'année complète, Monsanto confirme sa prévision d'un BPA ajusté compris entre 2,40 et 2,60 dollars. Le consensus est de 2,50 dollars.

SMITH & WESSON

Le fabricant d'armes américain Smith & Wesson a publié des résultats en repli mais supérieurs au consensus. Au quatrième trimestre de son exercice 2009/2010, l'armurier a réalisé un bénéfice net de 2,7 millions de dollars, ou 4 cents par action, contre 7,4 millions de dollars, ou 14 cents un an plus tôt. Hors exceptionnels, le BPA ressort à 8 cents, au-dessus du consensus de 4 cents. Le chiffre d'affaires a reculé de plus de 4% à 103,8 millions de dollars. Pour l'exercice en cours, le groupe table sur un chiffre d'affaires compris entre 430 et 445 millions de dollars (406,2 millions en 2010).

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

Prix à la production : ils mesurent l'évolution des prix de gros, les services ne sont pas compris. Trois catégories sont distinguées : les biens bruts, les biens intermédiaires et les produits finis. Le marché s'intéresse à l'indice des produits finis. Comme pour les prix à la consommation, la primauté est accordée à l'indice prix à la production «core», c'est-à-dire hors énergie et alimentation, qui donne une meilleure idée des tensions sous-jacentes.

Il est théoriquement un précurseur de l'indice des prix à la consommation. La hausse ou la baisse des prix de gros devant un moment ou à un autre être transférée au consommateur. Toutefois, en fonction de la situation concurrentielle, cette liaison est loin d'être évidente.

ISM (indice) : L'ISM, l'association des directeurs d'achats américains (Institut for Supply Management, anciennement NAPM) publie, le premier jour ouvré de chaque mois, à 16h00 (heure de Paris), un rapport sur l'activité du secteur manufacturier d'après son enquête réalisée au cours du mois précédent auprès de responsables des achats de plus de 400 entreprises de 20 secteurs manufacturiers.

Le volet le plus attendu de ce "Report On Business" est l'indice composite Purchasing Managers Index (qui combine les indicateurs spécifiques du niveau des prises de commandes, de la production, de l'emploi, des livraisons et des stocks). Cet indice PMI s'avère un très bon indicateur avancé de l'économie. On considère qu'au-delà de 50 %, il signale une expansion du secteur manufacturier, et une contraction en deçà, et qu'un indice qui se maintient durablement sous les 42,7 % signale une contraction de l'ensemble de l'économie.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Wall Street: Ford, Yahoo! et Smith &...
Article Suivant :
PRE-OUVERTURE A WALL STREET - Hausse...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Consommation   Dollar   Dollars   Dow jones   Emploi   Etats unis   Nasdaq   Wall street   Ama  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?