ANALYSE MI-SEANCE AOF FRANCE / EUROPE Embellie sur les marchés | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

ANALYSE MI-SEANCE AOF FRANCE / EUROPE Embellie sur les marchés

Mercredi 09 Jul 2008 à 12:31

Les indices actions européens rebondissent franchement dans le sillage de la belle clôture de Wall Street. Les propos rassurants de Ben Bernanke sur le système bancaire américain et la stabilisation du pétrole autour des 138 dollars le baril incitent les investisseurs à revenir sur les actions les plus massacrées ces derniers temps, et notamment les bancaires. A Londres, la crise financière n'empêche pas WPP de formaliser son offre sur son concurrent Taylor Nelson Sofres. A 12h25, l'indice CAC 40 progresse de 1,17% à 4325,47 points. Le FTSEurofirst 80 s'apprécie de 1,28% à 4268,11 points.

Le groupe britannique de communication, WPP a formellement lancé son offre de rachat sur le spécialiste des études de marché, Taylor Nelson Sofres (TNS). WPP propose 173 pence en numéraire et 0,1889 action WPP pour une action TNS. Sur la base de clôture de l'action WPP mardi, cette offre valorise le titre TNS à 260,6 pence et le groupe à 1,082 milliard de livres. Cette offre avait déjà été présentée à TNS qui l'avait rejetée, estimant qu'elle le sous-valorise «substantiellement». Taylor Nelson Sofres avait annoncé sa fusion avec son concurrent allemand GfK, début juin. A Londres, WPP cède 2,48% à 452,50 pence tandis que TNS bondit de 7% à 261,75 pence.

Une fois n'est pas coutume, les valeurs financières sont à la fête à la Bourse de Paris. Le secteur, fort malmené depuis près d'un an, doit ce sursaut à Ben Bernanke, qui a affirmé hier la volonté de la Fed de faire un geste pour la stabilité du système financier. Dexia prend 8,01% à 9,57 euros, Crédit Agricole bondit de 5,04% à 12,72 euros, Société Générale s'accorde 3,99% à 54,75 euros et BNP Paribas progresse de 3,04% à 58,050 euros.

Comme beaucoup d'analystes le prévoyaient, Renault ne devrait pas être épargné par la flambée du pétrole et des matières premières. Les ventes de la marque au losange devraient enregistrer en 2008 une croissance comprise entre 5 et 10%, "avec une probabilité plus forte d'être dans le bas de la fourchette", a en effet estimé Patrick Blain, le directeur commercial du groupe. "Il nous manque clairement des volumes, en Iran, en Corée et en Europe, où les marchés sont déprimés", a expliqué le dirigeant. En hausse de 0,24% à 49,94 euros, le titre ne semble cependant pas trop affecté.

Les chiffres macroéconomiques

Le déficit commercial français s'est creusé en mai à 4,738 milliards d'euros contre 3,739 milliards d'euros en avril. Les économistes interrogés par Reuters visaient un déficit de 4 milliards.

Au cours du premier trimestre 2008, le PIB de la zone euro a progressé de 0,7%, contre +0,8% en première estimation. Les économistes interrogés par l'agence Reuters s'attendaient à une confirmation de l'estimation initiale. La baisse de l'excédent commercial due à une révision à la hausse des importations explique cette révision de la croissance de la zone. Par ailleurs, au cours du quatrième trimestre 2007, les taux de croissance a été finalement de +0,4%, contre +0,3% selon la précédente estimation.

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance à 16h30 des stocks pétroliers hebdomadaires américains.

Ce midi, l'euro cote 1,5696 face au billet vert.

EN SAVOIR PLUS

ACTIVITE DE LA SOCIETE

Dexia est né du rapprochement en 1996 des deux principaux acteurs en Europe du financement public local : le Crédit Local de France et le Crédit Communal de Belgique. Les deux institutions ainsi que la Banque internationale à Luxembourg (BIL) ont été unifiées sous l'enseigne unique Dexia en 1999. Dexia constitue une des toutes premières fusions transfrontalières dans le secteur bancaire européen et se classe parmi les quinze plus grands établissements financiers de la zone euro. La banque franco-belge, leader mondial des services financiers au secteur public local, intervient également dans les domaines des services financiers de proximité, de la gestion d'actifs, ainsi que de la trésorerie et des marchés de capitaux. En matière d'administration de fonds, RBC Dexia Investor Services a été lancé en 2006 en collaboration avec la Royal Bank of Canada et se classe parmi les dix premières banques dépositaires au monde. Dexia est également une banque de détail de premier plan en Belgique et au Luxembourg et répond aux besoins en services financiers de plusieurs millions de clients.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur

- Grâce à sa structure de funding, le groupe est beaucoup moins sensible que ses compétiteurs à la crise de liquidité qui secoue actuellement le secteur bancaire.

- Le positionnement du groupe sur le secteur public local lui assure des revenus récurrents et peu risqués car peu dépendants de l'évolution des marchés financiers. Son stock de prêts donne au groupe une bonne visibilité.

Les points faibles de la valeur

- L'activité de capital market du groupe est réduite.

- La concurrence pèse sur les marges de l'activité de Banque des particuliers ainsi que dans le financement public du fait de la forte liquidité et de faible risque.

- La filiale américaine du groupe, FSA, pâtit de l'ENVIRONNEMENT instable aux Etats-Unis. En 2007, elle a perdu 65,7 millions de dollars.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR

- Dexia se définit lui-même comme une valeur contracyclique c'est-à-dire qui évolue dans le sens inverse des cycles économiques. Il profite ainsi des périodes difficiles par les politiques de relance de l'équipement public et le maintien de taux d'intérêts bas. En période de croissance, il résiste par les techniques d'ingénierie financière proposées aux collectivités.

- Il faut surveiller la politique de développement du groupe à l'international. Dexia affiche notamment des ambitions au Mexique, au Canada ou encore au Japon dans le domaine du financement public. Le groupe est également intéressé par l'Europe de l'Est.

- En raison de la crise actuelle du crédit, le titre est plus sensible aux variations des grandes valeurs financières.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Finance - Banques

L'année 2008 sera marquée par une politique de rigueur des banques françaises. Le Crédit Agricole a prévu un plan de recentrage pour Calyon et va céder jusqu'à 5 milliards d'euros d'actifs d'ici dix-huit mois. Quant à Natixis, qui a vu ses profits chuter de 88% au premier trimestre, à 69 millions d'euros, elle a adopté un plan d'économies de 400 millions d'ici à 2009 (représentant une baisse de 10% des coûts fixes). Comme au Crédit Agricole, certaines activités de marché trop risquées seront réduites, voire arrêtées. D'après une étude du BCG (Boston Consulting Group), la crise actuelle justifie le modèle de banque universelle, diversifiée tant sur le plan géographique que sur celui des activités. Grâce à ce modèle, les banques françaises ont pu compenser les effets de la crise, qui a durement touché les activités de banque de financement et d'investissement. A contrario, la banque à l'anglo-saxonne, qui suppose des établissements spécialisés dans les activités de banque d'investissement ou de crédit aux particuliers, pourrait être remise en cause.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Rebond du pétrole avec les missiles...
Article Suivant :
ANALYSE CLOTURE AOF - FRANCE / EUROPE...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Bourse de paris   Cac 40   Crise   Dollars   Etats unis   Euro   Euros   Fusion   Wall street   Zone euro   Cla  
Sociétés citées dans cette news : Dexia   Crédit Agricole   Natixis   Société Générale   BNP Paribas   Renault   CAC 40   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?