Analyse clôture AOF France / Europe - Le référendum grec sape les indices | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Analyse clôture AOF France / Europe - Le référendum grec sape les indices

Mardi 01 Nov 2011 à 17:48

La décision surprise du Premier ministre grec de soumettre à référendum le plan de sauvetage européen, pourtant conçu avec difficulté, a entraîné par le fond les marchés européens. La détermination affichée aujourd'hui de Nicolas Sarkozy et Angela Merkel à mettre en oeuvre l'accord européen n'a pas eu d'impact sur les investisseurs. L'augmentation du risque d'un défaut désordonné de la Grèce a entraîné une chute, parfois de plus de 10%, des valeurs bancaires. L'indice CAC 40 a clôturé en repli de 5,38% à 3068,33 points et le FTSE Eurotop 100 a perdu 3,79% à 2011,12 points.

En Europe, Credit Suisse (-9,02% à 23,29 francs suisses) a sous-performé un secteur bancaire pourtant mal en point (-6,5% pour l'indice Stoxx 600 des banques) en raison de résultats trimestriels décevants. Dans un contexte difficile pour le secteur bancaire, la banque helvète a annoncé de nouvelles mesures de réduction des coûts, qui passeront par une réduction d'environ 3% des effectifs, soit 1500 potes. Credit Suisse vise 800 millions de francs d'économies de coûts d'ici fin 2013. En prenant en compte les mesures déjà annoncées, la banque souhaite réduire ses coûts de 2 milliards de francs.

A Paris, EDF (- 3,11% à 21,03 euros) a surperformé l'indice CAC 40. L'électricien français a annoncé avoir trouvé un accord sur les principes de la réorganisation actionnariale et industrielle d'Edison, le deuxième producteur d'énergie transalpin, dont il détient déjà 49,9% du capital. Par conséquent, EDF a convenu avec A2A, la régie de Milan et de Brescia, (actionnaire majoritaire de Delmi qui regroupe les actionnaires italiens d'Edison), et Delmi de prolonger le pacte d'actionnaires relatif à Edison et Transalpina di Energia («TdE») jusqu'au vendredi 4 novembre 2011.

Dans le secteur bancaire, BNP Paribas a perdu 13,06%, Crédit Agricole 12,53% et Société Générale 16,23%. Les banques ont accepté la semaine dernière une décote de 50% sur la dette grecque qu'elles détiennent. Mais c'est l'ensemble du secteur financier qui a été pénalisé avec ce saut dans l'inconnu que constitue le référendum en Grèce. Axa a ainsi décroché de 12,49%.

Les chiffres macroéconomiques

Fitch estime que cette décision du Premier ministre grec est une menace pour la stabilité financière de la zone euro. Selon l'agence de notation, un rejet du programme récemment négocié par le gouvernement grec « augmenterait le risque d'un défaut souverain contraint et désordonné » et d'une « sortie potentielle de la Grèce de la zone euro ». Deux évènements qui auraient des implications sévères sur la stabilité financière et la viabilité de la zone euro, avertit-elle.

L'indice des directeurs d'achat (PMI) dans le secteur manufacturier a reculé à 50,8 en octobre aux Etats-Unis, contre 51,6 en septembre. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 52.

Les dépenses de construction ont progressé de 0,2% en septembre aux Etats-Unis, après avoir augmenté de 1,6% en août. Le consensus Reuters était de +0,3%.

A la clôture, l'euro cote 1,3707 face au billet vert.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

EBITDA : L'EBITDA (Earnings Before Interest, Tax, Depreciation and Amortization) est un concept anglo-saxon, proche conceptuellement de l'EBE français : Excédent Brut d'Exploitation. Il désigne le solde entre les produits et les charges d'exploitation, mais ne prend pas en compte les amortissements et les provisions.

Fair value (juste valeur) : La juste valeurd'un actif est le montant pour lequel cet actif pourrait être échangé entre des parties bien informées, consentantes et agissant dans des conditions de concurrence normale. Il s'agit donc d'une valeur qui puisse servir de base à une transaction.

Inflation : L'inflation est la hausse du niveau général des prix, entraînant une baisse durable du pouvoir d'achat de la monnaie. Elle est généralement évaluée au moyen de l'Indice des prix à la consommation (IPC).

D'une manière générale, une forte inflation profite au débiteur, tandis que le créditeur en pâtit. Pour jauger l'inflation, les banques centrales s'intéressent à l'indice des prix à la consommation sous-jacent, c'est-à-dire hors les éléments volatils que sont l'énergie et l'alimentation. On parle alors d'indice des prix à la consommation «core». La Fed privilégie l'indice PCE «core» qui mesure l'évolution des prix liés à la consommation des ménages. Le niveau d'inflation considéré comme acceptable par la BCE est de 2 % l'an.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
!!Le CAC 40 clôture en baisse de...
Article Suivant :
Morning meeting AOF France / Europe -...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Cac 40   Consommation   Etats unis   Euro   Euros   Inflation   Nicolas sarkozy   Pouvoir d achat   Sarkozy   Zone euro   Cla  
Sociétés citées dans cette news : Crédit Agricole   AXA   Société Générale   BNP Paribas   CAC 40   EDF  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?