Obligataire: Sparinvest souligne la possible valorisation du corporate | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Obligataire: Sparinvest souligne la possible valorisation du corporate

Lundi 31 Oct 2011 à 16:23

(AOF / Funds) - "Nous sommes convaincus que les actifs européens sont devenus trop bon marché dans le contexte mondial. Aussi sommes nous d'avis que nos fonds feront un retour en fanfare une fois que le marché se sera calmé, comme ils l'avaient fait pendant le printemps et l'été 2009. En attendant, nous vérifions que les baisses de la VL sont exclusivement en ligne avec les baisses du marché, c'est-à-dire que nous essayons de vendre lorsque les fondamentaux d'une société ne sont plus conformes à nos critères de faiblesse des ratios endettement net/fonds propres et prêt/valeur, affirme Sparinvest.

"Nous nous efforçons en outre de positionner le fonds de telle sorte que l'investisseur patient réalise des performances supérieures à la moyenne lorsque le marché se redresse. A nos yeux, le marché d'aujourd'hui regorge de bonnes affaires pour les investisseurs obligataires, d'autant plus que les fondamentaux sous-jacents des sociétés sont bien plus solides qu'ils ne l'étaient il y a deux ou trois ans."

Le gérant estime que "le marché des obligations d'entreprises recèle une valeur importante au-delà du risque macroéconomique et politique". Selon lui, les bilans du secteur privé sont globalement solides et les sociétés sont en bien meilleure position qu'elles ne l'étaient en 2008. Aux niveaux actuels, les spreads de crédit intègrent une récession modérée. Les sociétés ont assaini leurs bilans, réduit leur effet de levier et renforcé leurs positions en liquidités, marquées par les problèmes de financement qu'elles avaient connus pendant la crise du crédit de 2008-2009. Elles sont désormais bien armées pour résister à des environnements économiques plus faibles."

"En Europe notamment, les sociétés sont forcées de conserver une attitude favorable au crédit à mesure que le marché oblige les banques européennes à mettre leurs programmes à exécution encore plus rapidement qu'elles ne l'ont fait jusqu'ici si elles veulent se conformer aux exigences de Bâle III après les décotes additionnelles imposées à la dette grecque."

"Nous estimons que les spreads actuels pourraient aboutir à deux situations : soit les marchés s'amélioreront nettement en réponse à une stabilisation de la situation en Europe, soit ils se détérioreront davantage face à une résolution confuse des problèmes de la Grèce et/ou d'autres Etats périphériques. Nous sommes partisans du premier scénario dans lequel les spreads du crédit se resserreront bientôt."

Autrement dit, aux niveaux actuels des rendements, les obligations d'entreprises financières et non financières intègrent des primes de risque significatives, reflétant les risques élevés d'évènement politique qui pèsent sur la zone euro. "En l'absence d'une crise économique grave (ce que nous prévoyons), le potentiel de valorisation devient alors très puissant, surtout pour les financières européennes qui se sont échangées à des cours proches des plus bas observés après la chute de Lehman Brothers", conclut-il.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Schroders anticipe un ralentissement...
Article Suivant :
Sparinvest reste confiant sur son...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Crise   Euro   Fonds propres   Lehman brothers   Zone euro   Socia  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?