PPR : Oddo reste Neutre | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

PPR (KER) FR0000121485


€ 98.85  -0.4%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

PPR : Oddo reste Neutre

Jeudi 27 Oct 2011 à 13:25

Oddo a renouvelé sa recommandation Neutre et son objectif de cours de 125 euros sur PPR. Le groupe a publié un chiffre d'affaires de 3,857 milliards d'euros au troisième trimestre, en hausse de 8% et de 7% en organique. Le Luxe a dépassé les attentes avec une absence de ralentissement au troisième trimestre en dépit de la base plus difficile. Sans surprise, la distribution a amplifié son recul, pénalisée par la dégradation du contexte macro. Le discours sur les perspectives est optimiste, remarque Oddo.

Selon lui, la valorisation et la dynamique du Luxe limitent le risque de baisse, mais la valeur subit la dilution de la performance liée à la distribution.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Avec l'arrivée de François-Henri Pinault (fils du fondateur) à la tête du groupe en 2005, PPR a pris un nouveau virage stratégique : construire un grand groupe spécialisé dans l'équipement de la personne, autour de deux piliers : Gucci dans le luxe et Puma pour le pôle « Sport & Life Style » ;

- Le portefeuille d'activités du groupe inclut des marques mondiales puissantes ;

- Gucci (67% du CA du pôle luxe) est une marque mondiale, bien implantée dans les pays émergents et bénéficiant d'un taux de notoriété spontanée très élevé ;

- Le recentrage sur le métier du luxe a permis à PPR d'inclure une activité bénéficiant d'une forte marge opérationnelle courante comparée à celle de l'ensemble du groupe ;

- L'internationalisation permet au groupe de diversifier ses sources de revenus et de limiter les effets de la crise en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord ;

- La capacité de PPR à générer de la trésorerie est importante.

Les points faibles de la valeur

- Le pôle luxe représente encore moins de 20% du chiffre d'affaires total et ne permet pas de compenser totalement les effets de la crise sur les activités de distribution ;

- La politique de recentrage n'est pas achevée. Le groupe cherche toujours des acquéreurs pour la Fnac et Redcats (La Redoute). Les négociations pour la vente de cette dernière ont été suspendues en raison des conditions de marché ;

- Les analystes jugent la valorisation en Bourse excessive alors que PPR n'est pas un « pure player » du luxe.

Comment suivre la valeur

- PPR tire encore une large part de ses revenus de la distribution et dépend donc de la consommation, elle-même liée au moral des ménages ;

- La stratégie est de conserver un groupe équilibré entre le grand public et le luxe. PPR ne sera jamais un pure player du luxe ;

- Gucci est comme l'ensemble du secteur du luxe dépendant de l'évolution du dollar et du yen ;

- La cession des actifs de distribution permettrait, selon les analystes, de réaliser une acquisition véritablement structurante et/ou un rachat des minoritaires de Puma à terme. Les rumeurs d'une « méga acquisition » dans le luxe ont réapparu début juin 2011.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Distribution spécialisée

Les gares séduisent de plus en plus les enseignes spécialisées. Dans ces lieux, l'offre est toujours plus variée avec des produits allant des chaussures aux cosmétiques, en passant par l'électronique grand public. La branche dédiée à cette activité de la SNCF, Gares et Connexions, estime que depuis deux ans, soixante commerces sont ouverts par an, alors qu'auparavant, ce chiffre s'élevait plutôt aux environs de quarante. Gares et Connexions gère aujourd'hui 1 500 commerces et a perçu 126 MEUR de redevances (fonctions du chiffre d'affaires) en 2010. Ce chiffre devrait croître de 6% cette année. Les gares sont toutefois très différentes des centres commerciaux, car si les seconds sont des lieux de destination, les gares ne sont que des lieux de passage, tout en offrant une forte exposition aux enseignes du fait de leur grande fréquentation. Rendre les commerces de gare rentables n'est pas facile, car aux loyers ou redevances élevés s'ajoute la précarité des baux. Leur durée moyenne est de cinq à sept ans, contre douze ans dans un centre commercial.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
NEXITY : Gilbert Dupont reste à...
Article Suivant :
PEUGEOT : Natixis abaisse son...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Consommation   Crise   Dollar   Euros   Sncf   Oddo   Gucci   Puma   Pa  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?