GECINA : Aurel reste à la Vente | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

GECINA : Aurel reste à la Vente

Mercredi 05 Oct 2011 à 13:05

Aurel a renouvelé sa recommandation Vendre et son objectif de cours de 87 euros sur Gecina. Hier, le groupe a annoncé que son conseil d'administration a décidé de mettre fin aux fonctions de directeur général de Christophe Clamageran en raison de divergences sur les priorités dans la mise en oeuvre de la stratégie du groupe. « Si cette annonce est une surprise, le renouvellement en mai 2011 du mandat d'administrateur de Joaquim Rivero actuellement mis en examen pour abus de biens sociaux, avait fait surgir quelques doutes quant à la volonté du conseil de tourner la page », estime Aurel.

C. Clamageran n'occupait le poste de DG que depuis novembre 2009. En effet la direction générale, assurée depuis juin 2005 par J. Rivero avait été ensuite confiée à Antonio Truan, ancien DG délégué de J. Rivero, suite à sa démission en mai 2009. La nomination de C. Clamageran et de B. Michel, respectivement en qualité de directeur général et de président du conseil d'administration, semblait avoir ouvert une nouvelle ère pour Gecina, estime Aurel.

« En effet, si l'attention boursière depuis mars 2006 avait surtout été portée sur les aléas entourant ses actionnaires, il semblait qu'elle allait pouvoir enfin se re-focaliser sur l'activité », écrit-il. « Selon nous, la stratégie de C. Clamageran, dont l'objectif était de dynamiser l'activité du groupe, notamment dans les bureaux, peut expliquer ce revirement de situation », ajoute l'analyste.

« En effet, sa politique visant à augmenter la part des actifs plus risqués dans le portefeuille du groupe tranchait singulièrement avec le passé patrimonial du groupe, centré autour d'un portefeuille d'actifs parisiens prestigieux ».

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Gecina dispose d'un patrimoine global de plus de 10 milliards d'euros, composé notamment des adresses les plus prestigieuses de Paris, ce qui en fait l'une des premières foncières françaises ;

- Le controversé Joaquin Rivero, à l'origine d'une croissance tout azimut et de problèmes de gouvernance, a cédé son poste à de nouveaux dirigeants fin 2009. La nouvelle direction a mis en place une stratégie consistant à recentrer la société sur ses principaux métiers, sur le plan géographique et opérationnel ;

- Le nouveau périmètre stratégique de la foncière s'articule autour de deux pôles, l'un tertiaire (bureaux, logistique et hôtels) et l'autre démographique (résidences étudiants et santé).

Les points faibles de la valeur

- La confiance des investisseurs pourrait mettre du temps à revenir et la décote par rapport à l'ANR du temps à se résorber étant donné que les deux associés controversés, Joaquin Rivero et Bautista Soler, possèdent encore 31,4% du capital, quand Metrovacesa et Predica en contrôlent 35% ;

- Gecina est très dépendante de la santé du marché local parisien (96% des loyers du groupe sont perçus à Paris et en région parisienne). La foncière possède également des actifs très orientés logement ;

- Les analystes estiment que les ambitions de cession d'actifs dans le résidentiel du groupe pénalisent sa croissance.

Comment suivre la valeur

- L'actif net réévalué (ANR) est une donnée clé du secteur foncier en Bourse. Le cours de Bourse comparé à cet ANR par action permet d'apprécier le niveau de valorisation d'une foncière ;

- Les perspectives des foncières en termes de cash flow comme d'ANR sont sensibles aux prévisions macroéconomiques ;

- Comme toute valeur foncière, le titre est dépendant également du niveau des taux d'intérêt ;

- Le taux de vacance (ou son contraire, le taux d'occupation) est un bon indicateur de tendance du marché immobilier ;

- Gecina va pouvoir reprendre sa marche en avant, d'une manière plus raisonnée et sans doute plus convaincante vis-à-vis des investisseurs. La concrétisation de la nouvelle stratégie du groupe sera néanmoins déterminante ;

- La consolidation du secteur pourrait reprendre.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Immobilier

Le marché des bureaux en France est soumis à des acquisitions. La foncière Eurosic, spécialisée dans l'immobilier de bureaux situés principalement en Ile-de-France, va diversifier géographiquement son portefeuille. Elle devrait acquérir un portefeuille d'une valeur de 346 MEUR, qui appartenait à GE Capital Real Estate. Les bureaux sont principalement situés dans de grandes villes en régions et à Paris, en première couronne. Suite à cette opération, le patrimoine d'Eurosic devrait croître d'environ 25%, à plus de 1,7 MdEUR. La part des bureaux dans son portefeuille d'actifs s'établira à 85%. La Foncière des Régions, première société foncière de bureaux en Europe, a d- renoncer à son rapprochement avec Foncière Paris France en raison de la crise boursière. Cette opération de près de 400 MEUR, qui devait se faire par échange de titres, devait permettre à la foncière d'accroître son portefeuille de 693 MEUR. Néanmoins, dès que la situation sera stabilisée, elle recommencera à chercher des opportunités, car elle estime que la consolidation du secteur est inéluctable.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
VILMORIN : Société Générale reste...
Article Suivant :
DEXIA : Natixis dégrade sa...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Cours de bourse   Crise   Dirigeants   Euros   Immobilier   Logement   Gecina   Aurel   Ga  
Sociétés citées dans cette news : Eurosic   Foncière des Régions   Gecina   Foncière Paris France  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?