UBISOFT : Oddo abandonne sa recommandation négative | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

€ 4.09  +4.36%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

UBISOFT : Oddo abandonne sa recommandation négative

Mercredi 21 Sep 2011 à 11:22

Oddo a relevé sa recommandation d'Alléger à Neutre avec un objectif de cours réduit de 7,5 euros à 5 euros sur Ubisoft après une entrevue avec la direction. Même si le bureau d'études reconnaît que la visibilité est limitée, il estime que le rapport risque/rentabilité est plus attractif. Selon lui, le risque de baisse est assez limité compte tenu du support des seuls actifs valorisés aujourd'hui (Assassin's Creed, le Casual et le Online).

Le broker indique que le management a réitéré ses objectifs pour l'exercice en cours, soit un chiffre d'affaires de 1,04 à 1,08 milliard d'euros et un résultat opérationnel courant de 40 à 60 millions d'euros.

L'analyste estime cependant que l'absence de génération de cash continuera cependant d'entacher les résultats de l'année.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Ubisoft est devenu l'un des plus importants créateurs de marques du secteur des jeux vidéo. Chaque lancement est un pari risqué, mais assure une récurrence du chiffre d'affaires et une marge plus importante que les licences ;

- Ubisoft opère un virage stratégique vers un modèle plus rémunérateur et moins risqué : l'éditeur se recentre vers les jeux haut de gamme avec le lancement plus régulier de franchises majeures tout en réduisant les investissements dans de nouvelles créations, le tout à effectif constant. Il se concentre également sur les consoles de Sony et de Microsoft.

Les points faibles de la valeur

- Le consensus de marché est très dispersé, illustrant la difficulté à anticiper la configuration du prochain exercice pour Ubisoft. Seul le jeu Assassin's Creed semble actuellement en mesure de se démarquer face à la concurrence ;

- Les effets de la stratégie de repositionnement d'Ubisoft sur ses principales marques ne seront, selon les analystes, pas visibles avant la mi-2011, au mieux ;

- Le challenge du groupe est de réussir à tenir ses marques et idéalement de les rendre plus fortes. Un déclin des marques aurait un effet désastreux sur la profitabilité du groupe compte tenu de l'inflation des coûts de production ;

- L'ENVIRONNEMENT de marché reste difficile, très concurrentiel sur le haut de gamme, avec des pressions prix sur le casual ;

- La visibilité sur les jeux Wii reste incertaine ;

- Ubisoft est encore très peu présent dans les MMO (jeux en ligne massivement multi joueurs), qui assurent pourtant des revenus récurrents grâce à leur système d'abonnement.

Comment suivre la valeur

- Ubisoft est une valeur de restructuration très volatile. Mi-novembre 2010, par exemple, elle a chuté de plus de 20% en séance suite à la publication de résultats semestriels jugés décevants ; elle est en baisse de plus de 70% sur 3 ans ;

- Le succès de la société dépend avant tout de la solidité de son catalogue. La présentation des jeux en instance de sortie se fait notamment lors des salons professionnels comme l'E3 (Electronic Entertainment Expo) à Los Angeles ;

- La fin d'année est cruciale pour tous les éditeurs de jeux vidéo, qui réalisent la majeure partie de leur chiffre d'affaires entre septembre et janvier (avec un pic pour les fêtes de fin d'année) ;

- La tendance du marché américain des jeux vidéo préfigure généralement de quelques mois celle du marché européen ;

- La valeur est spéculative. L'éditeur américain de jeux vidéo Electronic Arts a cédé au cours de l'été 2010 ses 15% au capital d'Ubisoft. L'Américain avait créé la surprise en décembre 2004 en s'invitant au capital de son concurrent. La famille fondatrice, les Guillemot, détient 11% du capital. Mi-novembre 2010, le titre avait par ailleurs chuté sur des rumeurs de cession des 9% détenus par Harbinger Capital.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Informatique - Jeux vidéo

Les smartphones et les applications sur mobiles ont fait évoluer le marché, en élargissant l'éventail des joueurs, longtemps limité aux inconditionnels du jeu sur consoles («Hardcore gamers»). Le potentiel est donc énorme : la valeur des ventes de jeux dématérialisés devrait même dépasser celle des jeux physiques dès 2012 et représenter en 2014 les deux tiers des ventes globales. Face à ces nouveaux usages, les acteurs installés investissent dans les jeux en ligne et proposent des plates-formes de téléchargement : Sony avec la PlayStation Network, Microsoft avec le Xbox Live. Quant aux éditeurs, ils recentrent leur offre sur un portefeuille de titres réduit, favorisant les meilleures licences. D'importants budgets sont consacrés au développement et à la commercialisation de ces titres. Des investissements qui ont permis en 2010 à Activision Blizzard de hisser le septième volet de «Call of Duty» en tête des ventes.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
IMERYS : UBS a abaissé son objectif...
Article Suivant :
TF1 : RBS passe à la vente

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Euros   Inflation   Oddo   Na  
Sociétés citées dans cette news : Guillemot   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?