LAFARGE : HSBC réduit son objectif de cours | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Lafarge (LG) FR0000120537


€ 27.84  -0.29%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

LAFARGE : HSBC réduit son objectif de cours

Lundi 19 Sep 2011 à 10:56

HSBC a réduit son objectif de cours sur Lafarge de de 47 à 27 euros tout en maintenant sa recommandation Neutre. Selon le broker, les actions du secteur des matériaux de construction sont installées dans un tunnel de ténèbres. Les prévisions d'un retour à la récession (scénario du double dip) des marchés développés et les nouvelles capacités de production continuent de s'imposer devant le retour des marchés émergents, souligne le courtier. Il attend une dégradation de l'Ebitda du secteur jusqu'en 2015 après une baisse de 15% en moyenne de ses estimations pour 2012.

AOF - EN SAVOIR PLUS

=/Les points forts de la valeur/=

- Lafarge est le leader mondial des matériaux de construction et du ciment, numéro 2 des granulats, numéro 3 du béton et du plâtre ;

- Le groupe bénéficie d'une bonne diversification géographique. Les pays émergents représentent plus de 50% du chiffre d'affaires ;

- Le rachat d'Orascom Cement a permis à Lafarge de détenir des positions de leader au Moyen-Orient, marché en plein essor ;

- Le groupe prend les mesures nécessaires pour redresser sa situation financière après l'explosion de la dette suite au rachat d'Orascom ;

- La réduction de la structure des coûts va conférer un effet de levier sur les résultats du groupe lors de la reprise de l'activité.

Les points faibles de la valeur

- Le secteur de la construction reste à la peine en Bourse. Après avoir affiché la plus forte baisse au sein du CAC 40 en 2010, Lafarge était toujours dans le rouge au premier semestre 2011 ;

- Le poids de la dette reste une préoccupation majeure ;

- Le groupe réduit le montant de son dividende pour alléger son endettement ;

- Le scénario de reprise lente dans les pays matures (47% du CA) rend la matérialisation du levier opérationnel difficile avant 2012-2013 ;

- Les plans d'austérité en Europe pourraient se traduire par un tassement des dépenses d'infrastructures ;

- Le groupe poursuit la réduction de ses investissements de capacité alors que ses concurrents les ont repris. Cela risque d'hypothéquer le potentiel de gain de parts de marché du groupe à moyen terme, notamment dans les zones en forte croissance ;

- L'exposition du groupe au Moyen-Orient le rend sensible à la montée du risque géopolitique dans la région depuis début 2011.

Comment suivre la valeur

- Les performances de Lafarge sont étroitement liées à l'état du secteur de la construction. Fortement cyclique, ce dernier dépend de l'évolution des taux d'intérêt, des facilités d'accès au crédit et du climat de confiance. Mais également des conditions climatiques ;

- Le prix de l'énergie est également à surveiller car il compte pour 25% à 30% du coût de production du ciment ;

- Les résultats de Lafarge sont, pour partie, dépendants du cours du dollar par rapport à l'euro du fait de sa présence aux Etats-Unis ;

- Les cessions d'actifs sont à suivre. Face à la reprise modeste dans les pays matures, Lafarge va probablement rationnaliser son dispositif cimentier devenu surdimensionné en Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis ;

- Le groupe souhaite accélérer l'innovation, notamment pour répondre aux modes de construction plus durables ;

- La structure actionnariale du groupe est particulière avec la juxtaposition de deux actionnaires de référence (Groupe Bruxelles Lambert et NNS) et non impliqués par une action de concert. Même s'ils sont des actionnaires de long terme, leurs objectifs peuvent parfois diverger compte tenu des cultures spécifiques de l'un et de l'autre.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Construction - Matériaux

Moody's a modifié les perspectives du secteur des matériaux de construction en Europe, en les portant de «négatives» à «stables». Cela souligne que les conditions de crédit du secteur ne devraient ni s'améliorer ni se détériorer dans les douze à dix-huit mois qui viennent. La demande semble s'être stabilisée à un faible niveau au quatrième trimestre 2010 et la reprise de la construction résidentielle devrait autoriser une hausse graduelle des volumes en 2011. Néanmoins, un biais négatif est toujours associé à cette perspective stable car des zones de fragilité demeurent au sein de certains pays de la zone euro, comme l'Espagne, l'Irlande et la Grèce. La reprise économique y est lente et la dette toujours élevée. L'agence considère donc que la demande restera sous pression dans ces zones de marché. Sur le segment du ciment, après un recul de 3% de la consommation française en volume en 2010, le Syndicat français de l'industrie cimentière (SFIC) prévoit une reprise molle cette année : elle ne devrait pas dépasser les 2%.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
EDENRED rejoint la Selected List de...
Article Suivant :
FRANCE TELECOM : RBS réduit son...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Cac 40   Consommation   Dollar   Etats unis   Euro   Euros   Zone euro   Lafarge   Hsbc   Ra  
Sociétés citées dans cette news : Moody's   Lafarge   CAC 40  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?