BUREAU VERITAS : UBS n'est plus à Vendre | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Bureau Veritas (BVI) FR0006174348


€ 53.2  -0.19%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

BUREAU VERITAS : UBS n'est plus à Vendre

Mercredi 09 Mar 2011 à 10:33

UBS a relevé sa recommandation de Vendre à Neutre et son objectif de cours de 53 euros à 54 euros sur Bureau Veritas. Le bureau d'études a justifié sa décision par la sous-performance de 10% de l'action depuis novembre, ce qui a réduit la surperformance enregistrée par le titre à la mi-2010. Par ailleurs, l'analyste s'inquiète du manque de momentum au niveau des résultats en 2011.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- Bureau Veritas détient une position clé de numéro deux mondial sur le marché très porteur et acyclique de l'inspection et de la certification des produits pendant leur fabrication et durant toute leur durée de vie.

- Le groupe a un atout de poids face aux cycles économiques : plus de 40% de son chiffre d'affaires se fonde sur des contrats à long terme générateurs de revenus récurrents.

- L'ENVIRONNEMENT est porteur avec une tendance structurelle à un renforcement des normes et des contrôles dans tous les secteurs. Même en période de crise, les clients continuent à faire évaluer leurs produits et processus.

- Déjà très diversifié en termes de secteurs, le spécialiste de la certification se développe dans des métiers en croissance, comme le nucléaire, les matières premières ou l'énergie offshore.

- Avec des implantations dans 140 pays, Bureau Veritas est parmi les plus internationales des sociétés françaises.

- La catastrophe écologique historique aux Etats-Unis avec la marée noire provoquée par l'explosion d'une plateforme de BP dans le Golfe du Mexique devrait se traduire par un renforcement des réglementations. Bureau Veritas paraît le plus à même d'en profiter car la société est très impliquée dans le contrôle des installations offshore en amont.

- Le groupe dispose de la capacité de faire passer des hausses de prix.

- Le groupe a réduit son endettement. Il peut relancer activement sa stratégie de croissance externe, domaine dans lequel il bénéficie d'un très bonne expertise. Plus de 50 sociétés ont été intégrées depuis 2000.

- Bureau Veritas verse un dividende en hausse constante à ses actionnaires.

- Bureau Veritas dispose d'un actionnariat stable. Wendel est présent au capital depuis 1995 avec une participation de 51,6%.

Les points faibles de la valeur

- Le groupe est plus présent dans des secteurs cycliques que ses concurrents SGS et Intertek. Il est notamment exposé à la Marine et à la Construction, secteurs où la visibilité sur la reprise est encore faible.

- Le titre est sujet aux rumeurs de cession potentielle d'une partie de la participation de Wendel et ce afin de résoudre son problème de dette.

- La valorisation en Bourse est élevée ; c'est le prix à payer pour la bonne visibilité qu'offre le modèle de croissance du groupe.

Comment suivre la valeur

- La valeur a un profil défensif.

- L'activité de Bureau Veritas est étroitement liée à la perpétuelle évolution des contraintes de sécurité réglementaires.

- Bureau Veritas est sensible à l'évolution du dollar. Le groupe réalise 45% de son chiffre d'affaires hors d'Europe.

- La stratégie de son principal actionnaire Wendel doit également être suivie.

- Le groupe présente un intérêt spéculatif avec un possible intérêt de son concurrent SGS à moyen terme selon certains analystes.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Services aux entreprises

En France, l'emploi intérimaire, qui a commencé à redémarrer fin 2009, a continué sa progression, en juin. Le rythme a été un peu supérieur aux mois passés, avec une hausse de 1,3% sur un mois et de 24,8% sur un an. L'augmentation avait été plus faible au mois de mai (+0,3% sur un mois et +22,8% sur un an) mais à peu près équivalente en avril (+1,7 % sur un mois et +24,6 % sur un an). Cette donnée n'est pas spécifique à la France car l'intérim se redresse également à l'étranger, notamment aux Etats-Unis. C'est ce que confirment les chiffres publiés par le leader mondial du secteur, Adecco. Il a bénéficié d'une croissance de 16% de son chiffre d'affaires en juillet et août. Selon le groupe le taux de pénétration sur le marché du travail de la part de l'intérim remonte aux tats-Unis. Il avait chuté à 1,3% pendant la crise et se situe désormais à 1,6%.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
JCDECAUX : Gilbert Dupont déçu par...
Article Suivant :
NEXITY : HSBC relève son objectif de...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Crise   Dollar   Emploi   Etats unis   Euros   Ra  
Sociétés citées dans cette news : ADECCO   Wendel   Bureau Veritas   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?