PRE-OUVERTURE A WALL STREET - Hausse attendue | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

PRE-OUVERTURE A WALL STREET - Hausse attendue

Mardi 17 Aoû 2010 à 15:16

Les futures sur indices prédisent une ouverture en hausse des marchés américains après la publication de résultats meilleurs qu'attendu dans le secteur de la distribution, rassurant les investisseurs sur la reprise économique du pays. En revanche, les mises en chantier et les permis de construire ont révélé de mauvaises surprises sur le front de l'immobilier. Peu avant l'ouverture des marchés, les futures sur indices nasdaq 100 et S&P 500 avançaient respectivement de 0,59% à 1 830,75 points et de 0,71% à 1 084,80 points.

Hier à Wall Street

Les marchés américains ont fini en ordre dispersé avec un biais haussier. Les indices ont finalement bien résisté à plusieurs actualités négatives. L'indice de la Fed de New York est ainsi ressorti en dessous des attentes de même que la croissance japonaise au deuxième trimestre. Le distributeur spécialisé dans le bricolage Lowe's a lui présenté des résultats décevants. L'indice Dow Jones a fini pratiquement à l'équilibre à 10 302 points (-0,01%) tandis que le nasdaq composite a gagné 0,39% à 2181,87 points. Les volumes n'avaient jamais été aussi bas de l'année.

Les chiffres macroéconomiques

Les mises en chantier ont cr- de 1,7% au mois de juillet aux Etats-Unis, à 546 000 en rythme annuel. Les analystes attendaient un chiffre de 560 000. En juin, les mises en chantier se sont élevées à 537 000 (chiffre révisé de 549 000). Les permis de construire ont en revanche chuté de 3,1% en juillet à 565 000 contre 580 000 attendus par le marché. En juin, 583 000 permis de construire avaient été délivrés.

La production industrielle et le taux d'utilisation des capacités de production pour le mois de juillet seront dévoilés à 15h15.

Les valeurs à suivre

ELI LILLY

Eli Lilly a annoncé l'arrêt du développement d'un de ses médicaments visant à lutter contre la maladie d'Alzheimer. Pour expliquer cette décision, le laboratoire pharmaceutique basé à Indianapolis a déclaré que deux études de phase 3 ont montré que le médicament en question ne parvenait pas à ralentir la progression de la maladie et qu'il est associé à des dégradations de l'état clinique. Eli Lilly précise qu'il a un autre traitement potentiel contre Alzheimer, actuellement en essais de phase 3.

HOME DEPOT

Le distributeur spécialisé dans le bricolage Home Depot a présenté des ventes trimestrielles décevantes, mais relevé son objectif de bénéfice 2010. Le membre du Dow Jones a réalisé un bénéfice net de 1,2 milliard d'euros, soit 72 cents par action, à comparer avec 1,1 milliard de dollars, ou 66 cents par action, un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters a été dépassé d'un cent. Le chiffre d'affaires a augmenté de 1,8% à 19,41 milliards de dollars, ce qui est inférieur aux attentes de Wall Street de 19,59 milliards de dollars.

MICROSOFT

Microsoft a annoncé le lancement de Kinect, son système de capture de mouvements pour sa console de jeux vidéo Xbox 360, le 10 novembre dans la zone Europe, Afrique et Proche-Orient. Elle sera lancée au prix de 149 euros. Kinect permet de jouer sans manette. Grâce à des caméras, ce système capte les mouvements du corps du joueur qui contrôle le jeu par des commandes vocales. La vente de Kinect aux Etats-Unis débutera le 4 novembre.

WAL-MART

Wal-Mart a publié un bénéfice net part du groupe de 3,596 milliards de dollars au titre du deuxième trimestre, soit une hausse de 3,4% sur un an. Rapporté au nombre d'action, le résultat ressort à 97 cents, soit un cent de plus que le consensus donné par les analystes. Le chiffre d'affaires a atteint 103 milliards de dollars, en hausse de 2,8%. C'est légèrement moins bien qu'attendu par le marché, qui tablait sur des ventes de 105,40 milliards de dollars.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

Ventes au détail : Ces chiffres sont très suivis par les économistes car les ventes au détail constituent une part importante de la consommation des ménages. Aux Etats-Unis, elles représentent ainsi le tiers de la consommation qui est la principale composante du PIB. Ils permettent également de valider ou relativiser les indications de l'indice de confiance des ménages du Conference Board.

Outre Atlantique ce rapport est publié par le département américain du commerce qui donne une estimation du total des ventes au détail (y compris celles des produits alimentaires) réalisées sur un mois, d'après un échantillon de 5000 établissements détaillants.

ventes de maisons existantes : cet indicateur mesure les ventes de maisons individuelles existantes et donne une bonne idée de l'évolution du marché immobilier. Il est communiqué sur une base annualisée et corrigé des variations saisonnières. L'évolution du prix de vente médian ainsi que les stocks sont également publiés. Le chiffre des stocks indique le nombre de mois nécessaire pour les écouler au rythme actuel de ventes.

Cette statistique est également un bon indicateur de la santé de l'économie car l'achat d'une maison implique des dépenses pour l'équiper (meubles, électroménager....). Par ailleurs, la hausse (baisse) des prix de l'immobilier se traduit par un effet de richesse positif (négatif) pour les ménages, ce qui est un soutien (frein) à la consommation.

inflation : L'inflation est la hausse du niveau général des prix, entraînant une baisse durable du pouvoir d'achat de la monnaie. Elle est généralement évaluée au moyen de l'Indice des prix à la consommation (IPC).

D'une manière générale, une forte inflation profite au débiteur, tandis que le créditeur en pâtit. Pour jauger l'inflation, les banques centrales s'intéressent à l'indice des prix à la consommation sous-jacent, c'est-à-dire hors les éléments volatils que sont l'énergie et l'alimentation. On parle alors d'indice des prix à la consommation «core». La Fed privilégie l'indice PCE «core» qui mesure l'évolution des prix liés à la consommation des ménages. Le niveau d'inflation considéré comme acceptable par la BCE est de 2 % l'an.

indice de confiance des consommateurs de l'université du Michigan : très surveillé par les investisseurs, cet indicateur est le résultat d'une enquête mensuelle réalisée par l'université du Michigan auprès de plusieurs centaines de personnes au sujet de leur situation financière et de l'économie américaine en général. Une hausse (baisse) prolongée de cette statistique est considérée comme le signe avant-coureur d'une accélération (ralentissement) de la croissance économique.

Indice de la Fed de l'Etat de New York (New York Empire State Index) : cet indicateur de faible importance pour les marchés est établi sur la base d'une enquête réalisée auprès d'une centaine de cadres dirigeants du secteur manufacturier de la région de New York. Ils sont interrogés sur leur situation actuelle et sur leurs perspectives à six mois.

mises en chantier : cette donnée communiquée sur une base annualisée donne le nombre de logements mis en chantier chaque mois. Le nombre mensuel de permis de construire est publié en même temps. Ces statistiques sont considérées comme un bon indicateur avancé de l'évolution du marché immobilier.

Prix à la production : ils mesurent l'évolution des prix de gros, les services ne sont pas compris. Trois catégories sont distinguées : les biens bruts, les biens intermédiaires et les produits finis. Le marché s'intéresse à l'indice des produits finis. Comme pour les prix à la consommation, la primauté est accordée à l'indice prix à la production «core», c'est-à-dire hors énergie et alimentation, qui donne une meilleure idée des tensions sous-jacentes.

Il est théoriquement un précurseur de l'indice des prix à la consommation. La hausse ou la baisse des prix de gros devant un moment ou à un autre être transférée au consommateur. Toutefois, en fonction de la situation concurrentielle, cette liaison est loin d'être évidente.

Essais cliniques (Phases I, II, III) : Phase I : test de la molécule à petite échelle sur les humains pour évaluer sa sécurité, sa tolérance, ses propriétés métaboliques et pharmacologiques.

Phase II : évaluation de la tolérance et de l'efficacité sur plusieurs centaines de patients pour identifier les effets secondaires.

Phase III : évaluation du rapport bénéfice / risque global auprès de plusieurs milliers de patients.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
USA - hausse des prix à la...
Article Suivant :
USA - hausse plus forte que prévu de...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Consommation   Dirigeants   Dollars   Dow jones   Etats unis   Euros   Immobilier   Inflation   Nasdaq   New york   Pouvoir d achat   Wall street   Ama  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?