SOCIETE GENERALE : Oddo reste à Alléger | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

SOCIETE GENERALE : Oddo reste à Alléger

Mardi 06 Oct 2009 à 11:22

Oddo a conservé sa recommandation Alléger et son objectif de cours de 41 euros sur Société Générale après l'annonce de son augmentation de capital de 4,8 milliards d'euros. Le broker estime que cette opération serait dilutive de 6%. Oddo pense que Société Générale est paré pour affronter les réformes réglementaires, avec un Tier One de 10% et un Core de 8%. Il estime toutefois que le groupe devrait enregistrer des dépréciations sur les actifs de Banking Book.

AOF - EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE

Tier 1 / Tier 2 : Depuis 1988, on distingue pour les banques deux grandes catégories de fonds propres, le tier 1 et tier 2, classés en fonction du type de risque qu'ils peuvent compenser pour calculer le ratio de solvabilité de la banque. Le tier 1 concerne les fonds propres dits de base, (actions ordinaires et certificats d'investissement, intérêts minoritaires.), le tier 2 désignant les fonds propres complémentaires (plus values latentes, provisions, titres participatifs.). Il existe également un tier 3, pour les fonds propres de troisième catégorie, qui couvrent les risques de marché. La définition généralement acceptée est celle du Comité de Bâle pour la surveillance bancaire, institution créée par les différentes banques centrales dans le dessein d'harmoniser les méthodes d'analyse et d'internationaliser les normes bancaires.

Performances et stratégie

Chiffre d'affaires

- Au 30/06/2009, Produit Net Bancaire : 10 629 millions d'euros (-5,6%)

- Au 31/12/2008, Produit Net Bancaire : 21 866 millions (-3,9%)

Résultats

- Au 30/06/2009, résultat brut d'exploitation : 2 745 millions d'euros (-19,3%); résultat net part du groupe : 31 millions d'euros (-98,2%)

- Au 31/12/2008, résultat brut d'exploitation : 3 683 millions (-47,2%)

Prévisions

Le groupe anticipe un accroissement de la charge du risque sur l'année 2009, notamment en Europe centrale et orientale et plus particulièrement en Russie. D'autres dépréciations d'actifs ne sont pas à exclure sur le second trimestre 2009. Il vise désormais une rentabilité sur fonds propres plus faible à l'avenir, qui atteindrait 15% de rentabilité en moyenne, contre 20% jusqu'à présent.

Stratégie

La banque s'est engagée dans un renouvellement de ses équipes et de son organisation et a mis en place une politique de réduction des coûts et des risques. Néanmoins sa stratégie plus globale reste inchangée : être une banque universelle, présente dans les métiers de détail et de gros. Elle souhaite poursuivre le rééquilibrage vers les métiers et marchés à fort potentiel en privilégiant les activités de détail et de Banque privée génératrice de dépôts. Le groupe cherche à maintenir un niveau de fonds propres élevé pour faire face à une éventuelle détérioration brutale de l'ENVIRONNEMENT économique. La banque souhaite, à terme, être parmi les cinq premières banques d'affaires en France et les dix premières en Europe.

Evènements financiers

La Société Générale a émis 1 milliard d'euros de dette subordonnée, qui lui permettra de renforcer ses fonds propres de première catégorie (Tier One). Fin mai 2009, dans le cadre du Plan Français de Soutien à l'Economie, la Société Générale a émis des actions de préférence (sans droits de vote) pour 1,7 milliard d'euros au profit de la Société de Prise de Participation de l'Etat (SPPE). A l'issue de cette opération, cette dernière détient 7,2% du capital du groupe.

Forces et faiblesses de la société

Forces

- Le groupe occupe des positions de premier plan dans ses différentes activités;

- Il est engagé dans une réorganisation, notamment dans la banque d'investissement, qui devrait lui permettre de mieux contrôler ses risques. La mise en place des nouvelles orientations devrait être facilitée par l'arrivée du nouveau président, Frédéric Oudéa;

- Après avoir fortement augmenté sur le premier trimestre 2009, le coût du risque a reculé à 1,1 milliard d'euros (soit 112 points de bas des encours pondérés), confirmant ainsi le ralentissement de la dégradation de son portefeuille d'actifs;

- Sur le second trimestre l'activité de Banque de Financement et d'Investissement a bénéficié d'excellentes performances : son produit net bancaire a bondi de 97% par rapport à celui du second trimestre 2008;

- Bénéficiant déjà d'un ratio de solvabilité plus élevé que ses concurrents européens, le groupe a encore consolidé ce ratio au premier semestre 2009 : il atteint désormais 9,5%, en hausse de 0,3 point par rapport à fin mars;

- La politique de dividende n'est pas sacrifiée à la réorganisation : le dividende par action sur les résultats 2008 est en croissance de 33% (à 1,20 euro).

Faiblesses

- La Société Générale pâtit d'une image ternie par l'affaire Kerviel, les stock-options qui devaient être initialement attribuées à ses dirigeants en pleine crise et les pertes divulguées en gestion d'actifs (pour 1,2 milliard d'euros). A ces affaires s'ajoute la récente démission du responsable de la banque de financement et d'investissement, Jean-Pierre Mustier, visé par une procédure de l'AMF qui le soupçonne de « manquement d'initié » pour des opérations de l'été 2007;

- Les résultats du premier semestre sont inférieurs à ceux de ses principaux concurrents, notamment de BNP Paribas, qui enregistre un résultat net de 3 milliards d'euros (contre 31 millions pour la Société Générale);

- En dépit des bonnes performances de la Banque de Financement et d'Investissement, des éléments non récurrents pour 1,7 milliard d'euros (en particulier la dégradation de 800 millions de la Marked to Market des CDS) ont eu un impact négatif sur le résultat;

- La banque devrait pâtir de sa présence en Europe Centrale et Orientale qui représentait 18% de la totalité de ses créances douteuses fin 2008 et qui connaît une dégradation du risque;

- L'agence de notation financière Standard & Poor's a abaissé d'un cran sa note à long terme (à A+), suite à des incertitudes sur la capacité bénéficiaire de la Société Générale.

La valeur et son secteur

Principales activités

Banque de détail & services financiers (69% du Produit Net Bancaire); gestion d'actifs & services aux investisseurs (13%); banque de financement & d'investissement (18%).

Le secteur

Moody's maintient sa perspective « négative » sur les banques françaises. Même si elles ont bien mieux résisté à la crise que leurs concurrentes étrangères, notamment anglo-saxonnes, grâce à leur modèle de banque universelle, certaines faiblesses demeurent. La crise économique et la baisse consécutive de leurs revenus, combinée à un accroissement du risque, vont peser sur leur rentabilité. De plus, leurs ratios de fonds propres réglementaires sont inférieurs à ceux de leurs concurrents internationaux. L'adaptation devrait passer par une intégration accrue des métiers spécialisés. Cette tendance a été récemment soulignée par la fusion des filiales de gestion d'actifs de la Société Générale et du Crédit Agricole.

La valeur dans son secteur

Une des premières banques de réseau en Europe - 5e banque gestionnaire d'actifs de la zone euro avec 336 milliards d'euros d'actifs gérés (à fin décembre 2008) et 3e acteur européen par les actifs en conservation

Comment suivre la valeur

- En tant que valeur financière le titre est sensible à l'évolution des taux d'intérêt, l'état des bourses mondiales qui influencera ses activités de banque de financement et d'investissement et de gestion d'actifs, et enfin, le niveau de consommation et d'épargne des ménages qui influera sur les performances de la banque de détail, représentant une grande partie du Produit Net Bancaire.

- La charge du risque, qui a diminué sur le second trimestre 2009 mais reste élevée, est à surveiller étroitement.

Rémunération des actionnaires

Dividendes versés

1,20 euro par action

Taux de distribution des dividendes

35,5%

Taux de croissance du dividende par action

+33%

Rendement (dividendes / cours moyen depuis début 2009)

3%

Estimations de dividendes par action

0,69 euro en 20090

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Finance - Banques

Selon la Banque centrale européenne (BCE) les perspectives de profitabilité des banques de l'Union Européenne en 2009 restent très incertaines. La nouvelle augmentation probable du provisionnement des pertes sur créances pèse sur les résultats. Ces pertes pourraient atteindre leur niveau le plus élevé fin 2009. Moody's maintient sa perspective « négative » sur les banques françaises. Même si elles ont bien mieux résisté à la crise que leurs concurrentes étrangères, notamment anglo-saxonnes, grâce à leur modèle de banque universelle, certaines faiblesses demeurent. Face à un certain nombre de défis, ces banques vont devoir s'adapter. La crise économique et la baisse consécutive de leurs revenus, combinée à un accroissement du risque, vont peser sur leur rentabilité. De plus, leurs ratios de fonds propres réglementaires sont inférieurs à ceux de leurs concurrents internationaux. L'adaptation devrait passer par une intégration accrue des métiers spécialisés. Cette tendance a été récemment soulignée par la fusion des filiales de gestion d'actifs de la Société Générale et du Crédit Agricole.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
TESCO : Oddo relève son objectif de...
Article Suivant :
BIC : CM-CIC relève son objectif de...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Consommation   Crise   Dirigeants   Euro   Euros   Fonds propres   Fusion   Produit net bancaire   Zone euro   Oddo   Socia  
Sociétés citées dans cette news : Moody's   Crédit Agricole   Société Générale   BNP Paribas   Environnement  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?