Vallourec : Résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 2011 | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Communiqués

Vallourec : Résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 2011

Mercredi 27 Jul 2011 à 18:05
   

Communiqué de presse

 

Résultats du deuxième trimestreet du premier semestre 2011

 Boulogne Billancourt, 27 juillet 2011 - Vallourec, leader mondial des solutions tubulaires premium, annonce aujourd'hui ses résultats pour le deuxième trimestre et le premier semestre 2011. Les comptes consolidés ont été présentés ce jour par le directoire au Conseil de Surveillance.

 

Chiffres-clés

 

2e trimestre 2011

Production expédiée et chiffre d'affaires : + 12 % par rapport au 1er trimestre 2011 

Résultat brut d'exploitation : + 25 % à 254 millions d'euros, soit 19,7 % du chiffre d'affaires 

Résultat net part du Groupe : + 37 % à 112 millions d'euros  

 

1er semestre 2011

Production expédiée : + 28 % à 1 062 milliers de tonnes par rapport au 1er semestre 2010 

Chiffre d'affaires : + 22 % à 2 438 millions d'euros  

Résultat brut d'exploitation : + 11 % à 458 millions d'euros, soit 18,8 % du chiffre d'affaires 

Résultat net part du Groupe : + 4 % à 194 millions d'euros  

 

Faits marquants

 

Démarrage réussi des nouvelles capacités de Valinox Nucléaire en France 

Acquisition de 19,5 % de Tianda Oil Pipe en Chine 

Projet d'acquisition de Zamil Pipes et construction d'une nouvelle unité de filetage en Arabie Saoudite 

Commentant ces résultats, Philippe Crouzet, Président du Directoire, a déclaré :  

 

« Comme prévu, l'activité du Groupe au premier semestre 2011 s'est globalement située à un niveau comparable à celui du second semestre 2010, avec un deuxième trimestre meilleur que le premier. Nos résultats reflètent néanmoins la forte hausse du coût des matières premières, que nous répercutons progressivement dans nos prix de vente.

 

Les marchés restent bien orientés et nos usines fonctionnent à des taux d'utilisation élevés. Notre activité va progresser au second semestre. Nous devrions toutefois continuer à opérer dans un contexte marqué par la volatilité et le prix élevé des matières premières, ainsi que par l'appréciation de l'euro par rapport au dollar. Les coûts associés à la construction et au démarrage de nos nouvelles unités continueront également d'influer sur nos marges.

 

Dans cette année de transition, nous menons de front de nombreux projets stratégiques pour permettre à Vallourec de répondre à la croissance des marchés. Notre nouvelle usine VSB au Brésil est en train d'obtenir ses certifications et les premières commandes ont été enregistrées pour livraison au quatrième trimestre. Aux États-Unis, la construction de notre nouvelle tuberie se déroule bien. D'autres projets en cours nous permettront de renforcer notre présence locale dans des régions en fort développement, comme en Chine grâce à notre partenariat avec Tianda Oil Pipe et la construction de deux nouvelles usines pour servir le marché de l'énergie électrique, ainsi qu'au Moyen-Orient, avec l'acquisition de Zamil Pipes et la construction d'une nouvelle unité de filetage. »

 

 

Résumé des résultats du deuxième trimestre (T2) et du premier semestre (S1) 2011

 

Comparaison T2 2011 par rapport à T1 2011 et T2 2010 ; S1 2011 par rapport à S1 2010

 

 

T2

T1

Variation

T2

Variation

S1

S1

Variation

En millions d'euros

2011

2011

 

2010

 

2011

2010

 

Production expédiée (en milliers de tonnes)

561

501

+12%

484

+16%

1 062

828

+28%

Chiffre d'affaires

1 290

1 148

+12%

1 122

+15%

2 438

1 999

+22%

Résultat brut d'exploitation

254

203

+25%

264

-4%

458

413

+11%

En % du chiffre d'affaires

19,7%

17,7%

 

23,6%

 

18,8%

20,6%

 

Résultat net total

126

93

+36%

136

-7%

219

203

+8%

Résultat net, part du Groupe

112

82

+37%

126

-11%

194

187

+4%

 

ENVIRONNEMENT DE MARCHÉ

 

Marché de l'énergie

 

Pétrole et gaz

 

Les prix du pétrole brut ont évolué à des niveaux élevés au cours du deuxième trimestre 2011, se situant en moyenne à 102 $/bbl[1], à comparer à une moyenne de 79 $/bbl en 2010. Les prix du pétrole devraient rester à des niveaux élevés et les dépenses mondiales d'exploration et de production continuent de croître fortement. Les prévisions de dépenses ont été revues à la hausse à 529 milliards de dollars en 2011, soit une progression annuelle de 16 % contre 11 % lors de la dernière prévision[2]. Alors que la demande mondiale de pétrole reste forte, à plus de 89 Mb/j, l'estimation globale pour 2011 a été légèrement révisée à la baisse par l'AIE, la persistance de prix élevés pouvant affaiblir l'activité économique.

 

Aux Etats-Unis, le nombre d'appareils de forage a continué à progresser au cours du deuxième trimestre, en hausse de 11 % depuis le début de l'année, atteignant 1 886 appareils en activité au 1er juillet. La hausse des prix du pétrole et la faiblesse persistante des prix du gaz naturel continuent à entraîner un transfert en faveur des forages de pétrole plutôt que de gaz. En conséquence, les forages pétroliers comptaient 1 006 unités, en hausse de 31 % par rapport à la même période l'an dernier, alors que les forages de gaz étaient en baisse de 5 %. Environ deux tiers de l'ensemble des activités de forage aux États-Unis se situent dans les bassins schisteux, et désormais ce sont 57 % des appareils de forage qui sont forés horizontalement. Les prix des tubes OCTG ont augmenté de façon modérée au cours du deuxième trimestre. La demande de tubes OCTG devrait rester à un niveau élevé, tandis que les niveaux des stocks des distributeurs se situaient à 4,4 mois de consommation[3] à fin juin.

 

Dans le Golfe du Mexique, malgré la levée du moratoire de forage en eau profonde, la reprise de l'activité de forage offshore progresse lentement, avec 33 appareils en activité contre 24 fin 2010.

 

Dans le reste du monde, le nombre d'appareils de forage internationaux en activité est resté à un niveau élevé, au-dessus de 1 100 unités. Les compagnies pétrolières nationales, les majors internationales et les compagnies indépendantes demeurent très actives et de nombreux appels d'offres sont en cours. Pratiquement tous les grands acteurs devraient augmenter leurs investissements d'exploration et de production en 2011.

 

Énergie électrique

 

Les nouveaux projets pour centrales conventionnelles alimentées au charbon restent concentrés en Chine et en Inde, où la concurrence locale est intense. Suite à l'accident de Fukushima, les différents gouvernements ont revu leur politique dans le domaine de l'énergie nucléaire. La France, le Royaume-Uni et la Chine, parmi d'autres, restent engagés à développer la production d'énergie nucléaire. Néanmoins, la contribution globale de celle-ci au mix énergétique mondial à long terme devrait être inférieure aux estimations précédentes, tandis que la production d'énergie électrique alimentée au gaz va probablement augmenter.

 

Pétrochimie

 

La hausse des budgets d'investissements en exploration et production bénéficie au marché de transformation avec des dépenses liées à plusieurs grands projets de GNL. Aux Etats-Unis, de nombreux investissements ont été annoncés pour tirer parti des ressources de gaz de schiste, avec un intérêt croissant pour le « gas-to-liquid » (GTL) comme carburant pour les transports. D'importants investissements de raffinage et de traitement du gaz sont en cours en Chine, en Inde, en Australie, en Indonésie et au Moyen-Orient. La région du Golfe prévoit d'augmenter significativement sa production pétrochimique.

 

Marchés hors énergie

 

La demande au sein des marchés hors énergie a été robuste tout au long du premier semestre 2011, soutenue par la croissance mondiale de la production industrielle. Toutefois, le taux de croissance devrait ralentir au cours du second semestre en raison, à la fois, des politiques menées par les gouvernements, qui conduisent à une baisse de la consommation dans les pays de l'OCDE, ainsi que d'une inflation en hausse entraînant des taux d'intérêt élevés dans les pays hors OCDE. Le secteur de la Mécanique demeure robuste, tiré par l'industrie allemande des biens d'équipement destinés à l'exportation.

 

Matières premières

 

Les prix des matières premières sont restés à des niveaux élevés tout au long du premier semestre 2011, nettement au-dessus de ceux de 2010, et proches des plus hauts de 2008, tirés par des niveaux record de production d'acier. Au cours des prochains mois, les prix devraient continuer d'évoluer autour des niveaux élevés actuels.

 

Devises

 

L'euro s'est renforcé de 8 % contre le dollar US au cours du premier semestre 2011, atteignant 1,45 $ fin juin 2011, contre 1,34 $ fin décembre 2010. Le real brésilien a également continué à se renforcer par rapport au dollar US, en hausse de 7 % depuis le début de l'année.

 

 

CHIFFRE D'AFFAIRES PAR MARCHÉ

 

 (Comparaison T2 2011 par rapport à T1 2011 et T2 2010 ; S1 2011 par rapport à S1 2010)

 

 

T2

T1

Variation

T2

Variation

S1

S1

Variation

En millions d'euros

2011

2011

 

2010

 

2011

2010

 

Pétrole et Gaz

650

630

+3%

553

+18%

1 280

1 000

28%

Énergie électrique

180

135

+33%

222

-19%

315

413

-24%

Pétrochimie

100

80

+25%

89

+13%

180

159

+13%

Total Énergie

930

845

+10%

864

+8%

1 775

1 572

+13%

% du CA total

72%

74%

 

77%

 

73%

79%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mécanique

169

142

+19%

105

+61%

311

181

+72%

Automobile  

98

82

+20%

79

+24%

180

144

+25%

Autres

93

79

+17%

74

+25%

172

102

+69%

Total Hors Énergie

360

303

+19%

258

+40%

663

427

+55%

% du CA total

28%

26%

 

23%

 

27%

21%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Total

1 290

1 148

+12%

1 122

+15%

2 438

1 999

+22%

 

 

Énergie

 

Au deuxième trimestre 2011, le chiffre d'affaires Énergie a progressé de 10 % par rapport au premier trimestre 2011 pour atteindre 930 millions d'euros, soit 72 % du chiffre d'affaires total du Groupe. Au premier semestre 2011, le chiffre d'affaires Energie est en hausse de 13 % par rapport au premier semestre 2010 à 1 775 millions d'euros, soit 73 % du chiffre d'affaires total du Groupe contre 79 % au premier semestre 2010.

 

Au deuxième trimestre 2011, le chiffre d'affaires Pétrole et gaz a augmenté de 3 % par rapport au premier trimestre 2011 pour atteindre 650 millions d'euros, portant le chiffre d'affaires du premier semestre 2011 à 1 280 millions d'euros, en hausse de 28 % par rapport au premier semestre 2010.

 

Aux États-Unis, le chiffre d'affaires a progressé au cours du deuxième trimestre, tiré par une activité de forage soutenue dans les bassins schisteux. Des hausses de prix modérées ont été mises en uvre pour commencer à compenser la hausse du coût des matières premières. La nouvelle connexion VAM SG adaptée à l'exploitation des gaz de schiste et l'offre de produits finis (regroupant tubes et joints premium VAM) ont rencontré un succès commercial. Sur place, les usines de Vallourec opérant à pleine capacité, des importations de tubes de petits diamètres à partir des usines européennes du Groupe ont été nécessaires pour répondre à la demande des clients. Les prix élevés du pétrole devraient continuer à encourager les opérations de forage dans les nouveaux gisements de schiste, comme Utica (Ohio) aux États-Unis.

 

Dans le reste du monde, le chiffre d'affaires a été plus faible que prévu au Brésil en raison notamment du report au deuxième semestre de livraisons de tubes pour conduites sous-marines. Toutefois, les enregistrements sont restés soutenus dans la plupart des régions et le carnet de commandes s'est allongé, avec des ventes attendues au cours des prochains trimestres. L'activité de tubes pour conduites sous-marines au Brésil et en Afrique de l'Ouest devrait apporter des volumes supplémentaires dans la seconde partie de l'année.

 

Dans le domaine de l'Énergie électrique, le chiffre d'affaires s'est élevé à 180 millions d'euros  au deuxième trimestre 2011, en hausse de 33 % par rapport au premier trimestre 2011. Comme prévu, les ventes pour les centrales électriques au charbon ont bénéficié d'un meilleur effet mix au cours du trimestre. Néanmoins, le chiffre d'affaires du premier semestre 2011 reste nettement inférieur à celui du premier semestre 2010 (-24 %), la concurrence locale sur les principaux marchés actifs maintenant la pression sur les prix et sur les volumes.

 

Les ventes pour le marché de l'énergie nucléaire ont fortement progressé au cours du trimestre. Avec le démarrage en France des nouvelles capacités de fabrication de tubes pour générateurs de vapeur, le chiffre d'affaires va encore progresser au cours de la seconde moitié de l'année, soutenu par les projets de « re-tubage » en France et la construction en cours de nouvelles centrales nucléaires en Chine.

 

Dans le domaine de la Pétrochimie, le chiffre d'affaires s'est élevé à 100 millions d'euros au  deuxième trimestre 2011, en progression de 25 % par rapport au premier trimestre. Il a atteint 180 millions d'euros au premier semestre 2011, en hausse de 13 % par rapport au premier semestre 2010. Il comprend notamment des livraisons pour une installation de compression de gaz à Abu Dhabi et une unité de drainage par gravité au moyen de vapeur destinée aux sables bitumineux canadiens. Les commandes ont augmenté pour des livraisons prévues dans la deuxième moitié de l'année.

 

Hors Énergie

 

Sur les marchés Hors Énergie (Mécanique, Automobile, Construction et autres), le chiffre d'affaires a atteint 360 millions d'euros au deuxième trimestre, en hausse de 19 % par rapport au premier trimestre 2011, avec une forte croissance dans tous les segments. Au premier semestre 2011, le chiffre d'affaires s'est élevé à 663 millions d'euros, en hausse de 55 % par rapport au premier semestre 2010, représentant 27 % du chiffre d'affaires du Groupe, contre 21 % au premier semestre 2010. Le secteur de la Mécanique continue d'être porté par la forte activité de l'industrie de biens d'équipement en Allemagne. Les ventes aux distributeurs européens et nord-américains ont également augmenté durant la première moitié de l'année. Le chiffre d'affaires Automobile a encore bénéficié de la forte demande au Brésil, en particulier pour les poids lourds et utilitaires. Dans la deuxième moitié de l'année, le chiffre d'affaires sera essentiellement soutenu par le dynamisme des exportations allemandes.

 

 

RESULTATS

 

Compte de résultat résumé

 

(Comparaison T2 2011 par rapport à T1 2011 et T2 2010 ; S1 2011 par rapport à S1 2010)

 

 

T2

T1

Variation

T2

Variation

S1

S1

Variation

En millions d'euros

2011

2011

 

2010

 

2011

2010

 

Production expédiée (en milliers de tonnes)

561

501

+12%

484

+16%

1 062

828

+28%

Chiffre d'affaires

1 290

1 148

+12%

1 122

+15%

2 438

1 999

+22%

Coûts industriels des produits vendus en % du CA[1]

68,4%

69,2%

 

64,2%

 

68,8%

66,7%

 

Coûts administratifs, commerciaux et de recherche en % du CA1

11,1%

12,7%

 

11,3%

 

11,8%

11,8%

 

Résultat brut d'exploitation

254

203

+25%

264

-4%

458

413

+11%

En % du CA

19,7%

17,7%

 

23,6%

 

18,8%

20,6%

 

Résultat net part du Groupe

112

82

+37%

126

-11%

194

187

+4%

 

 

Au cours du deuxième trimestre 2011, toutes les usines de Vallourec ont fonctionné à des niveaux d'activité élevés. La production expédiée a atteint 561 000 tonnes, en hausse de 12 % par rapport au premier trimestre 2011. Au premier semestre 2011, la production expédiée a atteint 1 062 milliers de tonnes, en progression de 28 % par rapport au premier semestre 2010.

 

Le chiffre d'affaires consolidé du deuxième trimestre 2011 s'est élevé à 1 290 millions d'euros, en hausse de 12 % par rapport au premier trimestre 2011. En plus d'une progression de 12 % des volumes, le chiffre d'affaires a bénéficié d'un effet combiné prix / mix positif (+2 %), les hausses de prix de vente ayant été partiellement compensées par la forte croissance de ventes Hors Énergie qui s'effectuent à des prix moins élevés que la moyenne du Groupe. L'effet de change a été négatif (-2 %). Au premier semestre 2011, le chiffre d'affaires s'est élevé à 2 438 millions d'euros, en hausse de 22 % par rapport au premier semestre 2010. L'augmentation des volumes (+28 %) et un effet périmètre (+4 %) ont été partiellement compensés par un effet combiné prix / mix négatif (-11 %), tandis que l'effet de change était négligeable.

 

Le résultat brut d'exploitation s'est élevé à 254 millions d'euros au deuxième trimestre 2011, soit 19,7 % du chiffre d'affaires, en hausse de 25 % par rapport au premier trimestre 2011. Alors que la forte augmentation du coût des matières premières, qui a eu lieu au début de l'année, a eu un impact sur le deuxième trimestre, la progression des volumes a permis une meilleure absorption des coûts fixes. En conséquence, les coûts industriels des produits vendus représentent 68 % du chiffre d'affaires, un niveau légèrement inférieur à celui du premier trimestre 2011. Les coûts administratifs, commerciaux et de recherche (SG&A), qui comprennent tous les coûts liés aux nouveaux projets, ont été à peu près stables en valeur absolue et sont donc en baisse en pourcentage du chiffre d'affaires.

 

Le résultat brut d'exploitation du premier semestre 2011 a atteint 458 millions d'euros, ou 18,8 % du chiffre d'affaires, en hausse de 11 % par rapport au premier semestre 2010. Les coûts industriels des produits vendus ont atteint 69 % du chiffre d'affaires, en légère progression par rapport au premier semestre 2010 (67 %), reflétant la modification du mix produits, ainsi que des coûts de matières premières plus élevés. Les coûts administratifs, commerciaux et de recherche sont restés stables en pourcentage du chiffre d'affaires.

 

Les amortissements industriels se sont élevés à 47 millions d'euros au deuxième trimestre 2011, et à 101 millions d'euros au premier semestre 2011 (en augmentation de 17 millions d'euros par rapport au premier semestre 2010).

 

Le résultat financier s'est établi à -24 millions d'euros au premier semestre 2011, contre -9 millions d'euros au premier semestre 2010.

 

Le taux d'imposition effectif était de 29,1 % au premier semestre 2011.

 

Le résultat net part du Groupe a atteint 112 millions d'euros au deuxième trimestre 2011, en progression de 37 % par rapport au premier trimestre 2011. Au premier semestre 2011, le résultat net part du Groupe s'est élevé à 194 millions d'euros, en hausse de 4 % par rapport au premier semestre 2010.

 

Flux de trésorerie

 

La capacité d'autofinancement s'est élevée à 193 millions d'euros au deuxième trimestre 2011, contre 74 millions d'euros au premier trimestre 2011. Le besoin en fonds de roulement s'est accru de 59 millions d'euros, les stocks ayant augmenté en prévision des arrêts programmés durant l'été en Europe.

 

Les investissements industriels bruts ont atteint 194 millions d'euros au cours du trimestre, en ligne avec le trimestre précédent. Au premier semestre 2011, les investissements industriels bruts se sont élevés à 389 millions d'euros, dont 271 millions d'euros liés aux projets stratégiques, pour l'essentiel VSB au Brésil et la nouvelle tuberie aux Etats-Unis.

 

Les investissements financiers de 75 millions d'euros sont liés à l'acquisition, le 1er avril 2011, de 19,5 % du capital de la Société Tianda Oil Pipe Company Limited.

 

La consommation de trésorerie s'est élevée à 155 millions d'euros au cours du trimestre, l'endettement net atteignant 879 millions d'euros au 30 juin 2011, contre 381 millions d'euros au 31 décembre 2010, soit 18,5 % des capitaux propres (4 745 millions d'euros).

 

Au 30 juin 2011, les découverts et emprunts à court terme excédaient la trésorerie du Groupe de 329 millions d'euros. Sur un total de 1 446 millions d'euros de crédits bancaires et autres emprunts, 38 % avaient une échéance supérieure à 1 an. Vallourec maintient ses lignes de crédit confirmées non tirées pour un montant d'environ 1,3 milliard d'euros, qui comprend une facilité de crédit renouvelable de 1 milliard d'euros venant à échéance en février 2016.

 

Paiement du dividende

   

Le dividende, de 1,30 EUR par action, au titre de 2010 a été versé le 7 juillet 2011. Ce versement s'est traduit par la création de 1 140 338 actions nouvelles et le paiement en numéraire de 67,6 millions d'euros.

 

 

PERSPECTIVES

 

Dans un environnement qui reste favorable sur la plupart des marchés, Vallourec anticipe une augmentation de sa production expédiée au second semestre 2011 par rapport au premier semestre 2011. Malgré la mise en uvre progressive de hausses de prix pour compenser la hausse du coût des matières premières, le chiffre d'affaires devrait progresser à un rythme inférieur

Partager sur Facebook
Article Précédent :
S.T. INFORMATION MENSUELLE RELATIVE...
Article Suivant :
Chiffre d'affaires semestriel 2011

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Communiqués' »




Mots-clés : Consommation   Dollar   Dollars   Etats unis   Euro   Euros   Inflation   Petrole   Resultat financier   Premium   Tianda   Pipe   Zamil   Pipes   Chine   Octg   Charbon   Petrochimie   Mecanique     
Sociétés citées dans cette news : Vallourec  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?