Chômage: sans l'accord de Bruxelles, la situation risquait d'être pire (Bertrand) | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

Chômage: sans l'accord de Bruxelles, la situation risquait d'être pire (Bertrand)

Jeudi 27 Oct 2011 à 10:02

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a affirmé jeudi que sans l'accord de Bruxelles sur la dette européenne, la situation de l'emploi risquait d'être pire en France, au lendemain de la publication de chiffres du chômage en nette hausse.

"Si on n'avait pas trouvé la solution", ça aurait été pire, "très franchement et très clairement", a relevé le ministre sur France Inter au sujet de l'accord de Bruxelles sur la dette européenne, auquel sont parvenus les 17 membres de la zone euro la nuit dernière.

"Je sais pertinemment que les chiffres d'hier sont des mauvais chiffres", a-t-il ajouté, alors que le nombre de demandeurs d'emploi sans activité en France métropolitaine a nettement progressé en septembre, de 0,9% à 2,780 millions de personnes, soit 26.000 chômeurs de plus.

"Il est évident que si la crise financière (...) avait pris une autre dimension avec une crise monétaire, là, on pouvait avoir un +collapse+ total de l'économie", a-t-il souligné.

"On a été au bord du gouffre au niveau européen", a relevé M. Bertrand. "Aujourd'hui, tout le monde respire".

Reconnaissant que l'économie réelle "commence à être atteinte" par la crise financière, il a souligné: "de très nombreux chefs d'entreprise me disent la chose suivante: +je ne peux pas dire que ça va mal, mais comme tout le monde dit que ça va aller mal, je ne fais plus d'investissements, je ne recrute plus+. C'est ce qui se passe dans de nombreux domaines".

Par ailleurs, dans une interview au journal Les Echos paru jeudi, Xavier Bertrand estime que les mesures gouvernementales en faveur de l'emploi permettent de rester proche de l'objectif de 9% de taux de chômage en fin d'année.

"Nous ne sommes pas si éloignés que cela de l'objectif des 9%", a-t-il dit après avoir relevé la hausse de 12,1% sur un an des offres d'emploi satisfaites.

Le ministre n'a pas voulu confirmer le très probable remplacement à la fin de l'année de Christian Charpy par Jean Bassères à la tête de Pôle emploi, structure qui devra aller vers davantage d'autonomie.

"Globalement, nous allons renforcer les équipes au contact des demandeurs d'emploi de l'équivalent de 2.000 postes à temps plein par redéploiement des effectifs de Pôle emploi", a-t-il précisé aux Echos.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Synergie table sur un c.a. 2011 en...
Article Suivant :
Un commissaire européen va être...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Chomage   Crise   Crise financiere   Emploi   Euro   Zone euro   Echos  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?