France/Pécresse: "pas de retour en arrière possible sur l'euro" | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

France/Pécresse: "pas de retour en arrière possible sur l'euro"

Dimanche 23 Oct 2011 à 13:32

La ministre française du Budget Valérie Pécresse a réaffirmé dimanche sur la radio RCJ qu'"il n'y a pas de retour en arrière possible sur l'euro" alors que s'est ouvert à Bruxelles un sommet crucial sur l'avenir de la zone euro.

"L'Europe a rendez-vous avec son histoire parce qu'elle est en danger", a-t-elle commenté un peu plus tard sur France 3.

Néanmoins, "on ne va pas revenir au franc, si on revenait au franc ce serait tragique, l'euro nous protège", a-t-elle estimé sur les ondes de la Radio de la communauté juive.

"Il faut vraiment que nous consolidions l'Europe, (...) l'Europe solidaire est un formidable bouclier pour nous contre la crise" et la France doit avoir "une politique de compétitivité", a-t-elle souhaité regrettant "la tentation du protectionnisme".

"L'exposition des banques françaises à la dette grecque, c'est 8 milliards d'euros" et "elles peuvent supporter un effacement de 50% de la dette grecque", a-t-elle aussi assuré.

Selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche paru dimanche, 57% des Français estiment que la France doit se protéger davantage pour faire face à la crise et 41% considèrent que la monnaie unique a été un handicap plutôt qu'un atout au cours des deux dernières années.

Par ailleurs, Valérie Pécresse a prévenu que "si la croissance n'est pas au rendez-vous, nous ferons des efforts supplémentaires".

La ministre a toutefois affirmé sur France 3 que le gouvernement n'envisageait pas de baisser les salaires des fonctionnaires ni les retraites.

"Les efforts qu'on demandera aux Français seront les efforts strictement nécessaires mais nous agirons aussi avec beaucoup de sang-froid pour ne pas casser la croissance", a-t-elle également tempéré.

Sous une pression croissante des agences de notation, le gouvernement devrait réviser une nouvelle fois à la baisse sa prévision de croissance pour 2012, actuellement fixée à 1,75%. Cette décision impliquerait de facto de nouvelles mesures d'austérité.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Van Rompuy, un "Monsieur Euro" à...
Article Suivant :
Pécresse: "pas de retour en arrière...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Crise   Euro   Euros   Zone euro  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?
Mon portefeuille virtuel

Initiez-vous à la gestion gratuitement et sans risque !

Ma liste de valeurs

Suivez l'évolution du cours de vos valeurs préférées !

Alerte email

Soyez immediatement informés


Retrait de Borloo
Jean-Louis Borloo a décidé de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2012. Qu'en pensez-vous?