Fonds de soutien de la zone euro: la solution française impliquant la BCE abandonnée | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

Fonds de soutien de la zone euro: la solution française impliquant la BCE abandonnée

Samedi 22 Oct 2011 à 14:50

La proposition sur laquelle insistait la France pour renforcer le Fonds de secours de la zone euro (FESF), impliquant la Banque centrale européenne, a été recalée et n'est "n'est plus sur la table", a affirmé samedi le ministre néerlandais des Finances, Jan Kees de Jager.

Il ne reste plus que deux options en discussion pour augmenter la puissance de feu du FESF, a indiqué M. de Jager samedi à la presse en marge des réunions tenues avec ses collègues de l'UE et de la zone euro à Bruxelles, sans préciser lesquelles.

Mais il reste "des divergences importantes entre pays" sur la question, a-t-il ajouté.

Le FESF est un instrument jugé essentiel pour espérer empêcher une contagion de la crise de la dette à des pays comme l'Espagne et l'Italie, dans le viseur des agences de notation.

Paris a proposé de le transformer en banque afin qu'il s'approvisionne auprès du guichet de la BCE. Une option que refusent en bloc Berlin et l'institut monétaire, car elle violerait, selon eux, l'interdiction juridique faite à la banque centrale de renflouer les budgets des gouvernements.

Déjà vendredi soir, la France avait laissé entendre qu'elle pourrait renoncer à sa proposition. Son ministre des Finances François Baroin avait indiqué que Paris "n'en faisait pas un point d'affrontement définitif", même s'il restait persuadé que c'était la solution "la plus efficace".

Les deux pistes qui restent à l'ordre du jour pour renforcer le Fonds européen de sauvetage sont désormais que le mécanisme agisse comme un système d'assurance partielle de la dette publique de pays en difficulté ou une plus forte participation du FMI au dispositif, selon une source gouvernementale allemande.

La France n'était pas seule à plaider en faveur de l'implication de la BCE, faisant valoir que ce système fonctionnait très bien aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Elle était soutenue par l'Espagne, l'Italie ou encore la Belgique.

Samedi matin encore, en marge d'une réunion de l'ensemble des ministres des Finances de l'Union européenne, le représentant belge Didier Reynders avait assuré que l'implication de la BCE restait au menu des discussions.

"Nous allons discuter de cette facilité européenne (le FESF) et de sa collaboration avec la Banque centrale européenne", a-t-il dit.

Le Fonds de secours européen est actuellement doté d'une capacité de prêt de 440 milliards d'euros, dont une partie est engagée déjà pour l'Irlande et le Portugal. Cette enveloppe est jugée insuffisante pour empêcher la contagion de la crise de la dette à des pays aussi importants que l'Italie et l'Espagne, de plus en plus dans la ligne de mire des agences de notation.

D'où l'idée, suggérée par les Etats-Unis, d'accroître la puissance de feu du dispositif sans augmenter pour autant les garanties apportées par les gouvernements car dans ce cas certains pys, comme la France, risqueraient de perdre leur notation d'excellence sur leur endettement, le triple A.

Les pays européens négocient donc d'arrache-pied depuis des semaines sur le meilleur moyen d'y parvenir via un "effet de levier" démultipliant par jusqu'à cinq la capacité d'intervention financière du Fonds sur la dette publique des pays fragiles.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
A petits pas ou bonds de géant, la...
Article Suivant :
Fonds de secours de la zone euro: la...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Crise   Etats unis   Euro   Euros   Fmi   Zone euro   Fesf  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?