La Bourse de Paris attendue en hausse, grâce à la réunion Merkel-Sarkozy | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

La Bourse de Paris attendue en hausse, grâce à la réunion Merkel-Sarkozy

Lundi 10 Oct 2011 à 08:31

La Bourse de Paris devrait ouvrir en hausse lundi et poursuivre sur lancée de la semaine dernière, face à la volonté affichée du couple franco-allemand de répondre à la crise de la dette en zone euro et de recapitaliser les banques.

Le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 1,07% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance.

Vendredi, il avait conclu par une hausse de 0,66% sa troisième séance dans le vert d'affilée. Sur la semaine, il a engrangé 3,81%.

De son côté, la Bourse de New York a fléchi à la veille du week-end, plombée par l'abaissement en soirée par l'agence de notation Fitch des notes de l'Espagne et de l'Italie. Le Dow Jones a cédé 0,18% et le Nasdaq 1,10%.

Pour Chris Weston, analyste chez IG Markets, "l'annonce selon laquelle Merkel et Sarkozy ont trouvé un accord pour renforcer les banques européennes va certainement soutenir le marché, puisque cela augmente les chances de trouver une solution à la crise".

L'analyste n'exclut pas pour autant que de nouvelles sanctions de la part d'agence de notation puissent pousser les investisseurs à jouer à nouveau la prudence. Moody's a notamment annoncé vendredi envisager d'abaisser la note de la Belgique.

Réunis à Berlin le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel ont promis une réponse à la crise de la dette en zone euro avant le début novembre, en soulignant leur unité sur une recapitalisation des banques.

L'objectif est que "l'Europe arrive au G20 (3 et 4 novembre à Cannes, ndlr) unie et avec les problèmes résolus", ont-il affirmé.

Ces annonces interviennent alors que les marchés n'ont cessé ces dernières semaines de réclamer une réponse politique forte à la crise de la dette en zone euro, qui menace les banques et plombe les places boursières.

La journée de lundi sera marquée par ailleurs par le vote de Malte sur le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), avant celui de la Slovaquie mardi, dernier pays à valider cet outil qui permettra à l'Europe d'acheter de la dette sur les marchés ou de renflouer les banques.

Concernant la Grèce, la troïka, représentant les bailleurs de fonds du pays, a estimé samedi que le résultat de l'audit des comptes du pays serait "positif", mais qu'il y avait "encore du travail à faire".

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a lui reconnu que la réduction du volume de la dette grecque (décote) décidée en juillet était "peut-être" insuffisante.

Les gouvernements européens ont par ailleurs été à la manoeuvre afin de démanteler la banque franco-belge Dexia, en grande difficulté.

Lundi matin, l'Etat belge a annoncé qu'il allait prendre le contrôle de la totalité de Dexia Banque Belgique, l'entité belge du groupe, pour un montant de 4 milliards d'euros. L'opération devrait engendrer une moins-value de 3,8 milliards dans les comptes de l'établissement.

La France devrait elle créer une nouvelle banque dédiée aux collectivités, détenue à la fois par la Banque Postale et par la Caisse des dépôts (CDC).

Les Etats se sont également mis d'accord sur la répartition des garanties à apporter à la future "bad bank" qui subsistera à l'issue du démantèlement, soit 60,5% pour la Belgique, 36,5% pour la France et 3% pour le Luxembourg.

La séance sera dépourvue "de tout indicateur économique significatif, en Europe ou aux Etats-Unis", où les marchés obligataires seront fermés en raison d'un jour férié, indique M. Weston.

VALEURS A SUIVRE

Les banques BNP PARIBAS, CREDIT AGRICOLE et SOCIETE GENERALE seront surveillées après les annonces du couple franco-allemand.

Par ailleurs, les cinq principales banques françaises sont prêtes à accepter une recapitalisation par l'Etat de 10 à 15 milliards d'euros, affirme samedi le Frankfurter Allgemeine Zeitung en citant des sources financières.

DEXIA, en voie de démantèlement et suspendu à la Bourse depuis jeudi après-midi, reprend sa cotation.

RENAULT: le PDG, Carlos Ghosn, entend montrer que le constructeur automobile français "devient sa priorité" en procédant à une réorganisation de la direction du groupe qui devrait être annoncée vendredi, écrit lundi La Tribune.

TECHNIP a annoncé lundi avoir remporté deux contrats auprès du géant énergétique anglo-néerlandais Shell pour installer des ombilicaux, un assemblage de canalisations utilisées pour le contrôle des installations pétrolières sous-marines.

VINCI a conclu un partenariat avec le groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG) du Maroc pour une prise de participation de 50% dans le capital d'Exprom, une filiale spécialisée dans les services pour les bâtiments.

DASSAULT AVIATION a annoncé dimanche une reprise des commandes d'avions qui ont doublé en volume sur un an mais une baisse de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année.

DEXIA

BNP PARIBAS

CREDIT AGRICOLE SA

SOCIETE GENERALE

DASSAULT AVIATION

VINCI

TECHNIP

ROYAL DUTCH SHELL

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Asie: le pétrole en hausse (83,91...
Article Suivant :
La Bourse de Paris signe sa...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Bourse de paris   Cac 40   Carlos ghosn   Credit agricole   Crise   Dow jones   Etats unis   Euro   Euros   G20   Nasdaq   New york   Nicolas sarkozy   Royal dutch   Sarkozy   Societe generale   Zone euro   Bourse   Belgique   Dexia   Technip   Shell   Vinci   Dassault  
Sociétés citées dans cette news : Dexia   Moody's   Crédit Agricole   Dassault Aviation   VINCI   Société Générale   BNP Paribas   Technip   Renault   CAC 40   Royal Dutch Shell A  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?