Les spéculations vont bon train outre-Atlantique sur le fonds européen | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Macro Économie

Les spéculations vont bon train outre-Atlantique sur le fonds européen

Vendredi 30 Sep 2011 à 12:10

Les spéculations vont bon train outre-Atlantique sur la meilleure forme à donner au fonds de secours européen (FESF), entre un gouvernement américain qui donne ouvertement son avis et Wall Street qui cherche la meilleure issue à la crise de la dette publique.

Depuis mi-septembre, Washington cherche à convaincre la zone euro d'aller plus loin que le dispositif actuellement prévu, doté de 440 milliards d'euros.

"Ils traversent une crise financière qui fait peur au monde", disait lundi le président Barack Obama. Et d'après son gouvernement, le moyen de la combattre est d'augmenter les ressources du Fonds européen de stabilité financière.

Le Trésor des Etats-Unis appelle à impliquer la Banque centrale européenne, qui pourrait prêter au FESF.

"Une condition nécessaire à la confiance est de voir les gouvernements et la banque centrale collaborer particulièrement les uns avec les autres", disait samedi le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, qui se disait "prodigieusement impressionné" par l'action de la BCE dans cette crise.

"Ils vont devoir mettre en place derrière cela un cadre financier bien plus puissant", poursuivait-il lundi, rappelant que les Etats-Unis, en 2008 et 2009, avaient employé "une force financière énorme" face à la crise financière.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, apprécie l'idée. "Je me demande personnellement s'il ne serait pas nécessaire d'avoir une combinaison des deux [interventions du FESF et financement par la BCE], avec un soutien évident des Etats et des garanties d'une manière organisée", confiait-elle le 23 septembre.

Lundi, la chaîne d'information américaine CNBC a évoqué, en citant "un responsable" non précisé, un projet de plan dont discuteraient les Européens: la Banque européenne d'investissement créerait un "véhicule spécial d'investissement" qui pourrait emprunter à la BCE pour acheter de la dette d'Etats en difficulté.

Aux Etats-Unis, ce projet est surnommé "plan Liesman", du nom du journaliste de CNBC affecté au Trésor et à la Réserve fédérale, et qui a révélé l'information, Steve Liesman.

L'existence de ce projet a été vigoureusement démentie par l'Allemagne. Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble a qualifié mardi l'idée de "stupide".

Des analystes voyaient donc ce "plan Liesman" le fond de la pensée du gouvernement américain.

"Pourquoi un responsable de haut niveau européen donnerait-il ce scoop à Stevie plutôt qu'à un média européen ou plus en vue?", s'interrogeaient mercredi les analystes de la maison de courtage M. Ramsey King Securities, suggérant que le "responsable" qui avait révélé ces détails serait américain.

A Wall Street, l'idée inspire des doutes.

"Cela pourrait équivaloir à une monétisation (en catimini) de dette à grand échelle, et ce n'est pas une décision que la BCE ou les pays du centre de la zone euro ont des chances de prendre facilement ou rapidement", écrivaient jeudi les analystes new-yorkais de la maison de courage japonaise Nomura.

L'un d'eux, Jens Nordvig, comparait l'idée à celle défendue en 2008 par le secrétaire au Trésor de l'époque, Henry Paulson, de se doter d'un "bazooka" contre la crise financière. M. Nordvig se disait "loin d'être convaincu" que les Européens aient envie de monter ce "bazooka".

"L'histoire récente du processus politique européen laisser penser qu'aucune solution aux problèmes de dette publique n'interviendra tant que les dirigeants ne seront pas poussés à prendre des mesures de correction par une nouvelle chute de 10 à 15% des indices boursiers américains et européens", déplorait jeudi John Lonski, de Moody's Analytics.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Etats-Unis: Obama défend son plan...
Article Suivant :
Le nouveau timbre à J+2...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Macro Économie' »




Mots-clés : Barack obama   Crise   Crise financiere   Dirigeants   Etats unis   Euro   Euros   Fmi   Wall street   Zone euro   Fesf   Cnbc   Liesman   Nordvig   Bazooka  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?