EUTELSAT reste l'une des valeurs valeurs préférées de Goldman Sachs | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

€ 29.115  +0.15%
AJOUTER À : Mon Portefeuille | Ma Liste | Mes alertes

EUTELSAT reste l'une des valeurs valeurs préférées de Goldman Sachs

Mardi 16 Aoû 2011 à 15:27

Goldman Sachs a réduit son objectif de cours de 42,80 euros à 40 euros et réitéré sa recommandation d'Achat sur Eutelsat dans le cadre d'une étude consacrée au secteur des médias. A la suite de la révision en baisse des prévisions de croissance du PIB du bureau d'études, ce dernier a légèrement réduit ses estimations. Il ne table plus que sur une progression de 4% à 5% du marché publicitaire en 2011 et 2012. Ce qui l'a conduit a ajusté à la baisse de 5% en moyenne ses prévisions de bénéfice par action le secteur des médias.

Goldman Sachs précise qu'il utilise désormais un PER moyen 2012 de 11 pour le secteur des médias, contre 12 auparavant.

Eutelsat reste l'une de ses valeurs favorites dans ce secteur car il estime qu'elle l'une des sociétés les mieux placées d'un point de vue structurel. Il prévoit une forte croissance des ventes et une augmentation de plus de 20% du bénéfice par action sur la période 2011-2013. L'analyste estime que la prime affichée par sa valorisation par rapport au secteur est justifiée par ses perspectives de croissance.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

- La visibilité de l'activité est forte : Eutelsat passe des contrats à long terme avec ses clients, notamment pour la diffusion de chaînes de télévision ;

- L'opérateur de satellites bénéficie de l'explosion du nombre de chaînes diffusées par satellite dans le monde. Les applications vidéo représentent désormais plus de 70% des recettes du groupe ;

- Les groupes de télévision changent rarement d'opérateur de satellites en raison du coût de réorientation des antennes paraboliques des clients vers une nouvelle position orbitale ;

- Le potentiel de révision haussière du consensus de résultats n'est pas épuisé sur le titre, notamment avec la mise en service, début juin 2011, du satellite Ka-Sat: la bande Ka (défense, téléphonie mobile, entreprises) recèle d'importants débouchés ;

- Sur les trois exercices à venir, la croissance moyenne d'Eutelsat devrait rester près de 2 fois supérieure à celle de son concurrent SES ; le risque opérationnel est par ailleurs moins élevé que celui de SES avec nettement moins de lancements de satellites prévus dans les prochains mois ;

- Le groupe a la capacité de faire passer des augmentations de tarifs lors des renouvellements de contrat ;

- Les marchés émergents d'Europe Centrale, des Balkans et de la Russie, sont parmi les zones les plus dynamiques à l'échelle mondiale dans la vidéo. Eutelsat bénéficie également du dynamisme de croissance des marchés d'Afrique et du Moyen-Orient ;

- La télévision 3D et le très haut débit par satellite offrent des perspectives très encourageantes pour les opérateurs satellites. Ces technologies nécessitent davantage de capacités satellitaires.

Les points faibles de la valeur

- Un des principaux risques que court l'opérateur est technologique. En effet, un changement radical de technologie pourrait affecter la demande en capacité satellitaire ;

- Les opérateurs satellites doivent actuellement faire face à une offre sur le marché des lanceurs pour satellites commerciaux inférieure à la demande ;

- Le titre évolue à ses plus hauts historiques et se paie près de 20 fois ses prévisions 2011 : c'est le prix à payer pour la visibilité sur la croissance du groupe.

Comment suivre la valeur

- Eutelsat bénéfice d'un statut défensif dans son secteur. Son modèle économique lui a permis de bien traverser la crise ;

- La société distribue entre 50% et 75% de son résultat net aux actionnaires. La discipline du management en termes d'acquisition plaide pour un retour de liquidités accru aux actionnaires ;

- L'industrie consomme beaucoup de capitaux au départ, mais les dépenses opérationnelles sont ensuite limitées. Une fois lancé, un satellite est utilisable pendant quinze ans ;

- L'opérateur réfléchit à un développement en Asie ;

- La participation de 31,4% d'Abertis au capital d'Eutelsat est à suivre. L'évolution du tour de table du groupe espagnol pourrait l'inciter à céder ses parts.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Communication - Medias

Les groupes avaient initialement choisi de ne pas faire payer leurs contenus en ligne, en misant sur les revenus publicitaires engendrés par l'audience. Ils revoient aujourd'hui leur position et mettent en place des systèmes de péage. Le britannique Times, appartenant au groupe News Corp., a choisi la formule du tout-payant sur le Web depuis le 1er juillet. Quant au New York Times, il introduira une formule payante début 2011. Il se dirige vers le freemium : une partie du contenu du site est gratuite tandis que l'autre est payante. En France, plusieurs quotidiens généralistes ont opté pour cette formule. En septembre 2009, Libération a rendu payants sur son site des articles de son quotidien papier. LeFigaro.fr a également introduit un système d'abonnement en février. LeMonde.fr, l'un des premiers à avoir facturé des contenus en 2002, réserve désormais les articles de son quotidien papier à la version payante de son site. Ces acteurs espèrent ainsi rentabiliser une audience qui s'établit à plusieurs millions de visiteurs uniques mensuels et éviter la cannibalisation des contenus des versions papier.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
JCDECAUX reste l'une des valeurs...
Article Suivant :
LAGARDERE : Goldman Sachs reste à...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Crise   Euros   New york   Prime   Eutelsat   Pra  
Sociétés citées dans cette news : Eutelsat  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?