Sextant Grand Large a investi dans de la dette hybride (Amiral Gestion) | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Marchés Financiers

Sextant Grand Large a investi dans de la dette hybride (Amiral Gestion)

Vendredi 15 Jul 2011 à 15:46

(AOF / Funds) - "Nous avons décidé depuis le début de l'année de mettre d'avantage l'accent sur les deuxième et troisième leviers, prenant acte du rebond des marchés actions depuis 2009. L'allocation d'actif de Sextant Grand Large, stable sur le trimestre, est désormais plus diversifiée", affirme son gérant chez Amiral Gestion.

"Au 30 juin, l'exposition brute aux actions est stable à 68%. Une couverture sur indice ramène l'exposition nette aux actions à 60% (vs 57%) ce portefeuille action comprend trois foncières pour 7% de l'actif du fonds (vs 5%) et une obligation remboursable en action pour 4%. L'exposition à l'or physique s'élève à 7%. Le portefeuille de titres hybrides représente 10% de l'actif (vs 8%). Les liquidités représentent 15% du portefeuille (vs 13%)."

"L'encours modeste de Sextant Grand Large lui permet toujours d'investir sans contraintes sur le segment des petites et moyennes valeurs où nous trouvons de nombreuses sociétés de bonne qualité que nous jugeons très sous-évaluées. Nous avons maintenu les Certificats coopératifs d'investissement émis par les caisses régionales du Crédit Agricole comme première position à 10% de l'actif. Les ratios de valorisation sont très faibles (60% de décote sur fonds propres, 6% de rendement) pour des établissements peu risqués (activité de banque de détail, excédents de fonds propres, aucune perte pendant la crise)."

"Les principales autres lignes actions restent Vet'Affaires, Trilogiq, Passat, l'ORA Oneo, et Tessi (3,5% à 4,5% du fonds chacune). Trilogiq a été renforcé à la faveur d'un repli du cours suite au fléchissement de la marge opérationnelle, fléchissement que nous estimons temporaire ; la croissance demeure excellente (25%). Nous avons poursuivi la constitution d'une ligne en Linedata (2%). A noter enfin pour Akka Technologies, l'arbitrage d'une partie des actions contre des bons de souscription. La répartition géographique et sectorielle des actions reflète l'absence d'allocation macro-économique dans le fonds et résulte de fortes convictions sur des valeurs individuelles."

"Nous continuons par ailleurs à nous intéresser au secteur de l'immobilier coté. Au-delà de ses avantages sur l'immobilier physique (liquidité, possibilité d'investir avec une décote), ce secteur nous semble être un instrument idéal de protection contre un retour de l'inflation : les loyers suivent la hausse des prix alors que les foncières peuvent s'endetter à taux fixe en face. A noter que les foncières cotées investissent dans l'immobilier tertiaire, au rendement satisfaisant (exemple : 6% pour du bureau dans Paris) et pas dans la bulle de l'immobilier résidentiel."

"Sextant Grand Large avait constitué une ligne en Foncière Paris France fin 2010 et en Terreîs en début d'année. Nous y avons ajouté ce trimestre une position en Immobiliare Grande Distribuzione une foncière de centre commerciaux italienne qui offre une décote supérieure à 35% sur son ANR de liquidation."

"Nous avions identifié en début d'année une opportunité sur les titres hybrides émis par les institutions financières. Pour mémoire, on entend par titres hybrides des obligations perpétuelles considérées par le régulateurs comme des quasi capitaux propres. Les changements règlementaires de Bâle III ne l'autorisent plus. On peut donc raisonnablement anticiper que ces titres, peu onéreux pour des fonds propres mais très onéreux pour de la dette ordinaire soient remboursés dans les années à venir."

"Le portefeuille est désormais constitué et représente 10% de l'actif du fonds. Il comprend neuf émetteurs et deux types de stratégies. D'un côté, des produits à taux fixes avec des rendements au call compris entre 9% et 14% pour des émetteurs de qualité correcte (BPCE, Groupama, Raffeisen). De l'autre, des produits rapportant en continu le taux d'intérêt à 10 ans et cotant entre 45% et 71% du nominal (Crédit Mutuel, EFG International, à ne pas confondre avec la banque grecque homonyme, Cofinoga)."

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Sextant Autour Du Monde maintient son...
Article Suivant :
Natixis : renforcement du biais...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 
Réactions à cet Article :

LE BON SENS - Samedi 06 Août 2011 à 18:50

cci du crédit agricole

fonds propres excédentaires, sous évaluation, etc...
CERTES.
CERTES, les caisses régionales côtées sont "solides,
les cci largement sous valorisés". NEANMOINS, LES
CAISSES REGIONALES sont majoritaires de CAsa, et responsables à IOO%. Les "taux de rémunération peuvent paraître "attrayants" (environ 6%), mais les
cci sont corrolés à l'ction CAsa..VOULU !.
CREDIT AGRICOLE Sa est très exposé : les caisses sont
donc très exposées !. ET les porteurs de cci n'ont
ps de droit de vote. Si les choses allaient "mal", ne
vous faites aucune illusion. la valeur basée sur
l'actif net est du leurre, les caisses n'ont aucunement l'intention de "sortir" du marché : parce
qu'elles n'ont pas envie de payer le prix, et les
cci font partie de l "stratégie" : la solidarité
c'est pour CAsa, pas pour les porteurs de ces titres,
et plus personne ne fait confiance !. IL me semble
que l'analyse est un "peu" naÎVE, et que vous ne tenez pas compte de la "complexité" du groupe...et
de son histoire.




Signaler


Les autres actualités


Retour vers 'Marchés Financiers' »




Mots-clés : Crise   Fonds propres   Groupama   Immobilier   Inflation   Hybride   Da  
Sociétés citées dans cette news : Passat   Crédit Agricole   Vet'Affaires   Akka Technologies   Tessi   Foncière Paris France   Trilogiq  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?