La lutte s'intensifie pour le contrôle de la Bourse de Toronto | Bourse Reflex
Accueil > Actualités > Matières Premières

La lutte s'intensifie pour le contrôle de la Bourse de Toronto

Dimanche 12 Jun 2011 à 20:21

La lutte pour le contrôle de la Bourse de Toronto, première place boursière mondiale pour l'industrie minière, s'est intensifiée lundi avec le dépôt officiel de l'offre hostile d'un consortium canadien pour empêcher le projet de fusion avec la London Stock Exchange (LSE).

Maple, qui a annoncé ce week-end la participation à son projet de quatre gros joueurs du secteur financier canadien, dont Manuvie et Desjardins, a déposé son offre hostile auprès des actionnaires du groupe TMX, opérateur des Bourses de Toronto et Montréal.

Le groupe TMX et la London Stock Exchange (LSE), qui opère les Bourses de Londres et Milan, avaient annoncé en février leur projet de fusion, qui doit être encore approuvé par les actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire le 30 juin.

Ce mariage annoncé a créé un certain malaise au sein de la classe politique et suscité une levée de boucliers au sein des milieux d'affaires canadiens, qui ont créé le groupe Maple - +érable+, nom de l'arbre dont la feuille orne le drapeau canadien - pour garder le contrôle des places boursières du pays.

Le consortium canadien valorise TMX à 48 dollars par action, pour un total de 3,7 milliards de dollars (3,8 milliards USD), dont 2,5 milliards en espèces. Cela représente une plus-value de 24% par rapport à la valeur de la fusion avec LSE, prévue entièrement par échange d'actions, fait valoir Maple.

A la Bourse de Toronto, le titre de TMX s'échangeait vers la fin de la séance à 44,22 dollars, en hausse de près de 1%.

"L'offre de Maple ne peut se concrétiser que si le projet de prise de contrôle proposé par la LSE ne se réalise pas", a prévenu Luc Bertrand, un haut responsable de Maple, appelant les actionnaires de TMX à rejeter l'offre du LSE.

"Afin de préserver la possibilité d'accepter notre proposition supérieure, les actionnaires doivent voter contre le projet de prise de contrôle proposé par la LSE, et ce, avant l'assemblée extraordinaire des actionnaires du Groupe TMX, prévue pour le 30 juin 2011", a ajouté M. Bertrand.

Dans un communiqué, le groupe TMX a indiqué que son conseil allait examiner l'offre de Maple pour déterminer si elle "constitue ou est susceptible de mener à une proposition supérieure". TMX avait rejeté en mai une première proposition de Maple.

L'offre de la LSE a reçu le feu vert du bureau canadien de la concurrence mais doit encore recevoir l'approbation du ministère de l'Industrie, dont la tâche est de juger de l'intérêt économique de ce projet de fusion pour le Canada, ainsi que des autorités des marchés financiers du Québec et de l'Ontario.

Le consortium Maple n'a pas besoin d'obtenir le feu vert du ministère de l'Industrie, car ce dernier se penche sur les acquisitions de groupe canadien par des sociétés étrangères, mais devra néanmoins recevoir l'aval du bureau de la concurrence.

Or Maple projette de fusionner avec alpha Group, société offrant un système de négociation des titres parallèle à celui de la Bourse de Toronto, et la chambre de compensation CDS, pour donner naissance à un champion national contrôlant l'ensemble des étapes de la chaîne de traitement des opérations boursières.

Ce scénario a suscité des craintes chez les analystes quant au respect des lois canadiennes anti-monopole.

La patron de la LSE Xavier Rolet doit s'exprimer cette semaine au Canada pour convaincre du bien-fondé de la fusion avec le TMX visant à créer un géant mondial.

Partager sur Facebook
Article Précédent :
Trading à haute fréquence: le...
Article Suivant :
Arkema investit 71 M EUR pour...

Ecrire un commentaire

J'accepte la charte et que mon commentaire soit publié sur BourseReflex.com 

Les autres actualités


Retour vers 'Matières Premières' »




Mots-clés : Dollars   Fusion   Bourse   Toronto   Consortium   London   Maple   Bourses  

Si vous passez un ordre de bourse sur le CAC40 le vendredi soir à 18h, quand sera t-il éxécuté?